#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #EnDirectDe #NouvelleAquitaine #NouvelleAquitaine
Pierre Sauvey
11 octobre 2015 Dernière mise à jour le Dimanche 11 Octobre 2015 à 14:10

Après l’aménagement du territoire à Limoges, Alain Rousset a développé le 10 octobre à Mérignac son projet pour « l’emploi et l’entreprise », devant un millier de sympathisants. Il s’est largement appuyé sur son bilan, sur la jeunesse, et sur « cinq

Le développement économique, la formation et la recherche sont au cœur des compétences des régions. Ils ont constitué le thème du deuxième meeting de la campagne des régionales 2015 d’Alain Rousset, à Mérignac le 10 octobre.

 Les atouts de la grande région

 L’actuel président de la Région Aquitaine a salué « notre jeunesse qui a de l’enthousiasme à revendre et envie d’étudier, de conquérir le monde, de créer des start-up, de faire jaillir sur notre territoire les industries du XXIe siècle, et donc d’inventer les emplois de demain » assurant que « la liste de gauche (qu’il) dirige est là pour les accompagner, encourager les initiatives, aider ceux qui créent comme ceux qui souffrent ».

 Le candidat du PS a souligné « les atouts de la grande région, d’une superficie égale à celle de l’Autriche et d’une population de près de 6 millions :

” c’est la première région agricole et viticole d’Europe en valeur, l’une des premières Régions papetières et forestières, ostréicoles, aéronautiques, d’élevage bovin et ovin, de produits de qualité et de zones d’appellations, mais aussi de biodiversité, de tourisme, de construction navale de plaisance, avec pour marques de fabriques sa diversité et une éthique de la qualité qui se décline dans ses productions, ses savoirs faire, ses filières industrielles d’excellence, ses 5 Universités (Poitiers, Pau, Bordeaux, Limoges et La Rochelle) et le dynamisme de ses start-up! »

Alain Rousset, meeting de Mérignac. P.Sauvey

 Le bilan de 17 ans de présidence

 Elu depuis 1998 Alain Rousset défend son bilan sur la durée.

« C’est l’attractivité retrouvée de l’Aquitaine. Elle était la Région la plus endettée de France en 1998, elle est aujourd’hui la moins endettée avec la Bretagne. Nous sommes passés d’une économie de rente, de cueillette, d’arsenal et d’industries dépassées à une économie de l’innovation » souligne-t-il.

Alors que l’Aquitaine est la région où le chômage a le plus augmenté au mois d’août, il remarque que « nous avons réussi à maintenir le chômage en-dessous de la moyenne nationale alors que nous accueillons tous les ans 25 000 personnes venues de la France entière.

L’Aquitaine est devenue la région la plus attractive de France pour les actifs et pour les étudiants. Elle est la troisième région pour la création d’emplois (+11% depuis 2002 contre 5% au niveau national), la deuxième pour la croissance de son PIB, une des premières dans l’apprentissage.

L’Aquitaine est également la région dont l’emploi industriel a le mieux résisté à la crise de 2008. Nous avons su créer 18000 nouveaux emplois marchands.

Nous avons développé notre économie dans tous les secteurs: de la filière bois aux nanotechnologies, de l’agriculture bio à l’artisanat du cuir. »

 Alain Rousset a souligné aussi la forte part du budget de la Région accordée à la Recherche-Développement : « 10%, c’est unique en France. Cela paye : nous enregistrons +74% de dépôts de brevets en 10 ans alors que la moyenne française est à +24% » affirme-t-il.

Alain Rousset explique sa méthode, autour de six principes: « l’union de toutes les forces vives, l’écoute, la création d’un écosystème favorable au développement des entreprises et de l’emploi, la persévérance dans l’action publique, l’ouverture aux évolutions de l’époque, une action publique décentralisée. »

Alain Rousset et ses colistiers. P.Sauvey

Le « programme pour l’emploi »

Il développe son «programme pour l’emploi, autour de cinq piliers : innover, anticiper, investir, protéger et former ». 

 « L’innovation et la recherche-développement sont l’alpha et l’oméga du développement. Pour que les entreprises innovent, il faut également que les filières soient organisées : en clusters, en pole de compétitivité, en club d’entreprises, en grappes … »

Pour Alain Rousset, il faut « anticiper pour éviter « l’Uberisation » de l’économie, résultat de l’immobilisme. Il faut une révolution culturelle dans notre pays: faire croître sur notre sol les nouvelles industries du 21ème siècle —les nanotechs, la robotique, l’intelligence artificielle… »

Il annonce vouloir « créer une « Université du Futur », dédiée aux technologies de rupture, les NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatiques, Intelligence Artificielle et robotique). »

Le candidat socialiste à la présidence de la grande région veut aussi « investir dans la compétitivité », avec le programme « Usine du Futur ». « J’ai initié ce programme avec Turbomeca, à Bordes, et cela a apporté +50% de productivité ! Cela a permis à plus d’une centaine d’entreprises de se projeter dans l’usine du 21ème siècle. Une nouvelle promotion de 100 PME/ETI rentre dans le processus dans les semaines à venir. La plus belle usine aéronautique du futur, va ouvrir dans quelques mois à Mérignac : Thalès, avec 2000 emplois, et 500 supplémentaires qui vont arriver de Paris. Un complexe industriel aéronautique est en train de voir le jour. Nous sommes à l’heure des moissons et nous avons besoin de l’emploi industriel ! Un emploi industriel génère 3 emplois ! »

 Alain Rousset veut aussi « une région protectrice : protection des emplois, protection du droit à la formation pour tous, protection des transports en commun et protection de la nature, lutte contre les inégalités hommes/femmes, contre les discriminations … ».

 Le cinquième pilier: la formation. « Nous avons besoin d’un système de formation performant qui soit capable de conjuguer le projet des jeunes et les attentes des entreprises » dit-il.

 « Le projet que je propose pour la nouvelle grande région, dans un monde compliqué, est un projet complexe. Mais c’est un grand projet politique, un projet politique de rupture, un projet politique d’avenir, un projet politique enthousiasmant » a conclu Alain Rousset.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.