#CCIMarseilleProvence #Economie #Institutions #JeanLucChauvin #ProvenceAlpesCoteDAzur #Videos #ProvenceAlpesCoteDAzur
Nathalie Bureau du Colombier
2 février 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 2 Février 2018 à 12:59

A la tête de la plus ancienne chambre de commerce en France, Jean-Luc Chauvin a présenté ce 29 janvier 2017, ses vœux à la presse. Dressant le bilan de sa première année de mandature, il a évoqué un changement de méthode et en particulier le jeu coll

 

« Le changement de méthode est en train de payer », a expliqué ce lundi 29 janvier à la presse Jean-Luc Chauvin, président de la Chambre de Commerce de Marseille Provence. La méthode repose sur un consensus des acteurs économiques et politiques et une mobilisation commune.

Le choix de l’Américain Hexcel de préférer Lyon à Fos pour installer son usine avait créé un électrochoc localement. L’enseignement de cet échec avait alors été le jeu collectif. « Le changement de méthode a conduit une trentaine d’entreprises du territoire à s’engager et à se mobiliser en faveur du projet Quechen. Les dirigeants ont rencontré l’investisseur pour le convaincre du dynamisme de notre écosystème », a expliqué M. Chauvin.

Récompense de deux années d’allers-retours en Chine, l’engagement de Quechen d’entrer en négociations exclusives avec Marseille-Fos. Et ce n’est qu’un début promet-il. « Il y aura d’autres Quechen. Je m’y engage », dit-il.

Une annonce qui intervient au moment où 250 emplois sont menacés chez Ascometal sur le port de Fos dans le cadre de la reprise par le sidérurgiste Schmolz & Bickenbach. Le jeu collectif, il entend le poursuivre et anticiper une éventuelle privatisation de l’aéroport même si, à ce jour, aucune loi n’a été votée en ce sens. « C’est à nous que les actionnaires locaux ont confié le soin d’établir le pacte territorial. Notre objectif, c’est de créer les conditions pour rester maîtres du destin de cet équipement et pour peser sur les orientations stratégiques futures », martèle-t-il. Il prône également la création d’une marque métropolitaine.

« C’est le prochain défi que le monde économique doit relever », ajoute-t-il. De retour du CES de Las Vegas, il suggère une meilleure cohésion des régions françaises et prône une reprise en main par la French Tech au niveau national histoire de gagner en visibilité. Car, rappelle-t-il, la France est la deuxième délégation après les Etats-Unis avec 280 entreprises françaises présentes au CES.

Egalement président de l’agence de développement économique métropolitaine Provence Promotion, il s’est rendu à San Francisco à la rencontre de 6 start-up. « Quatre ont été fondées par des Français et ils vont venir s’installer avant la fin mars sur le territoire », a-t-il annoncé.

Pour 2018, la CCI s’est donnée comme objectif de passer de 17 000 à 25 000 entreprises clientes et de passer à l’ère du numérique. « En 2018, nous travaillerons à une CCIM-P plus business », assure Jean-Luc Chauvin. La vieille institution se transforme.

?id=2F9Wx0QHaItbE7tQyNS2Na8wPKoitWdR

Photo : Jean-Luc Chauvin, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie depuis novembre 2016. ©N.B.C

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *