Ecomnews - Adds
Toulouse : Quel est le bilan de l’attractivité de la Capitale de l’Occitanie ?
Par Denys Bédarride publié le 13 OCT 2020 à 09:43
L’Agence d’Attractivité de Toulouse Métropole est en charge de la promotion et du développement du territoire toulousain. Une mission au service des acteurs du tourisme et des entreprises d’autant plus essentielle dans le contexte de crise sanitaire actuelle. Ses différentes entités sont en contact étroit avec les partenaires, entreprises et projets qui participent à l’attractivité du territoire. Tourisme, musées, implantation d’entreprises, tournages….quelle est la situation ?

Le tourisme

Le tourisme a fait l’objet de mesures immédiates destinées à protéger la saison estivale. D’autres actions sont en cours pour soutenir la fréquentation touristique, le tourisme d’affaires et l’organisation de congrès, l’implantation d’entreprises et les productions audiovisuelles.

Le tourisme général connaît un repli moyen d’environ 30%, une baisse limitée par les mesures de soutien fortes mises en place dès l’été par Toulouse Métropole.

En Occitanie, 98 978 emplois directs et indirects relèvent de l’activité touristique. Pour la seule ville de Toulouse, cela représente 2 475 établissements et plus de 23 000 salariés à accompagner. Des mesures de préservation et de relance post-confinement ont donc rapidement été mises en place, en anticipation de la période estivale. Le budget engagé sur ces mesures représente 70 000 euros, pris en charge par l’Agence d’Attractivité.

1) Des offres promotionnelles (remise tarifaire exceptionnelle sur le Pass Tourisme, visites guidées à 5 euros pour les toulousains, exonération de la commission de 10% sur les ventes des prestations touristiques du 1er juillet au 1er janvier 2021) ont contribué à soutenir l’offre touristique générale et les nombreux partenaires de l’Office de Tourisme.

2) Fruit d’une synergie entre les services Tourisme et Culture, la création du festival Instantanés a permis d’étoffer l’offre estivale et de renforcer l’attractivité de la ville à travers une programmation exceptionnelle d’événements inédits, du 3 au 31 août.

3) Dotée d’un budget global de 312 500 euros (volets 1 et 2 / montant dédié aux achats: médias= Print PQR Occitanie élargie + Programmatique + Réseaux sociaux), une campagne de communication ciblée #AvéPlaisir, privilégiant le tourisme de proximité et les courts séjours, a été lancée le 8 juin à destination des toulousains et des régions situées à 3h de distance (déclinaison print, digitale et radio). Le 2e volet de cette campagne a démarré le 20 septembre.

Pour stimuler la fréquentation sur l’arrière-saison, notamment pour les vacances de Toussaint, des actions complémentaires sont également mises en œuvre : campagnes digitales en septembre avec la SNCF (offres OuiGo) et dès octobre avec le groupe ACCOR, renouvellement de la réduction tarifaire sur le Pass Tourisme pour les vacances de Toussaint et de Noël.

En parallèle, une campagne spécifique destinée à soutenir les hébergements marchands avec une réduction tarifaire de 50% sur les WE et vacances scolaires (1 nuit achetée = 1 nuit offerte) sera lancée du 15 octobre au 15 janvier 2021 (dates sous réserve de l’évolution du contexte sanitaire), financée par l’Agence d’Attractivité à hauteur de 50 000 euros HT.

La situation des congrès et événements

La pandémie de Covid-19 a brutalement mis toute la filière évènementielle et affaire à l’arrêt en mars 2020. L’activité du secteur dépendant donc de l’évolution de la situation sanitaire ainsi que du cadre normatif y référant, très peu de signes de reprises sont à constater, malgré la mise en place de référentiels sanitaires spécifiques à la filière.

Relevant des mesures du plan de relance de Toulouse Métropole, un fonds dédié aux congrès, d’une dotation de 1 million euros, a été mis en place. Il a pour objectif d’attirer et de favoriser l’organisation de grands congrès nationaux et internationaux comme de congrès scientifiques en lien avec les secteurs de recherche privée et publique du territoire.

