pexels artempodrez 5716007
#AnalyseEconomique #CCIOccitanie #Emploi #Entrepreneuriat #Industrie #Occitanie
Denys Bédarride
16 May 2024 Dernière mise à jour le Thursday, May 16, 2024 At 9:50 AM

La CCI Occitanie, au travers d’OBSéco l’observatoire économique des CCI d’Occitanie, publie son baromètre de conjoncture trimestrielle réalisé auprès de 3000 chefs d’entreprise de la région en mars-avril 2024. Il a pour objectif d’apprécier la perception des entreprises vis-à-vis de leur environnement.

1er trimestre 2024 en Occitanie : ralentissement de l’activité et la confiance en berne 

Cette enquête confirme le recul de l’activité des entreprises avec une baisse notable du chiffre d’affaires et la perte de confiance en l’avenir des dirigeants. Même si la hausse du prix des matières premières est endiguée, la contraction des marges se poursuit et les trésoreries souffrent. Cette tendance, si elle se confirmait, pourrait avoir des impacts sur les effectifs. 

L’activité industrielle tourne toujours au ralenti ce trimestre mais les perspectives à trois mois s’améliorent. C’est dans ce secteur que la confiance en l’avenir reste la plus forte.

L’activité du secteur de la construction s’inscrit à la baisse et les incertitudes sur les marchés (baisse des investissements publics, modification de MaPrimeRenov’…) font s’effondrer la confiance. 

Le commerce souffre toujours de la contraction de la demande (baisse du pouvoir d’achat, développement des marchés de seconde main, contexte anxiogène…) et les trésoreries se dégradent mettant en péril bon nombre d’établissements. (solde d’opinion confiance en l’avenir = -2) 

Les professionnels des hôtels-cafés-restaurants sont inquiets du fait d’une demande peu dynamique et d’un pouvoir d’achat réduit. Ils rognent sur leurs marges pour maintenir des prix abordables. Ils placent leurs attentes sur le printemps et les nombreux jours fériés. 

Le recul de l’activité se poursuit dans le secteur des services et les perspectives pour le deuxième trimestre s’orientent toujours à la baisse. L’emploi devrait en pâtir. 

35% des chefs d’entreprise qualifient leur trésorerie de faible 

Ils expliquent principalement cette situation par : 

– La baisse de l’activité (facteur particulièrement ressenti dans le commerce) 

– Une augmentation des charges (facteur particulièrement ressenti dans les hôtels-cafés-restaurants) 

– Une baisse de la rentabilité (facteur particulièrement ressenti dans la construction et les hôtels-cafés-restaurants) 

– Un décalage entre les encaissements et le règlement des fournisseurs particulièrement dans l’industrie 

Parmi les facteurs exogènes qui mettent à mal les trésoreries : 

– Augmentation des coûts de l’énergie 

– Augmentation des coûts d’approvisionnement en matières premières 

– Remboursement du PGE souscrit durant la crise du Covid 19 

Parmi eux, 29% estiment que cela peut mettre en péril leur entreprise.  

Source CCI Occitanie