Ecomnews - Adds
Le Pays de Grasse a son nouveau Conseil de Développement
Par Denys Bédarride publié le 29 JUIN 2021 à 09:33
Un nouveau Conseil de Développement pour l’Agglomération du Pays de Grasse a été mis en place par délibération du conseil communautaire le 24 septembre 2020, pour tenir compte de la nouvelle loi « Engagement et proximité ». Pour quelles missions ?

Ce conseil est constitué de 24 personnes, toutes bénévoles, 33% de retraités et 67% d’actifs, au-delà de la parité, pour 58% femmes et 42% hommes. Il a pu se réunir, malgré la crise sanitaire, en septembre 2020, janvier et mars 2021.

Jean-Pierre Rozelot, Président du Conseil du Développement du Pays de Grasse explique :

« Un conseil de développement de la CAPG, disruptif et résilient…Le Conseil de Développement pour l’Agglomération du Pays de Grasse a été mis en place par délibération du conseil communautaire le 24 septembre 2020, pour tenir compte de la nouvelle loi « Engagement et proximité » du 27 décembre 2019, laquelle réaffirmait le rôle de la démocratie participative dans les Établissement public de coopération intercommunale (EPCI).

Ce conseil est constitué de 24 personnes, toutes bénévoles, 33% de retraités et 67% d’actifs, au-delà de la parité, pour 58% femmes et 42% hommes. Il a pu se réunir, malgré la crise sanitaire, en septembre 2020, janvier et mars 2021.

De manière collective, le conseil de développement réaffirme l’association de la société civile, dont les membres sont issus, aux politiques territoriales et en premier lieu celles de la CAPG. De manière pragmatique, il s’est doté d’un bureau (8 membres) et s’est constitué en groupes chargés de travailler sur des engagements de proximité pour être plus aisément identifiables par les habitants du territoire.

A noter que 16% des membres sont issus des communes du moyen pays grassois, 17% du haut pays et 67% du bassin grassois. J’en profite pour remercier les Maires qui se sont parfois transformés en véritable ambassadeurs du Conseil pour proposer des personnes qualifiées.

Le premier travail a d’abord consisté à intégrer les expertises et les compétences des membres du conseil dans une collaboration innovante sur des sujets d’intérêts sociétaux puis à identifier collectivement les principaux axes de réflexion et de travail. Il en résulte une stratégie, réaffirmée par son président, qui repose sur trois piliers :

  • une vision scientifique ambitieuse disruptive,
  • une relation privilégiée avec le monde socio-économique que ce soient les industriels ou les collectivités locales (voire régionales),
  • une synergie très forte entre les différents aspects environnementaux, culturels, patrimoniaux et touristiques du développement local.

Ce conseil entend réaffirmer l’importance de la relation entre les citoyens et le territoire qu’ils habitent, agréable et accueillant.

Symbole de notre vision des communes, constitués de lieux dynamiques et plaisants, capables de retenir les talents et d’innover –et si la campagne était l’avenir de la ville ?- S’emparer plus à fond des thèmes de solidarité comme celui de la santé, laquelle fait l’objet de réflexions d’un groupe à part entière : « Comment vivre sereinement sa santé sur notre territoire » ?

Développer une approche de société innovante, mobilisant les ressources technologiques du territoire au profit du bien être des individus. Celle-ci est également l’objet de réflexions d’un second groupe et devraient se concrétiser par exemple avec le programme Scotolives, développé en complète osmose avec les services de la CAPG.

Ne pas cantonner le citoyen dans un rôle passif mais l’aider à se comporter en usager clairvoyant.

Favoriser le partage des ressources du territoire dans sa vision environnementale, mobiliser « l’intelligence collective » pour montrer aux citoyens et plus particulièrement aux plus jeunes l’intérêt de s’inspirer de la nature pour innover de façon durable (un projet du type Ecole et Nature), ce qui fait l’objet des études des deux autres groupes.

Au final, nous souhaitons participer, en partenariat avec l’Agglomération du Pays de Grasse, à la dynamique du Pays de Grasse, un territoire qui se voudrait particulièrement résilient face à quelques-unes des problématiques de notre époque au bénéfice de tous les citoyens ».