Ces derniers mois, le Convention Bureau a choisi d’optimiser les formations, de développer ses outils digitaux, d’adapter ses modes de promotion et ainsi maintenir une synergie avec tous ses interlocuteurs locaux et internationaux. L’arrivée de nouvelles infrastructures (ex : MEETT) et la diversité de l’offre des professionnels sont une force pour valoriser et promouvoir la variété de l’offre toulousaine, argument différenciant pour les clients.

Dans l’attente d’une relance progressive, des signes encourageants se dessinent concernant des grandes candidatures de congrès sur le plus long terme, cœur de métier du CVB.

?id=NwxVloB2tQfNC5lObaTw9iBdHK9uvQUI

L’implantation d’entreprises nouvelles

Invest in Toulouse a pu maintenir un niveau d’activité garantissant l’implantation de 10 entreprises, dont cinq étrangères, qui devraient générer 250 emplois dans les 3 prochaines années. La stratégie du service, qui vise en priorité les entreprises à fort potentiel d’innovation, se révèle payante même en période de crise, celles-ci étant globalement moins impactées par la crise du covid-19.

Les actions spécifiques mises en place dans le cadre du Plan de Relance concernent des secteurs identifiés comme porteurs d’attractivité pour les entreprises françaises et étrangères.

Quatre études ciblées, pilotées par Invest in Toulouse et financées via le plan d’action, vont être lancées pour un montant total de 160 000 € HT entre 2020 et 2022. Elles serviront de base à la conception de dossiers d’offres très qualitatifs, afin d’attirer les investissements dans les filières suivantes: Biomédicaments, Climat (III) Green-tech/Clean-Tech et Agri-Agro-Tech.

Invest in Toulouse est actuellement largement impliqué dans le dossier de candidature de Toulouse à l’accueil du Centre européen pour les prévisions météorologiques (= le CEPMMT dont le siège est actuellement à Reading, au Royaume-Uni) en cours de délocalisation pour cause de Brexit.

Les tournages dans la ville

La majorité des tournages prévus dès le printemps à Toulouse a simplement subi un décalage, avec un déroulement effectif au cours de l’été. Emission de grande écoute, publicité, téléfilm ou web-série : les équipes de production ont posé leurs caméras pour quelques jours ou quelques semaines, générant plusieurs millions d’euros de retombées.

Les Musées et sites touristiques

Dans l’ensemble, la baisse constatée dans les musées et sites touristiques s’établit autour des 30%. C’est le cas notamment des 3 sites les plus fréquentés cet été : la basilique Saint-Sernin (-28%, 133 000 entrées), la Cité de l’espace (-24% sur l’été, hors évènements et groupes, 86 000 visiteurs) fragilisée par l’absence de touristes étrangers et de groupes constitués ou encore le Muséum d’Histoire Naturelle (- 28%, 30 000 entrées) ...

Les jauges d’accès limitées ont davantage impacté la fréquentation des lieux en intérieur.

Les sites qui ont proposé des expositions ou des soirées évènementielles s’en sortent mieux. C’est le cas par exemple du musée Saint-Raymond avec l’exposition « Wisigoths, rois de Toulouse » (-6% en juillet), des Jacobins (« Les Mardis Médiévaux » et les « Visites extra ordinaires » à la lueur des lampions, -19%) ou encore les projections du film « La Patrouille de France » en plein-air à l’Envol des Pionniers qui ont affiché complet.

A noter également, la progression de la fréquentation au mois d’août à Aeroscopia (+3%) et l’augmentation de la fréquentation globale à l’Envol des Pionniers sur juillet et août (+2% sur l’été). La fréquentation de la clientèle française (hors Toulouse) a logiquement progressé de 17% dans les principaux musées de la ville.

L’aéroport de Toulouse-Blagnac chute à 25% en juillet et à 38% en août de son trafic habituel (vs 2019). Les vols internationaux sont, sans surprise, les plus impactés. Selon la CCI, l’activité estivale dans les commerces du centre-ville (hors restaurants dont la situation est plus difficile) a été plutôt satisfaisante grâce à une clientèle française et toulousaine au rendez-vous (et à la Grande Braderie maintenue début septembre).

Ecomnews - Adds