#Actualite #Barcelone #BuzzNews #Decideurs #Institutions #Politique #Barcelone
Juli Choquet
26 juin 2017 Dernière mise à jour le Lundi 26 Juin 2017 à 12:12

Jeudi 22 juin, le gouvernement central a rejeté le référendum d'indépendance organisé depuis presque six mois par Carles Puigdemont, chef du parti démocrate catalan. Le pouvoir central a jugé le vote anticonstitutionnel et illégal.

Congreso_de_los_diputados_-espan-a-_05
 
“Voulez-vous que la Catalogne soit un État indépendant sous forme de république ?” c’est la question posée par le référendum qui devait avoir lieu le 1er octobre 2017.
 
En juin 2017, le tout jeune parti démocrate européen catalan de Carles Puigdemont, quelques mois après le départ d’Artur Mas, reprenait le flambeau dans la course indépendantiste catalane et annonçait la date d’un nouveau référendum qui aurait lieu en octobre 2017. 
 
Mais la semaine dernière, le gouvernement central a une fois de plus porté un coup fatal aux indépendatistes. Sur 350 députés parlementaires, 250 ont refusé le référendum catalan. Cela représente près de 71% de voix, parmi lesquelles on retrouve le Partido Popular du premier ministre, le Parti Socialiste espagnol, et Ciudadanos. Une large majorité qui s’est heurtée au vote favorable de Podemos, seul parti à se prononcer en faveur d’un référendum. 
Aucune surprise du côté du gouvernement central qui, comme au temps d’Artur Mas, a jugé le référendum anticonstitutionnel donc illégal. 
 
Ce n’est pas la première fois que le pouvoir rejette le référendum. Ce ne sera sans doute pas la dernière. Le gouvernement de Mariano Rajoy reste attaché à la Generalitat, qui est l’une des première puissance économique de l’Espagne d’autant plus que le pays connaît une reprise économique après la crise de la dette qui a assommé le pays au début des années 2010.
De plus, le premier ministre espagnol semble embarqué dans l’élan régionaliste européen qui reprend peu à peu son souffle après l’élection d’Emmanuel Macron en France. 
 
Mais au pays des burros, la ferveur nationale prends toujours le dessus sur le fatalisme et les indépendantistes ne comptent pas abandonner leur course.  
 
Pour en savoir plus sur l’actualité économique en Espagne, découvrez nos vidéos : 
 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *