Ecomnews - Adds
Moonfish : La pêche respectueuse en Corse
Par Julie Varray publié le 06 MAI 2018 à 09:00
C’est depuis juin 2017 que le programme de recherche Moonfish a vu le jour. L’outil de modélisation pour la gestion durable des ressources halieutiques en Corse a été financé par le fonds communautaire Feder 2014-2020. Il associe également l’Université de Corse, l’Office de l’Environnement de la Corse (OEC), la station STARESO et les professionnels de la mer.

Ce projet cherche à découvrir comment assurer une exploitation de la ressource marine et la pérennité d’un modèle de développement économique associée à l’activité de la pêche.

Pour cela, l’Université de Corse et le CNRS s’intéressent à une dizaine d’espèces seulement (parmi les 190 espèces qui sont pêchées en Méditerranée) : denté, mérou, thon, espadon, langouste, oursin, …

Le projet Moonfish a donc plusieurs objectifs. Le premier étant de proposer des stratégies de pêches qui soient respectueuses du milieu pour pouvoir maintenir ou restaurer les stocks, ce qui permet d’assurer la durabilité de la production.

Pour ce faire, Paul-Antoine Bisgambiglia, maître de conférences en informatique, explique « il s’agit, avant toute autre chose, d’acquérir les connaissances les plus larges possible sur le milieu et les espèces, pour essayer de concevoir un modèle de gestion des ressources spécifiques à la Corse ».

Paul-Antoine Bisgambiglia chapeaute le projet, cela au côté d’Eric Durieux, biologiste et maître de conférences en écologie marine, et ce, pour mener à bien un éclairage sur l’état et l’évolution de la ressource halieutique sur les côtes corses.

Ensuite, il cherche a capitaliser le savoir empirique des professionnels afin de contribuer au développement du projet. Certains pécheurs voient également la science comme un moyen de pérenniser leur activité.

?id=oxtvfnHNVEyzhxA7h1mMXfNL4fGZSrHj

Le projet correspond à un apport de taille pour les scientifiques.

Toutes les personnes rattachées au projet s’appuient sur les échanges avec les pêcheurs corses et leurs quatre prud’homies.

Par ce biais, ils bénéficient de la connaissance du milieu et du savoir-faire des professionnels de la mer.

Ce qui leur permet d’exploiter des données plus exhaustives, et ce, en adéquation avec la réalité, avec, comme enjeu, de définir une gestion durable.

Enfin, dans un second temps, l’objectif est d’établir un modèle qui permet de faire de la prévision pour contribuer à la proposition d’une politique de pêche, vient projeter Paul-Antoine Bisgambiglia.

Pour disposer d’une multitude de connaissances afin de mener au mieux le projet, l’Office de l’environnement de la Corse, qui est le gestionnaire de la réserve naturelle des Bouches de Bonifacio a mis à disposition les 25 années de données sur l’évolution des stocks halieutiques de la pêche insulaire qu’elle a à disposition.

« La pêche de loisir est un compartiment qui a aussi son importance et pour lequel peu de données sont disponibles en Corse », précise Marie-Catherine Santoni, qui travaille à l’Office de l’environnement de la Corse.

Cependant, le programme serait incomplet s’il ne prenait pas en compte la pêche de loisir.

Pour finir, on peut donc tirer de cet article que l’enjeu principal est d’aboutir à un modèle de pêche durable. C’est donc un moyen de maintenir une activité économique durable, avec maintenant la science à ses côtés.

Source photos : Université de Corse

Ecomnews - Adds