Ecomnews - Adds
Nice : La Métropole annonce un Plan d’Investissements de 420 millions d’euros sur 3 ans
Par Olivia Oreggia publié le 06 MARS 2018 à 08:47
Ce lundi 5 mars, le président de la Métropole Nice Côte d’Azur a présenté un plan exceptionnel d’investissements de 140 millions d'€ par an pour la période 2018-2020. Un programme pour soutenir l’attractivité et par là même l’emploi et le développement des entreprises.

Une fois n’est pas coutume, l’annonce a été faite aux côtés des principaux partenaires économiques du territoire : de la Chambre de Commerce à la Fédération du BTP.

« Certains disent qu’il faut freiner, nous on accélère ! » Voilà le leitmotiv de Christian Estrosi ce matin. Alors que d’autres métropoles françaises jouent la carte de la prudence en réduisant leurs investissements, le maire de Nice en prend fièrement le contrepied.

« Avec les élus de la Métropole, nous devions répondre à une question : Est-ce que nous voulons rester sur une trajectoire d’investissement, soutenir l’attractivité, les carnets de commande de nos entreprises, l’emploi ; ou voulons-nous, comme d’autres, jusqu’à moins 60% par exemple à Lille, baisser nos investissements ? »

Après 2 milliards d’euros investis depuis 2012, l’élan se poursuit donc.

Parmi les priorités : l’innovation. « Développer encore le tissu de nos startups et de PME qui est de plus en plus dense, et attirer de nouvelles entreprises. 11.000 entreprises ont été créés entre 2012 et 2017 », affirme le président niçois.

?id=MBHcEdntTRqLBcSuxvHiFA7qAlQlbzyv

Soutien des acteurs économiques

La Métropole Nice Côte d’Azur regroupe 49 communes, s’étalant de la capitale azuréenne jusqu’aux villages des sommets du département.

Ce choix tourné vers l’investissement s’est fait par l’ensemble des maires et élus concernés. Il a été largement applaudi par les représentants du monde économique : CCI, chambre des métiers, UPE06, Fédération du BTP ou encore syndicat des hôteliers.

« Nous soutenons bien sûr ce plan de la Métropole tout simplement car il va rejaillir sur les emplois, sur notre capacité à nous retourner et qu’il va nous accompagner dans les efforts quotidiens que nous menons », a ainsi expliqué Jean-Pierre Savarino. « Dans nos entreprises, nous avons bien sûr un besoin constant d’investissement. Nous avons aussi un besoin d’investissement des collectivités qui ont un effet multiplicateur dans la croissance de nos entreprises », a précisé président de la CCI Nice Côte d’Azur.

« Que la fiscalité professionnelle, la CFE, ne soit pas touchée est aussi essentiel pour nous. »

« C’est une très bonne nouvelle ! » pour Philippe Renaudi, président de l’Union pour les Entreprises 06.

« Vous nous offrez le contexte qui nous permet de nous inscrire dans le développement économique. Ce n’est pas partout le cas. L’attractivité c’est important. Quand vous investissez pour la partie publique, croyez-moi, le privé suit ! L’arrêt de l’investissement serait fatal à notre économie. »

Même enthousiasme pour Philippe Gautier, président de la Fédération BTP06 « Vous avez fait le bon choix ! », s’adressant à son tour à l’assemblé des élus métropolitains. « L’investissement c’est de l’emploi et cette augmentation nous permettra la création de plus de 300 emplois ! »

Le président du syndicat des Hôteliers, Denis Cippolini, lui aussi s’en félicite.

« L’industrie du tourisme et de l’hôtellerie génèrent 18% du PIB. Nous employons 175.000 personnes, directement et indirectement dans nos établissements, dont plus de la moitié dans la métropole. La ville de Nice, c’est le phare mais il faut continuer à investir jusque dans nos sommets, dans la ruralité.

Ca passera par toutes les communes de la métropole dont la ville de Nice est le phare. Derrière elle, on doit rayonner partout c’est ce qui va nous permettre de relever le défi mis en place par l’Etat français de 100 millions de touristes d’ici 2020. »

?id=hueId8aFRAxK2CCUaxQevZJa9OhGCeFZ

Quel financement ?

Christian Estrosi assure que la fiscalité ne sera pas augmentée pour autant. Celle des administrés, comme celle des entreprises.

Pas d’augmentation de la taxe d’habitation (« A 8%, c’est le taux le plus faible des métropoles de France »), baisse de la taxe sur les ordures ménagères, pas de Gemapi (taxe liée aux risques inondations).

Mais il y a tout de même un mais. Au-delà du recourt à l’emprunt, un impôt « créé ces dernières années par les métropoles et que nous n’avions pas mis en place sera appliqué ». Il s’agit de la taxe sur le foncier bâti (taux de 6,4% dès à partir d’octobre).

Enfin, une autre rentrée financière en vue d’alléger le niveau d’emprunt viendra de la vente de 4% des parts que possède la Métropole dans l’aéroport Nice Côte d’Azur.

« Cela nous permettra de dégager une recette prévisionnelle de 100 millions d’euros sur 2018-2020 », ajoute le président niçois.

« Nous pouvons vendre nos parts aujourd’hui à un prix plus élevé qu’il y a trois ans : 100 millions d’euros contre les 80 encaissés par le Département en 2015 » …dont le président était alors son rival Eric Ciotti.

La Région Provence Alpes d'Azur, également détentrice de 5%, vendra elle-aussi 4% de ses parts dont « la majorité reviendra à la Métropole Nice Côte d’Azur ».

Ecomnews - Adds