#Entreprises #Occitanie #VieDesEntreprises #Occitanie
Denys Bédarride
11 décembre 2014 Dernière mise à jour le Jeudi 11 Décembre 2014 à 01:12

L'action du groupe Airbus a décroché de plus de 9% mercredi après-midi à la Bourse de Paris, affectée par un report de livraison du premier exemplaire de l'A350-900 à Qatar Airways et des perspectives économiques sans faste. A 17H17, le titre chutait

La livraison du premier exemplaire de l’A350-900 à Qatar Airways, prévue samedi à Toulouse, a été “suspendue jusqu’à nouvel ordre”, a indiqué une porte-parole de la compagnie de Doha à Paris, sans préciser les motifs de ce report.

Le cours de Bourse de l’avionneur européen a dans un premier temps plutôt bien résisté à cette annonce, avant de s’effondrer au moment où son patron, Tom Enders, a commencé à prendre la parole à Londres devant les investisseurs. La juxtaposition de cette mauvaise nouvelle et le fait que le groupe ne verrait pas progresser jusqu’en 2016 sa marge opérationnelle et demeurait confronté à des difficultés concernant la génération de flux de trésorerie ont entraîné un fort mouvement de vente sur le titre.

M. Enders a déclaré que le résultat opérationnel n’enregistrerait pas de progression entre 2015 et 2016, alors que nombre d’analystes envisageaient une croissance entre 8 et 10%, cela constitue une mauvaise surprise pour le marché“, a expliqué Xavier de Villepion, un vendeur d’actions de HPC. “Deux ans sans croissance de la marge opérationnelle, cela pourrait s’apparenter à un avertissement sur résultat étalé dans le temps, d’où la sanction en Bourse“, a-t-il complété. Au même moment, le marché dans son ensemble a décroché à l’unisson de Wall Street et des prix du pétrole, ce qui n’a fait qu’accentuer la pression sur la valeur. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.