#Cannes #Collectivites #DavidLisnard #Decideurs #MairieDeCannes #ProvenceAlpesCoteDAzur #Cannes #ProvenceAlpesCoteDAzur
Denys Bédarride
9 avril 2022 Dernière mise à jour le Samedi 9 Avril 2022 à 09:04

Depuis 2014, chaque exercice budgétaire de la Mairie de Cannes se traduit par la réduction des dépenses courantes, la baisse de la dette communale sans recourir au levier fiscal et une politique d’investissements massive, conformément aux objectifs a

?id=Lo4SDGl3s1NC8GoAtSSZUPdOnTRExeAb

Pour 2021, les comptes de la Ville, clôturés lors du Conseil Municipal du lundi 4 avril 2022, font état d’un excédent brut de 93,97 millions d’euros, pour un excédent de fonctionnement disponible de 57,59 millions d’euros, après couverture des besoins d’investissements. La capacité d’autofinancement nette atteint 41,23 millions d’euros.

L’exercice 2021 a vu la réalisation de 60 millions d’euros de dépenses d’investissements pour améliorer la qualité de vie et l’attractivité de la cité. La municipalité a poursuivi la baisse de la dette communale, pour un total de -59,51 millions d’euros depuis 2014, stabilisé les taux communaux des impôts locaux, maintenu les abattements fiscaux et n’a pas créé de surtaxe d’habitation sur les résidences secondaires.

Plus que jamais, Cannes fait le pari de la sobriété fiscale, de l’efficacité et de la solidarité au présent pour préparer le futur. La Mairie de Cannes construit une stratégie financière vertueuse, synonyme de performance publique et porteuse de sens collectif et civique.

« L’exercice 2021 confirme la solidité comptable cannoise et valide la stratégie financière mise en œuvre par l’équipe municipale. La performance publique à laquelle parvient la Mairie de Cannes bénéficie aux contribuables locaux, aux usagers des services publics qui se voient proposer des prestations modernisées et plus efficaces à bas prix, et à la dynamique de la ville qui n’a jamais autant accueilli d’investissements privés et de partenaires extérieurs. Cannes avance, de façon solide et durable. Cette situation est le fruit d’un énorme travail interne d’organisation, qu’il faut continuer pour rester dans une spirale positive. » a indiqué David Lisnard, maire de Cannes.

?id=Fw75zd6YQDjQQE4yjisSImoSsxuTGqqq

Baisse de la dette et des dépenses de fonctionnement pour assainir les finances locales

En 2021, le respect des principes fondamentaux de la « rigueur bénéfique » a permis à la municipalité de poursuivre la baisse de la dette communale de -1 million d’euros (-59,51 millions d’euros depuis 2014 pour atteindre 195,48 millions d’euros  au 31 décembre 2021).

La capacité de désendettement s’établit à 3,6 années, soit un niveau largement inférieur au seuil d’alerte des 12 années fixé par l’État. Des renégociations permanentes ont permis de ramener le taux moyen de l’encours de la dette de 2,22% en 2013 à 1,53% et d’économiser 1,41 million d’euros de frais financiers annuels. 100% de l’encours de la dette communale est compris dans la Charte Gissler de bonne conduite et la Mairie de Cannes ne possède aucun emprunt dit « toxique ».

Ce désendettement important continue alors que la baisse des dotations et les prélèvements sur les ressources fiscales décidés unilatéralement par l’État depuis 2014 pèsent sur les finances communales à hauteur de 104 millions d’euros.

Par ailleurs, la Mairie de Cannes a su réduire les dépenses de fonctionnement (-3,39%) et les charges à caractère général (-2,91%) par rapport à l’exercice de référence 2019 pré Covid. Il en est de même pour les charges de personnel (-4,55%) alors que les mesures gouvernementales ont impacté les finances communales à hauteur de 1,1 million d’euros.

Cette contrainte a été absorbée par l’équipe municipale grâce à une gestion rigoureuse et humaine des effectifs, associée à une dynamique de plan de formation et une politique de redéploiement interne des personnels.

Depuis 2014, cette stratégie de recherche d’économies d’échelle s’est aussi concrétisée par la réduction des effectifs permanents (-263 agents) et la baisse du parc automobile communal (-123 véhicules). En outre, l’optimisation de la gestion financière en 2021 a permis d’absorber les 5,2 millions d’euros de charges supplémentaires liées à la crise Covid pour protéger les Cannois et soutenir l’économie locale. Elle a également permisd’assumer les charges de centralité du bassin de vie cannois.

