Ecomnews - Adds
La madeleine de Proust au pays de Cervantès
Par Françis Mateo publié le 15 DEC 2016 à 15:23
Le franco-belge Luigi Masala s'est expatrié en Espagne, à Barcelone, pour y créer à moindre risque une « enseigne test » : « Madeleine mon Amour ». Un restaurant qui décline en version sucrée et salée la petite douceur appréciée de Proust. Le concept a vocation à être développé à l'international, notamment en France.

cinquante ans, Luigi Masala rêvait de créer sa propre enseigne après une carrière dans la finance, la comptabilité et l’hôtellerie.

Madeleine mon Amour

Luigi Masala a créé dans la capitale catalane un restaurant « pilote » baptisé « Madeleine mon amour » © Francis Matéo

L'entrepreneur est ainsi revenu à ses premières amours et à sa formation de cuisinier pour inaugurer « Madeleine mon amour » dans le quartier de Poble Nou, à Barcelone (Espagne) : un restaurant où se décline sous toutes ses formes, en version salée et sucrée, la petite douceur appréciée de Proust.

Luigi Masala propose aujourd'hui une gamme de vingt-cinq madeleines en pâtisserie (fruits rouges, confiture d'orange et chocolat noir, chocolat-banane...) et une dizaine de variétés en version salée : jambon-gruyère, roquefort-noix, saumon-ciboulette, jusqu'à la très espagnole madeleine à la « sobrasada » de Majorque (chair de chorizo haut-de-gamme).

MAD

Une quarantaine de madeleines en version sucrée et salée © DR

Sous le regard bienveillant de Marcel Proust, omniprésent dans cet univers forcément très français. « Cette touche française est l'un des fondements de ce concept », explique Luigi Masala : « C'est même un gros atout ici à Barcelone, car si les français n'ont généralement pas une très bonne réputation à l'étranger, tout ce qui est « made in France » est en revanche toujours très apprécié et valorisé à l'international ».

D'ailleurs, le restaurateur ne cache pas son ambition de dupliquer dès que possible cet espace de restauration créée il y a maintenant un an au cœur de Barcelone. « Aujourd'hui je suis dans une logique de réflexion et je me donne encore quelque mois avant de passer à cette seconde phase, même si j'ai beaucoup de demandes pour des franchises afin de développer un concept dont j'ai déposé la marque, et qui devrait naturellement trouver sa place à Paris ».

MAD

Luigi Masala : « Je ne vends pas un produit ; je raconte une histoire qui nous ramène à notre enfance » © Francis Matéo

L’Espagne est un pays intéressant pour les investisseurs Français

Mais alors, pourquoi avoir choisi la capitale catalane pour tester cette nouvelle enseigne ? « Tout simplement parce qu'il est beaucoup plus difficile aujourd'hui de se différencier sur le marché français avec un projet comme celui-ci », répond Luigi Masala : « Et puis surtout, si vous entreprenez ce genre de projet dans des pays où le coût de l'investissement est moins élevé, votre risque économique est lui aussi d'autant moins élevé, et il n'échappe à personne que l’Espagne est un pays intéressant de ce point de vue ».

Sur la « Ramba de Poble Nou », où l'enseigne dispose d'une terrasse, le restaurateur a pu affiner son concept en s'installant dans un espace de 38 couverts répartis sur deux étages. Le choix de Barcelone s'est imposé pour son côté dynamique, mais également la proximité avec la France, qui permettra demain à Luigi Masala de dupliquer son enseigne dans l'Hexagone d'autant plus aisément.

De son aventure catalane, Luigi Masala retient aussi la solidarité de la communauté française , sur laquelle il a pu s'appuyer pour lancer son concept. Les Français de Barcelone représentent d’ailleurs une belle part de la clientèle du restaurant.

« J'ai été très agréablement surpris de voir cette solidarité française », note Luigi Masala ; « Cela prouve que les Français savent se soutenir mutuellement à l'étranger, ce qui n'est pas forcement le cas chez nous, où l'on a perdu ce côté « réseau » ; on pourrait en ce sens s'inspirer de ce que les Français font à l'étranger ». Sans doute aussi une notion à importer en France lorsque « Madeleine mon amour » y sera dupliquée.

MAD

Une vitrine qui a valeur de test à Barcelone. © Francis Matéo

Découvrez une autre aventure entrepreneuriale réussie à Barcelone : la microbrasserie Maestro

Ecomnews - Adds