#Aides #ConseilDePartementalHauteGaronne #HauteGaronne #Logement #LogementSocial #Occitanie #Toulouse #Videos #HauteGaronne #Occitanie #Toulouse
superadmin
20 juillet 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 20 Juillet 2022 à 07:07

Le logement social manque en Haute-Garonne. Parmi les priorités du Département : les seniors, les jeunes et les personnes en situation de handicap. Outre la construction, la réhabilitation est encouragée, ainsi que l’accession à la propriété. Intervi

 

Entre une demande de logement social en hausse et une construction en baisse, l’équation est compliquée.

La Haute-Garonne compte 90 000 logements sociaux où vivent entre 200 000 et 250 000 personnes.

« À l’heure actuelle il y a 45 000 demandes, précise Jean-Michel Fabre, vice-président du Conseil départemental en charge de la transition écologique et du logement. Tous les ans, environ 10 000 personnes entrent dans un logement social ». 

À raison de 4 000 livraisons par an, la construction a ralenti. À cela deux freins : tout d’abord le foncier se raréfie et son coût augmente.

« C’est compliqué pour les bailleurs sociaux de trouver des endroits où construire, en particulier à un prix abordable 

?id=e0MfwjGGdotqJ2HYSMnhj3cKupVfw7rT

Second problème, des aides de l’État en baisse, tant pour la construction que pour la location. Pour ne pas impacter les locataires, la diminution des aides personnalisées au logement (APL) a entraîné celle des loyers.

«  6 ou 7 % des loyers payés aux bailleurs sociaux ont été ponctionnés, c’est donc moins de moyens pour réinvestir », explique Jean-Michel Fabre.

Parmi les zones les plus demandées figure la métropole toulousaine. « Mais pas seulement, ajoute Jean-Michel Fabre, partout en Haute-Garonne on est en tension pour les personnes âgées. C’est pour cela que dans notre plan d’action on a mis une priorité sur la production de petits logements pour les seniors ainsi que pour les jeunes ».

?id=Qst57Ar9U8HWXCmdmYw7WQXHIUMmHsuA

Réhabilitation

Mais la construction n’est pas la seule solution. La réhabilitation est au cœur des préoccupations du Conseil départemental avec un accompagnement des propriétaires privés modestes qui veulent isoler leur logement.

Sur cinq ans, de 2020 à 2025, le Département allouera un budget de 110 M€ au logement social, ainsi qu’au privé au titre de la rénovation. L’an dernier près de 800 familles ont été ainsi aidées. 

Sur l’allée de Brienne au centre-ville de Toulouse, le groupe Les Chalets a transformé les bureaux de l’ancienne Chambre d’Agriculture en une résidence étudiantes de 150 logements, appelée L’Annexe. « C’est un moyen de reconstruire la ville sur la ville ».

Les villes moyennes sont aussi au centre du dispositif avec des projets pour redynamiser les centres-bourgs comme à Revel, Auterive, Villemur…

?id=yPstRjaIYzCJoRIStTusiFMfmkOpIP9b

Accession sociale à la propriété

Enfin, Les Chalets développent l’accession sociale à la propriété. Un organisme foncier solidaire achète le terrain sur lequel un bailleur social y construit des logements puis les vend à prix modéré.

L’acheteur est accompagné et paie un petit loyer pour rembourser le foncier.

« On y croit beaucoup, car nous considérons que cela permet à des classes moyennes d’accéder à la propriété, d’autant que les logements se situent un peu partout sur le département, détaille Jean-Michel Fabre. C’est un modèle que nous allons soutenir car nous pensons que l’on a besoin de tous les modèles de logements depuis les hébergements locatifs sociaux les moins chers jusqu’à l’accession privée » conclu-t-il.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.