#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Collectivites #CultureSport #Economie #Emploi #EmploiFormation #ProvenceAlpesCoteDAzur #ProvenceAlpesCoteDAzur
Olivia Oreggia
20 mai 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 20 Mai 2016 à 05:39

Marseille revendique la 2e place des villes les plus filmées de France, et vise désormais le « top 5 » européen. Un enjeu économique de taille pour des retombées estimées à 30M€. La cité phocéenne est venue faire sa promotion au Marché du Film, le ve

Sur la Croisette, jusqu’à dimanche, se tient le 69e Festival de Cannes, avec ses stars et son tapis rouge. Et puis, indissociables l’un de l’autre depuis 1959, se déroule aussi le Marché du Film, avec ses producteurs et ses négociations. Moins glamour certes, mais capital dans l’industrie du cinéma.

C’est le plus important marché du genre au monde: plus de 10.000 participants, 4.000 films et projets, 34 salles de projection… et surtout plus de 800M€ de volume d’affaires.

120 pays y sont représentés, des Etats-Unis à l’Afrique du Sud, en passant par Israël, le Japon ou la Grande-Bretagne. Et au milieu de ces grands acteurs économiques du 7e Art, entre Disney India, Studio Canal ou la China Film Foundation, la Ville de Marseille est venue planter son pavillon, pour la 3e année consécutive.

Il faut dire qu’en 10 ans, le nombre de tournages y a triplé pour atteindre 478 l’an dernier.
La traduction financière est plus qu’intéressante : 30 millions d’euros de retombées directes.
– Avec ses 4 à 5 millions de téléspectateurs chaque soir, Plus Belle la Vie, créée en 2004, génère 4M€ de retombées par an.
– 200.000 euros pour les seuls 18 jours de tournage de la série chinoise à succès Family on the Go (145 millions de téléspectateurs !)
– Il y a aussi la série de France 2, Caïn, depuis 5 ans; le Marseille de Netflix avec Gérard Depardieu…

Il y également les longs métrages à l’image d’Overdrive avec Scott Eastwood (fils de), tourné pendant 21 jours à Marseille et 5 semaines en Provence. Un film d’action américain à gros budget qui a vu travailler un millier de figurants locaux…et laissé 3 millions d’euros derrière lui !

 

Quels sont les atouts marseillais ?

Il y a bien sûr le soleil et la lumière. Mais c’est loin d’être l’apanage de la cité phocéenne. Alors pour se démarquer, Marseille met en avant ses décors spécifiques: calanques, stade Vélodrome, tunnels, château d’If, le Mucem… Sa Mission cinéma, née en 2009, travaille en lien avec l’Office de Tourisme, la CCI et les hôteliers pour mettre en avant ses décors, aider aux repérages, faciliter l’accueil et l’installation d’équipes de tournages.

Tête de proue de cette nouvelle économie: le Pôle Média de la Belle de Mai. Sur 23.000m2 sont rassemblés 50 entreprises liées au cinéma, 5 studios de tournage (où sont notamment enregistrés les épisodes de Plus Belle la Vie), ainsi qu’un nouveau studio associant capture de mouvements et d’effets spéciaux, un équipement unique dans le Sud. Marseille sait aussi pouvoir compter sur un vivier de 1.500 techniciens qualifiés.

Autant d’efforts, d’atouts et d’investissements pour séduire l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel, manne financière qui ne demande qu’à se développer.
Sans compter les retombées en termes d’image, pour une ville qui fait plus souvent parler d’elle dans les rubriques faits-divers que les pages cinéma des magazines.

Grégoire Mélin, producteur, et Séréna Zouaghi, déléguée Mission Cinéma Ville de Marseille
Inauguration du pavillon Ville de Marseille au Marché du Film de Cannes 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *