#Dechets #Ecologie #Environnement #ProvenceAlpesCoteDAzur #Toulon #Var #VieDesEntreprises #ProvenceAlpesCoteDAzur #Toulon #Var
redaction
13 février 2022 Dernière mise à jour le Dimanche 13 Février 2022 à 08:02

La jeune société toulonnaise veut exploiter l'immense gisement de déchets alimentaires et les valoriser en enrichissant les sols agricoles.

?id=POvDYNqo9kN5qWVOHm20phPTdYuNxamp

A l’échelle du département du Var, les déchets organiques alimentaires représentent pas moins de 100 000 tonnes par an, un volume colossal qui finit en grande partie dans les poubelles, avant d’être incinéré, alors qu’il pourrait être valorisé.

Depuis 2018, l’association Les Alchimistes Var – devenue depuis février 2021 une SAS – veut lutter contre ce gaspillage à grande échelle. L’idée est de développer des stations micro-industrielles mini-centrales de compostage sur tout le territoire varois.

La valorisation du compost obtenu pourra entre autres se faire sur les sols des exploitations agricoles, qui ont perdu en un siècle environ 70 % de leur matière organique. 

Les deux premières mini-centrales, compactes, peu gourmandes en foncier, d’une capacité annuelle de 1 000 tonnes chacune, vont voir le jour dans le courant de l’année 2022 dans l’est de l’agglomération toulonnaise.

Proposer aux entreprises et collectivités la prise en charge de leurs déchets alimentaires

Au-delà de la production de compost, le modèle économique des Alchimistes est de proposer aux entreprises et collectivités la prise en charge de leurs déchets alimentaires.

« Avec cette offre, nous nous inscrivons dans le cadre de la récente loi AGEC sur la diminution du gaspillage alimentaire, qui prévoit la généralisation du tri à la source des biodéchets pour tous les professionnels et les ménages », explique Cédric Davoine, qui anime la société avec son épouse Anne-Sophie ainsi que Davide Raffini, « maître composteur », impliqué sur le sujet depuis plusieurs années.

Les Alchimistes veulent ainsi avoir un coup d’avance et permettre aux restaurants, commerces, établissements scolaires, EHPAD ou hôpitaux, de se décharger de cette obligation imposée à tous les professionnels dépassant les 10 tonnes de biodéchets par an, et qui sera la règle pour tous dès 2023.

Le déploiement des futures mini-centrales devrait permettre de créer à l’horizon 2025 environ 50 emplois dans le Var, dont la moitié en insertion. Une dimension sociale et sociétale qui est primordiale pour la jeune société qui a reçu l’agrément ESUS du ministère du Travail et qui fait déjà appel aux services de l’ESAT Cat Vert de La Farlède.

 

Source : CCI du Var

Crédit photo : Virgil Prudhomme – Site Les Alchimistes Var

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.