Ecomnews - Adds
Montpellier : L'architecte François Fontès décoré de la médaille de la Ville
Par Fiona Urbain publié le 20 DEC 2018 à 16:17
En amont du conseil municipal du 19 décembre, Philippe Saurel, le Maire de Montpellier a remis la médaille de citoyen d’honneur de la Ville à François Fontès. Ecomnews vous propose un retour sur la carrière de l’architecte, homme d’affaires montpelliérain et un tour d'horizon de ses projets.

Juste avant le dernier conseil municipal de l’année 2018, Philippe Saurel, Maire de Montpellier a remis la médaille de citoyen d’honneur la Ville à François Fontès.

L’élu a retracé le parcours de l’architecte : « François Fontès est l'une des plus grandes signatures de l’architecture française et internationale, c’est l'un des plus grands ambassadeurs de la ville ».

Philippe Saurel a rappelé ses nombreuses réalisations dans la ville notamment le Laboratoire de la Répression des Fraudes, le Lycée Jean Monnet, le CREPS, Agropolis International et son Muséum, la ZAC Port Marianne… « Avec la réalisation de cette Mairie du 21 ème siècle et la livraison de la nouvelle fac de médecine vous vous êtes inscrit dans l'histoire millénaire de Montpellier ».

?id=olBCCL8g9NdDm0PSah0KbtiFd37Ogesn

« Quand vous m’avez annoncé la distinction dont vous vouliez m’honorer, c’est un sentiment de joie et de gratitude qui a d’abord émergé. Mais j’ai également mesuré l’ampleur de cette distinction par rapport à ce que je suis réellement : un simple amoureux de Montpellier, un simple citoyen, comme un fragment intime relié naturellement au corpus sentimental de sa ville, comme beaucoup, qui œuvre chaque jour dans la passion, l’abnégation, ou par la simple générosité de leur travail à l'aventure humaniste, poétique et amoureuse de notre ville » a expliqué François Fontès dans son discours.

Né en 1951, François Fontès entre en 1969 à l’École d’Architecture de Montpellier et à l’Université Paul Valéry section géographie urbaine et histoire de l’art. Il travaille à la mise en place de l’atlas régional sous la direction des professeurs Raymond Dugrand et Jean-Paul Volle. En 1975 il crée son agence d’architecture à Montpellier.
Dès 1984 François Fontès participe à la restructuration urbaine de la ville de Nîmes, conjointement avec Jean Nouvel, Norman Foster, Kisho Kurokawa …

?id=qQwLdpwcIm3odOUUzrO24Y6GSFfbBjlb

François Fontès, en 1989 se lance dans la promotion immobilière en créant la société Sefiteg, s’en suivit un bureau d’étude d’urbanisme et d’aménagement avec la société Argos en 1996, puis Symétrie en 2000 (bureau d’études de projets et réalisations de constructions).

L’architecte fonde en 2003 Amétis (société de promotion spécialisée dans la construction de logements sociaux). « J’avais la volonté de démontrer qu’il n’y a pas de fatalité à la mauvaise qualité du logement social ». Amétis est devenue depuis la première société française privée de construction de logements sociaux, et est présente dans toutes les régions de France.

En 2009, il devient Président et Directeur de publication de la revue internationale L’Architecture d’Aujourd’hui. En 2014 par l’intermédiaire de sa société Hugar il s’associe aux Ateliers Jean Nouvel et devient Président de cette entité. La même année, de sa rencontre avec Vincent David naît Éméris, société de promotion de logements libre.

?id=qdXTnaMqI9B50iEJ8IkEeFQG8fLLrXyJ

Attentif à l’intégration d’une construction dans son environnement, au respect de l’identité architecturale des territoires, à l’esthétique et à l’innovation, François Fontes s’est fixé comme objectifs l’embellissement de la ville et la qualité de vie des résidents.

« La ville est une entité vivante. Le développement concentrique de la ville est un modèle qui n’est plus vertueux. Heureusement que Montpellier plus que toute autre ville a su anticiper, privilégiant le vivre-ensemble, la mixité sociale, les transports en communs la production de logements sociaux. »

L’ambition de François Fontès est de prendre en compte les nouveaux modes de vie avec pour objectif de construire des ouvrages avec une architecture ambitieuse, pour dessiner de nouveaux horizons pour les villes de demain.

Dans son discours devant le conseil municipal, il a émis quelques idées. Notamment la création de « cités nouvelles qui pourraient s’implanter les long des axes majeurs de transports en commun, introduire un nouveau rapport harmonique avec la nature, utilisant des matériaux locaux dans des circuits courts, diminuant ainsi les coûts de carbone ».

?id=AOQIZMRohWAKx2gfyBjV3YvXqoiAADBA

Il a aussi évoqué son engagement pour Sauramps qui risquait d’être démantelée avec la suppression de 50 emplois. « Cet organe culturel doit être au service des montpelliérains. Ce doit être plus qu’une simple librairie : un lieu de rencontres et d’ouverture, de diffusion des savoirs. » François Fontès et son associé Bertrand Barascud souhaitent accroitre son rayonnement « par des actions éditoriales sur le savoir et les compétences des acteurs universitaires et culturels de la ville. »

Alors que d'importantes rénovations sont en cours à Sauramps Comédie, au Triangle avec un nouvel espace Polymômes, les deux hommes ont racheté, l'ancien Espace Jeunesse, dans le Capoulié, rue Maguelone pour 2 millions d’euros. Ils prévoient d’y ouvrir « Sauramps Futur : un lieu pour les jeunes où ils trouveront, outre toute l’actualité du monde contemporain en termes de communication, de la bande-dessinée à la réalité virtuelle avec une présentation de leur ville et de leur territoire depuis son passé jusqu’à son futur sous forme de réalité augmentée. »

L’ouverture est prévue pour fin 2019.

?id=jOaYYiOMly2HrAddi6ytxIbnbt1vj75E

Ecomnews - Adds