#Ales #AlesAgglomeration #Attractivite #ChristopheRivenq #Economie #Gard #Occitanie #Ales #Gard #Occitanie
Denys Bédarride
5 novembre 2021 Dernière mise à jour le Vendredi 5 Novembre 2021 à 08:11

Les élus communautaires ont adopté à l’unanimité l’actualisation du Projet de territoire, véritable feuille de route d’Alès Agglomération jusqu’en 2026. Une mise à jour majeure, qui intègre notamment un volet supplémentaire consacré à la transition écologique et énergétique.

?id=bCP8qDCxNUps5WVcY5sZI0yJwp4jGsPG

Elaboré en 2014 pour guider et prioriser l’action des élus communautaires au lendemain de la création d’Alès Agglomération, le Projet de territoire avait déjà dû évoluer en 2018 lors du passage à 72 communes, pour s’adapter aux contours d’un nouveau territoire de quelque 130 000 habitants.

En 2021, cette feuille de route indispensable nécessitait d’être à nouveau mise à jour.

«  Depuis la crise sanitaire débuté en 2020, le monde change à une vitesse incroyable. Les bouleversements que nous pensions plus ou moins lointains sont déjà à notre porte. L’innovation technologique ou la transition énergétique et écologique notamment, sont des préoccupations qui montent en puissance dans le champ des politiques publiques nationales, régionales et locales, explique Christophe Rivenq, président d’Alès Agglomération. Il était donc capital d’intégrer ces nouvelles données à notre feuille de route ».

Le travail a consisté à enrichir le document existant et retravailler sur les priorités de la politique menée par Alès Agglomération. Élus communautaires, services de l’Agglo, partenaires sociaux-économiques, élus communaux, associations et citoyens se sont mobilisés depuis un an sur cette mission, permettant de produire une vision partagée.

Construit à l’origine autour de trois axes stratégiques, le Projet de territoire d’Alès Agglomération est désormais doté de cinq piliers, comme cinq clés pour l’avenir du territoire. Les deux nouveaux enjeux mettent au premier plan la promotion du territoire, mais aussi les orientations prises depuis plusieurs années en matière de transition écologique et énergétique.

Les élus souhaitent en effet affirmer leur volonté de prendre une part active aux défis environnementaux, en les intégrant dans leurs politiques publiques et en favorisant leur cohérence. Ce sera notamment l’occasion de prendre des décisions quant à la gestion des déchets à l’échelle communautaire mais aussi par exemple de structurer une filière hydrogène vert.

?id=FkKJXZ46h5nsNZxImFLjQgh3cf0728Zc

Sur ce volet écologique, véritable fil rouge du nouveau Projet de territoire d’Alès Agglomération, Christophe Rivenq a an- noncé que, d’ici 2026, « quatre-vingt-sept actions seront mises en place, soit 280 M€ investis dans des projets en maîtrise d’ouvrage dans le cadre du Contrat de relance et de transition écologique (CRTE) ».

Le 14 octobre, c’est de nouveau à l’unanimité que les élus communautaires ont adopté l’actualisation du Projet de territoire d’Alès Agglomération. Pour mémoire, le premier document avait été voté à l’unanimité en 2014 et sa première actualisation avait été, elle aussi, unanime en juin 2018. 

Les élus communautaires font corps autour de ce projet territorial. Aurélie Génolher, vice-présidente déléguée à l’Agriculture, à l’Alimentation et à la Transition, n’a d’ailleurs pas caché sa satisfaction devant l’Assemblée :

« Ce Projet de territoire, c’est de la transversalité. Je suis ravie des deux nouveaux axes qui sont d’ailleurs déjà développés à travers le Plan Alimentaire Territorial dont certaines actions ont commencé ». Sylvain André, maire de Cendras, a salué pour sa part « une belle dynamique ».

Source Alès Agglomération

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *