Ecomnews - Adds
Nouvelle-Aquitaine : Comment se porte l’apprentissage ?
Par Fiona Urbain publié le 30 SEPT 2020 à 08:15
L’édition 2020 du baromètre ISM-MAAF de l’artisanat évalue l’impact de la crise du Coronavirus qui a durement touché les apprentis au même titre que les salariés. Dans la région Nouvelle-Aquitaine, le taux d’emploi des apprentis se situe légèrement au-dessus de la moyenne nationale. Il est également largement supérieur au taux d’emploi des jeunes diplômés issus de la voie scolaire traditionnelle : un avantage incontestable en période de crise.

La crise sanitaire liée au covid est venue fragiliser les entreprises artisanales et par conséquent, la formation en alternance. Ainsi, durant les mois de mars à juin, la fermeture administrative de certaines activités a contraint près de 25 000 apprentis à cesser leur travail en entreprise.

En Nouvelle-Aquitaine, ces dispositions ont concerné 2 180 apprentis.

Les activités de services à la personne ont été les plus durement impactées : coiffure (1 570), soins de beauté (300) et commerce de fleurs (260).

Marielle Vo-Van Liger, Directrice Marketing et Communication MAAF : « Le contexte de crise qui touche de plein fouet le secteur de l’artisanat, premier pourvoyeur d’apprentis en France, nécessite que tous les efforts soient portés vers ces entreprises pour soutenir l’emploi des générations arrivant sur le marché du travail. Retrouver les baisses successives que nous avons connu au début des années 2010 (-13 % en 2012-2013) serait dramatique et il faudrait plusieurs années pour s’en relever. »

Avant la crise, une situation favorable en Nouvelle-Aquitaine

En 2018-2019, sur les 150 000 jeunes inscrits en apprentissage en France, 14 800 se sont formés en Nouvelle-Aquitaine. Un chiffre en hausse de 2 % par rapport à l’année précédente.

C’est le département de la Gironde qui concentre le plus grand nombre d’apprentis (3 590) suivi par la Charente-Maritime (2 050), les Pyrénées-Atlantiques (1 490), la Vienne (1 360), les Deux-Sèvres (1 120), la Dordogne (1 080), la Charente (970), le Lot-et-Garonne (910), les Landes (870), la Haute-Vienne (690), la Corrèze (550) et la Creuse (140).

La variété des diplômes préparés par les 14 800 apprentis de Nouvelle-Aquitaine est large : 66 % sont inscrits à des diplômes de niveau CAP (9 690 apprentis), 25 % (3 740) à des diplômes de niveau BAC/BP et 9 % (1 380) à des diplômes de l’enseignement supérieur.

Dans la région, trois secteurs connaissent une augmentation de leurs effectifs en apprentis par rapport à l’année précédente : la fabrication (+9 %, 1 280 apprentis), le BTP (+6 %, 5 870) et les services (+2 %, 4 080). En revanche, les effectifs sont en baisse dans le secteur de l’alimentation (-5 %, 3 580).

?id=v4igTJwX1mh1md8Iiwer9rCcaGapQVL4

Un taux d’emploi supérieur à celui des jeunes diplômés issus de la voie scolaire

En Nouvelle-Aquitaine, le taux d’emploi, qui correspond à la chance pour un apprenti d’accéder à un emploi dans les 7 mois suivant l’obtention de son diplôme, est de 70 %. Il se situe légèrement au-dessus du taux d’emploi national établi à 68 %.

En pleine crise sanitaire et économique, les apprentis en sortie de formation peuvent compter sur un taux d’emploi bien supérieur aux élèves formés par voie scolaire.

Si la disparité tend à se réduire avec l’augmentation du niveau d’étude, au final, un apprenti de l’artisanat ayant son Brevet Professionnel en poche a un taux d’emploi à 7 mois (83 %) bien supérieur à un élève sortant de BTS (68 %).

À titre de comparaison et à niveau de formation identique, le taux d’emploi est de 84 % pour un apprenti ayant obtenu un diplôme de niveau BAC contre 48 % pour l’élève formé par voie scolaire.

Autre point positif : 60 % des apprentis sont embauchés en emploi à durée indéterminée (CDI) 7 mois après la fin de leur formation en apprentissage.

Ecomnews - Adds