Ecomnews - Adds
Nouvelle-Aquitaine : Comment l’emploi est créé sur la région ? Analyse
Par Denys Bédarride publié le 25 FEVR 2021 à 09:34
La progression de l’emploi dans les grandes entreprises et les ETI s’explique par la croissance des PME et des ETI qui changent ainsi de catégorie, mais aussi par les créations de nouveaux établissements. Dans les micro- entreprises et les PME, ce sont les établissements pérennes qui créent des emplois. Ainsi, 22 000 emplois salariés marchands supplémentaires sont créés en Nouvelle-Aquitaine de 2008 à 2017.

En Nouvelle-Aquitaine, les 360 000 établissements marchands, hors agriculture, emploient 1,2 million de salariés en 2017, soit 22 000 salariés de plus qu'en 2008. Cette progression de l’emploi de 0,2 % en moyenne annuelle est trois fois supérieure à celle observée en France.

Cette hausse s’explique par les entrées d’établissements (créations et arrivées en provenance d’autres régions), qui ont généré plus d’emplois que les sorties (disparitions et départs vers d’autres régions) ; ce solde de 27 000 emplois est appelé « renouvellement ».

Les établissements « pérennes », c’est-à-dire présents au cours de la période 2008 à 2017, ont perdu 7 000 emplois. Enfin, les changements de champ (secteur) ont un effet négligeable sur l’emploi.

Globalement, l’emploi progresse dans les grandes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire (ETI), avec un solde positif de 52 000 emplois salariés, tandis que les micro-entreprises et les petites et moyennes entreprises (PME) en perdent 30 000.

Grandes entreprises et ETI, un dynamisme qui s’explique par le développement des micro-entreprises et des PME

Si l’emploi progresse fortement dans les grandes entreprises et les ETI, cela s’explique surtout par les changements de catégorie, c’est-à-dire soit par le franchissement d’un seuil (emploi, chiffres d'affaires, bilan), soit par le rachat par une entreprise de taille supérieure.

En effet, pour développer de nouvelles activités, ces catégories d'entreprises ont souvent tendance à investir dans des sociétés ayant les compétences attendues, à travers des rachats, acquisitions-fusions, et intégrations de ces entreprises souvent de taille plus modeste.

Ainsi, les PME présentes en 2008 et qui se sont développées ont apporté 50 000 emplois en 9 ans dans les ETI. Cela représente 32 000 emplois pour les ETI devenues des grandes entreprises, pour ce que l’on pourrait qualifier de « croissance importée ».

Aussi les pertes d’emplois dans les micro-entreprises et les PME, observées également à l’échelle de la France, sont-elles en trompe- l’œil. Elles résultent en grande partie du développement de ces entreprises, qui les font basculer dans une autre catégorie d’entreprise.

Les micro-entreprises et les PME créent en revanche des emplois par l’intermédiaire des établissements pérennes. De même, le renouvellement des établissements permet quelques créations d’emplois dans les PME. Il entraîne cependant des pertes dans les micro-entreprises, mais d’ampleur limitée sur la période.

Le « renouvellement » des établissements a toutefois généré environ 12 000 emplois dans les grandes entreprises et 15 000 dans les ETI. Cette progression importante est cependant atténuée par des pertes d'emplois dans les établissements « pérennes » : 19 000 emplois sont perdus dans les grandes entreprises et 10 000 dans les ETI.

?id=Oxk943T5sObkHJAMsXkfkLqONlPaoOoE

48 000 emplois supplémentaires dans le tertiaire marchand

Dans le tertiaire marchand, toutes catégories d’entreprise confondues, la dynamique de créations d’établissements a permis de générer 80 % des 48 000 créations nettes d’emplois du secteur.

De plus, grâce à l’apport des autres catégories d’entreprise, les grandes entreprises et les ETI enregistrent respectivement 14 000 et 24 000 emplois supplémentaires, tandis que la perte d’emplois dans les micro-entreprises est due au développement d’établissements qui rejoignent les PME.

Parmi les pérennes, les PME se développent avec 16 000 emplois supplémentaires, tandis que les grandes entreprises et les ETI en suppriment 19 000 au total.

Le tertiaire principalement non marchand comprend les établissements qui ont une activité marchande dans ce secteur d’activité (cliniques...). Ce secteur a gagné près de 18 000 emplois, pour deux tiers provenant de créations d’emplois dans les établissements pérennes, et pour un quart du renouvellement des établissements dans ce secteur.

Durement touchée par la crise de 2008, l’industrie a perdu 26 000 emplois. Seules les grandes entreprises se sont développées (+ 5 000), stimulées par le développement d’ETI. Les établissements stables perdent des emplois dans toutes les catégories, sauf les micro-entreprises dans lesquelles les effectifs sont relativement stables. Le renouvellement est également porteur de pertes d’emplois, hormis pour les grandes entreprises.

Le secteur de la construction a perdu près de 18 000 emplois de 2008 à 2017. L’emploi des ETI progresse grâce à l’apport des PME. Cependant, les micro-entreprises et les PME perdent des emplois dans le renouvellement des établissements, tandis que les effectifs baissent dans les établissements pérennes de chaque catégorie.

Source INSEE Nouvelle-Aquitaine

Ecomnews - Adds