#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #CultureSport #Decideurs #Economie #EnDirectDe #ProvenceAlpesCoteDAzur #ProvenceAlpesCoteDAzur
Olivia Oreggia
24 février 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 24 Février 2017 à 20:13

Pendant 3 jours, Cannes et la Croisette ont déroulé le tapis rose au 1er Festival International Pink, consacré au vin rosé. L’occasion pour Ecomnews de faire le point sur un marché qui ne cesse de se développer. La Provence en est le leader mondial.

« La consommation française était à 10% de vin rosé en 1990 », explique Michel Couderc, Responsable Economie et Etudes du Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence. « Elle est à plus de 30% en 2016. On n’est pas sur une mode, mais bien sur une tendance de fond régulière.»

Premier consommateur de vin rosé au monde, la France en est aussi le premier producteur et le premier exportateur. Et elle le doit surtout à la Provence.

Comme la Champagne est associée au vin du même nom, la Provence est en effet la région où le rosé est roi. Ses 3 appellations bénéficient d’une AOP : Côtes de Provence, Coteaux d’Aix-en-Provence, coteaux Varois en Provence. Le consommateur ne s’y trompe pas. Ni en France, ni à l’international (Américains en tête) puisqu’elle exporte pas moins de 25% des 160 millions de bouteilles qu’elle produit dans l’année.

Pourquoi un tel succès ?

« C’est avant tout une question de qualité. Elle a fortement évolué », nous détaille Michel Couderc. « Dans les années 80, on utilisait du SO2 (dioxyde de soufre), un conservateur courant dans l’agro-alimentaire mondial. Mais aujourd’hui, on sait en utiliser beaucoup moins. C’était souvent cela qui pouvait donner un peu mal à la tête. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. C’était lié à une technique. Depuis, des innovations ont permis un renouveau des vins rosés. On vendange aussi la nuit pour éviter l’oxydation. »

Les rosés de Provence bénéficient ainsi d’un centre de R&D unique au monde à Vidauban, dans le Var.

Des techniques plus innovantes, une meilleure qualité, une image plus jeune, plus féminine, plus accessible et des prix à la hausse (15-20€ et jusqu’à 90€ la bouteille).

Des enjeux capitaux pour une filière qui génére 5.000 emplois directs et 20.000 indirects.

vinrose_pink

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *