Ecomnews - Adds
Un plan d’urgence de 8 millions d'euros pour remettre à flots le port de Marseille-Fos
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 25 FEVR 2020 à 14:41
Frappé de plein fouet par la grève contre la réforme des retraites qui mine l’activité portuaire depuis le 5 décembre dernier, le port de Marseille Fos a présenté, le 21 février 2020, un plan de relance commerciale de 5 millions d'euros qui vient compléter le dispositif de soutien financier de 3 millions d'euros de la Région sud aux sociétés fragilisées.

Le 21 février à l’Hôtel de Région, démonstration a été faite de la capacité des professionnels portuaire à s’unir pour affronter la tempête.

« On nous a touché mais pas tué. Nous avons l’intention de reconstruire ce qui a été détruit », a lancé le Président du conseil de surveillance du port Jean-Marc Forneri.

Durant ces deux mois de blocage, les armateurs ont été contraints d’annuler les escales de Marseille, désorganisant totalement l’activité, puisque les conteneurs devaient être réacheminés par la route depuis Anvers ou Barcelone.

Sur les quais phocéens, les conteneurs, les remorques ne pouvait être livrés chez les clients. La facture s’avère très salée.

« Le blocage du port a un impact supérieur à 200 millions d'euros voire même le double sans doute. Outre les marchandises transportées sur les lignes régulières, les grèves ont eu des conséquences sur les croisières, la réparation navale », explique Jean-Claude Sarremejeanne, Président de l’Union Maritime et Fluviale de Marseille-Fos qui regroupe toutes les familles professionnelles.

Un conflit dont les conséquences sont difficilement chiffrables à long terme. « Nous avons perdu un gros trafic de voitures et un grand logisticien est en train de remettre en question les investissements qu’il avait l’intention de réaliser », déplore Jean-Marc Forneri.

?id=BCyOyNky6C4v0f7DVYTCjhcy7upxD1XV

Grèves et coronavirus, la double peine

Aux côtés du grand port maritime, l’UMF a présenté un « Pacte d’engagement de Marseille-Fos », consistant à proposer des mesures commerciales immédiates en faveur du soutien aux marchandises diverses.

« Nous allons effacer les frais de stationnement des marchandises (conteneurs, remorques, voitures) sur les quais ce qui devrait contribuer à apaiser les relations entre armateurs et manutentionnaires. La deuxième mesure sera un allègement de 30% des frais d’escale pendant trois mois si la compagnie maintien ses lignes, voire une ristourne de 50% si elle renforce ou crée de nouveaux services. Ces frais englobent le remorquage, le lamanage, le pilotage et les droits de port navire », explique Hervé Martel, président du directoire du GPMM.

Pour faire connaître ses mesures dont le montant global représente 5 millions d'euros, le port s’apprête à engager une action commerciale renforcée dans quelques grandes villes (Paris, Strasbourg, Lyon…).

Ce pacte d’engagement est complété par une deuxième mesure annoncée le 6 février par Renaud Muselier portant sur une aide exceptionnelle de 3 millions d'euros aux entreprises en difficulté dans le cadre du dispositif Sud Région Défensif. Cette intervention peut prendre la forme d’une subvention allant au maximum jusqu’à 200 000 €, soit d’une avance remboursable jusqu’à 350 000 €.

Les professionnels portuaires marseillais se montrent extrêmement préoccupés car ils redoutent une double peine, celle des grèves et des conséquences de l’épidémie de coronavirus avec la fermeture des usines et des moyens de transport qui tournent au ralenti ou arrêtés.

« Nous avons perdu la moitié des volumes habituels durant ce conflit dont une partie ne reviendra jamais. Et à présent, les navires ayant quitté les ports chinois, moins nombreux et moins remplis, vont commencer à toucher Fos la semaine prochaine. Nous allons sentir l’impact de la baisse des volumes de conteneurs », s’inquiète Jakob Sidenius, directeur de la société de manutention Seayard à Fos.

?id=ROVoJpIxWL1uuE9bJNLvpWGVBU4zwRY9

Photo : Le 21 février 2020, Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Président de Régions de France, a présenté, aux côtés de Jean-Marc Forneri, président du Conseil de Surveillance du Grand Port Maritime de Marseille, d’Hervé Martel, président du directoire du GPMM et de Jean-Claude Sarremejeanne, président de l’Union Maritime Fluviale, et des représentants des acteurs de la place portuaire, le Plan d’actions pour le Port Marseille-Fos. ©NBC

Ecomnews - Adds