#Actualite #Agenda #BuzzNews #Economie #Entreprises #Occitanie #VieDesEntreprises #Occitanie
Charles Dos Santos
21 juin 2017 Dernière mise à jour le Mercredi 21 Juin 2017 à 06:06

Et si la côte audoise voyait pousser 4 éoliennes dans la Mer Méditerranée ? il s'agit du projet inédit du Réseau de Transport d'Electricité (RTE) et des Eoliennes Flottantes du Lion (EFGL). Utopique ? Pas tout à fait. La concertation publique est off

eolienne
Photo d’illustration des éoliennes.

Alors que l’installation de 4 éoliennes flottantes au large du Barcarès, dans l’Aude, est prévue pour 2020, le projet a franchi en ce mois de juin 2017 une étape supplémentaire.

Les deux promoteurs officiels de ce projet colossal ont officiellement lancé la concertation publique. Celle-ci se déroulera du 27 juin au 27 septembre prochain.

Les objectifs sont précis. Il s’agit de faire partager l’information auprès du plus grand nombre de citoyens de la région, expliquer les choix des organisateurs, recueillir les avis de la population. 

Cette concertation a également pour objectif de favoriser les échanges entre les différents acteurs économiques concernés du territoire et les habitants. 

Deux réunions d’informations sont d’ores et déjà fixées. Celles-ci sont ouvertes à tous et se dérouleront : 

mardi 27 juin 2017, à 17h30 dans l’Amphithéâtre, Espace Henry de Monfreid à Leucate  
mercredi 5 juillet 2017, à 17h30 dans l’Auditorium du Barcarès

Une grande réunion publique de restitution des échanges est prévue en septembre. La date et le lieu restent à ce jour à définir.

Plusieurs points d’informations seront installés prochainement et notamment à l’Office de tourisme du Barcarès ainsi que sur le port de Leucate.

A terme, le projet, une fois construit, permettra de produire rapidement l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 50 000 habitants pour une capacité installée sur site de 24 MégaWatts. 

Pour raccorder ce futur complexe éolien à la France métropolitaine, RTE s’est engagée à construire une liaison électrique sous-marine et souterraine de plus de 20 kilomètres.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *