Ecomnews - Adds
Marseille : Le volume des marchandises du Port chute de 15% et le trafic passagers toujours en berne
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 16 JUIL 2020 à 09:23
Sans surprise, les trafics semestriels du Port de Marseille-Fos sont médiocres. Dressant le 9 juillet le bilan d’activité des six premiers mois de 2020, le président du directoire du GPMM a annoncé un recul des tonnages de 15 % et une activité passagers quasi proche de zéro en raison de la fermeture des frontières et du confinement. Aujourd’hui, 11 paquebots sont stationnés dans le port de Marseille attendant une hypothétique reprise à la rentrée.

Grèves et coronavirus ont plombé l’activité du Port de Marseille de janvier à fin juin marquée par une chute de 15% du volume des marchandises.

« D’habitude nous accueillons 25 navires par jour, pendant la crise nous sommes tombés à 18 », explique le président du directoire du Port de Marseille-Fos. Les volumes conteneurisés accusent un recul de 17%, sur la période, les import/ export de voitures neuves chutent de 23%, les diverses de 15%, les vracs solides ont également été affectés par l’arrêt d’un des hauts fourneaux d’Arcelor-Mittal à Fos le 23 mars.

Seuls les trafics agroalimentaires, les céréales et dans une moindre mesure le GNL ont progressé. Activité tout aussi morose dans le transport de passagers avec la fermeture des frontières à compter de la mi-mars.

Le port phocéen qui annonçait 2 millions de croisiéristes pour 2020 s’est brutalement transformé en port refuge pour onze paquebots naufragés du Covid. « Nous avons dû gérer des événements exceptionnels. Les paquebots ont terminé leur périple à Marseille et il a fallu rapatrier les navigants et passagers », explique le directeur du port Hervé Martel.

?id=ZNZ7aq7NAQYPFzFd0iUFZuGv9erIrw5z

Photo : Onze paquebots stationnent dans le port de Marseille-Fos. Deux d’entre eux pourraient rejoindre l’Italie dans les jours à venir. ©N.B.C

Ainsi, la fréquentation passagers sur les ferries accuse une perte semestrielle de 59 %, quant à la croisière le recul est abyssal avec 84% de voyageurs en moins. Si les liaisons ferries avec l’Algérie sont toujours fermées, les navires sur la Tunisie ont repris leurs rotations depuis le 26 juin.

Mais la situation sanitaire semble préoccupante, de nouveaux cas de covid seraient déjà déclarés sur les ferries de Cotunav et Corsica Linea aussi bien chez les passagers que les navigants.

« Nous sommes dans la plus grande incertitude quant à la reprise des croisières », ajoute Hervé Martel qui ne prévoit pas de retour à la normale avant 2021. Interrogé sur l’arrivée des écologistes à la mairie de Marseille, vent debout contre les nuisances générées par les paquebots, Hervé Martel a indiqué son souhait d’exposer rapidement à Michèle Rubirola les projets du port notamment en matière d’électrification à quai et d’avitaillement des navires au GNL.

Afin de ne pas plomber les opérateurs déjà lourdement pénalisés, le Port a consenti un prolongement des mesures commerciales prises au lendemain des conflits sociaux et validé de nouvelles aides comme par exemple un rabais sur les frais de stationnement des paquebots, un moratoire sur le contrat d’objectif de trafic avec les opérateurs de manutention portuaire.

De nouvelles ristournes seront également consenties sur les droits de port navires.

Cette situation critique va peser sur le bilan de l’établissement public qui pourrait subir un manque à gagner de 35 millions d'€ d’ici la fin de l’année, soit un chiffre d’affaires en repli de 20%. En dépit de cette conjoncture défavorable, le Port maintien sa stratégie d’investissements (revue à la baisse de 70 à 59 millions d'€) et prévoit une hausse du recours à l’emprunt.

?id=sIjUlLYpz6Q2sCTR5xsHJ6hhTrNM9foW

Ecomnews - Adds