5 ans pour agir aux côtés des élus

Le Conseil de développement rassemble des habitant.es du territoire qui s’engagent pour alimenter une réflexion un peu décalée. Le Conseil travaille en cohérence et en synergie avec les différentes dynamiques locales dans le but de donner un éclairage et élargi aux élu.es.

Le Conseil de Développement installe un dialogue démocratique qui constitue un réel enrichissement.

« En tant qu’élus, nous nous devons d’être à l’écoute de nos concitoyens. Il est également tout aussi essentiel que nous soyons entendus, que nos décisions d’intérêt général soient confrontées à la somme des intérêts particuliers afin qu’elles soient comprises et partagées par tous.

C’est pourquoi, et ce dès ma première mandature en tant que Président de la CAPG, j’ai souhaité que notre Communauté d’Agglomération soit accompagnée dans l’exercice de ses compétences, du regard critique et bienveillant de la société civile par la mise en place d’un Conseil de développement du Pays de Grasse.

Même si la création d’un Conseil de Développement est une obligation dans le cadre de la loi du 7 août 2015, j’attache une importance particulière à cette instance. Tout simplement, parce qu’il est un lieu d’expression et de dialogue, parce qu’il contribue à la mise en débat d’enjeux concernant nos concitoyens, notre territoire et son devenir, parce que, en tant qu’instance de démocratie participative, il apporte une réelle plus-value à l’action publique.

Un conseil de développement est un véritable observatoire, un laboratoire d’idées, un lieu d’inspiration, de fédération, d’écoute où l’on ose proposer, échanger pour innover, créer, améliorer. Je suis certain que ce nouveau Conseil de développement, présidé par Jean-Pierre Rozelot que je félicite, sera une aventure humaine forte de sens, une intelligence collective pour créer de la valeur qu’elle soit culturelle, humaine, économique ou encore écologique… » ajoute Jérôme VIAUD, Président de la CAPG

Comment fonctionne un Conseil de Développement ?

Le Conseil de Développement est une instance de débat.

Le bureau se réunit régulièrement, des réunions plénières sont organisées environ tous les deux mois et un séminaire de réflexion annuellement.

Il peut élaborer des avis sur des projets choisis par les élu.es locaux.ales ou s’emparer de thèmes de réflexion qui lui semblent importants pour le développement du territoire et le bien-être de ses habitant.es.

Les sujets sont traités au sein de groupes de travail, en s’appuyant sur le croisement des compétences des membres du Conseil de Développement, des témoignages d’expert.tes, des visites de terrain, des échanges d’expériences ou des idées ressorties de débats publics.

Les propositions ainsi construites sont ensuite portées auprès des élu.es et des acteur.trices compétent.es pour mettre en œuvre les idées proposées.

Quelles sont ses missions ?

  • Enrichir la connaissance des élus sur les réalités vécues et ressenties par les citoyens.
  • Alimenter la réflexion des élus par la production de rapports et dʼavis sur le développement territorial et les services à rendre aux habitants.
  • Associer les citoyens aux choix dʼaménagement et de développement du territoire.

LES MEMBRES DU NOUVEAU CDD

Audrey JARRYBORTOLINI, Bernard LEICEAGA, Catherine BRUN,

Colette MULBIANCHI, Eric MONVOISIN, Françoise LOPEZ, Geneviève CAMPODONICO, Grégory BERTRAND, Hélène SEROPIAN, Jacqueline MAYCHMAZ, Jacques PILATI, Jean-Claude MATHIGOT, Jean-Pierre ROZELOT (Président), Joëlle FAGUER, Laetitia WOLFF, Marie SOUCHON, Marion LUIGI, Michel GSCHWING, Odile FANTON D’ANDON, Philippe MASSÉ, Pierre COUSIN, Sylvie TRIBALLIER, Tancrède BONNICI, Vanessa PATUCCABOUGEAIS.

Pour rappel, les élus municipaux et communautaires ne peuvent pas siéger au conseil local de développement. Les participants sont volontaires et bénévoles.

Ecomnews - Adds