« À travers cette politique de réduction des dépenses de fonctionnement, notamment du train de vie de la commune, la Mairie de Cannes démontre qu’il est possible de ne pas tomber dans la facilité de la dépense publique et honore les engagements de mandat grâce à une orthodoxie financière rigoureuse, performante et positivement économe. Ces économies nous permettent de continuer de réduire la dette pour la huitième année consécutive. « ajoute David Lisnard, maire de Cannes

?id=cCKxgWz5vBNOSSRLtcBIDEEXxVYwAwuE

La poursuite d’une politique de stricte sobriété fiscale pour la huitième année consécutive

En matière de recettes, conformément aux engagements pris devant les Cannois, la Mairie de Cannes a pratiqué une politique de stricte sobriété fiscale : aucune augmentation des taux communaux des impôts locaux, aucune réduction des différents abattements proposés en faveur des résidences principales et des personnes porteuses d’un handicap notamment, aucune surtaxe d’habitation sur les résidences secondaires, aucune fiscalité additionnelle intercommunale sur les ménages, ce qui est une singularité locale.

 

Un excédent de fonctionnement 2021 qui génère une importante capacité d’autofinancement pour 2022

Sur l’exercice 2021, l’excédent de fonctionnement atteint 93,97 millions d’euros. L’excédent de fonctionnement disponible, c’est-à-dire après couverture du besoin de la section d’investissements 2021 (36,38 millions d’euros), s’élève à 57,59 millions d’euros(20,47 millions d’euros en 2014). Par ailleurs, la capacité d’autofinancement nette s’établit à 41,23 millions d’euros à l’issue de l’année 2021. Ainsi, depuis l’élection de David Lisnard et l’engagement de sa politique de « rigueur budgétaire », la capacité d’autofinancement de la Ville de Cannes a été multipliée par 7,5.

Dans un contexte de crise sanitaire et économique sans précédent, ce résultat très positif est le fruit d’une gestion rigoureuse menée par la municipalité ainsi que de ses efforts permanents d’économies et de recherches de financement extérieurs. Cette démarche a permis aussi d’amortir les conséquences économiques de la crise sanitaire liée au Covid-19 (5,2 millions d’euros pour rappel en 2021) ainsi que le choc financier qu’impose l’État aux collectivités au travers des transferts massifs de charges non compensés et par la baisse drastique des dotations qui sont en réalité autant de prélèvements supplémentaires dans le budget de la commune.

« La solidité financière cannoise, acquise après huit années d’efforts de rigueur budgétaire, se traduit au 31 décembre 2021 par un excédent de fonctionnement de 93,97 millions d’euros. Après couverture du besoin de financement de la section d’investissements, d’un total de 36,38 millions d’euros, le solde, c’est-à-dire l’excédent de fonctionnement disponible, atteint 57,59 millions d’euros. «  indique David Lisnard.

 

60 M€ investis en faveur de la qualité de vie, de la solidarité et de la compétitivité

La Mairie de Cannes a poursuivi son ambitieux mais réaliste programme d’investissements pour renforcer l’attractivité du territoire, améliorer la qualité de vie des habitants et préparer l’avenir des générations futures. Ainsi, 60 millions d’euros de dépenses d’équipements ont été réalisées pour financer les projets inscrits dans les engagements de mandat tout en poursuivant l’effort de diminution de la dette communale.

Ces dépenses d’équipements ont notamment été consacrées à la réalisation des phases 3 et 4 du projet BoccaCabana, à la modernisation du Palais des Festivals et des Congrès, à la finalisation du campus Georges Méliès, à l’aménagement du boulevard Gazagnaire (phase 2), l’embellissement de l’avenue de Grasse (phase 2), à la requalification des digues du Large et Laubeuf désormais dénommées Jetée Joséphine Baker ou encore à la requalification des Allées de la Liberté, etc.

« Malgré une période très compliquée depuis février 2020 en raison du Covid-19, Cannes a fait le choix de poursuivre ses investissements massifs pour rester dans une spirale vertueuse. Investir pour l’avenir répond à trois enjeux majeurs : agir sur la qualité de vie des habitants dans tous les secteurs, œuvrer en faveur de l’unité locale et de la solidarité, soutenir les plus pauvres, renforcer la compétitivité de notre ville par l’embellissement de ses espaces publics.

De notre attractivité dépend notre capacité à percevoir des recettes et, par ricochet, mettre en œuvre des politiques sociales, éducatives, culturelles et environnementales durables et puissantes. Ainsi, compétitivité et qualité de vie sont intrinsèquement liées. » conclut David Lisnard, maire de Cannes.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.