Ecomnews - Adds
Immunrise Biocontrol développe une micro-algue qui remplacera les pesticides dans la viticulture
Par Hélène Lerivrain publié le 16 JAN 2017 à 16:39
Immunrise Biocontrol basée à Pessac a découvert une micro-algue qui produit des molécules aux vertus bio-pesticides prometteuses. La start-up a reçu la visite du président de la Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, le 13 janvier. L’occasion pour la Région de rappeler son soutien et sa stratégie en matière de réduction de l’usage des pesticides dans le vignoble bordelais.

Bientôt deux ans d’existence pour Immunrise et déjà des recherches concluantes ! La société a été créée en avril 2015 par Laurent de Crasto et Lionel Navarro pour identifier et développer des solutions de biocontrôle innovantes pour la protection des cultures.

C’est en septembre de la même année qu’Immunrise a identifié un extrait naturel de micro-algue capable de détruire le mildiou, le botrytis et l’esca, trois maladies de la vigne. L’essai sur le mildiou a été efficace à 100 % en laboratoire.

Plusieurs étapes chimiques, industrielles et agronomiques doivent encore être menées avant de pouvoir entamer un processus de demande d’autorisation de mise sur le marché après des autorités européennes.

Levée de fonds attendue de 1 million d’euros

Pour soutenir son projet, Immunrise a lancé en décembre 2016 une levée de fonds participative sur la plate-forme bordelaise Happy Capital.

« L’objectif est d’atteindre au minimum un million d’euros pour pouvoir financer le développement de l’extrait mais aussi pour préparer l’avenir » explique Laurent de Crasto, co-fondateur. Il s’agira notamment de financer les tests en plein champ de ce nouveau bio-pesticide. Ils débuteront en mai prochain. D’autres tests seront effectués en 2018 et 2019.

immunrise-1
Alain Rousset visite la salle dans laquelle est cultivée la micro-algue

Grosses attentes

« C’est un beau projet qui s’inscrit dans l’ère du temps. Les premiers résultats sont prometteurs. Reste maintenant à passer à la vitesse supérieure » reconnait Dominique Trioné, président du cluster de la filière vitivinicole en Nouvelle-Aquitaine Inno’vin. « Immunrise a de grosses attentes, mais c’est le cas également de la société en général, des viticulteurs et des riverains » explique Laurent de Crasto. « L’objectif pour nous est de proposer une solution qui se substitue totalement aux produits phytosanitaires. »

immunrise-3

Cohérence avec la stratégie de la Région

La Région insiste sur le fait que cette initiative entre totalement dans les actions du plan pour accélérer la réduction de l'usage des pesticides dans le vignoble bordelais. Un plan lancé en 2016 par la Région Nouvelle-Aquitaine, le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), l'Etat et la Chambre d'Agriculture de la Gironde.

« La Région soutient et continuera à soutenir Immunrise. Mais le rôle de la Région est aussi de mettre tout le monde autour de la table. Les viticulteurs, le monde du financement et d’autres entreprises qui travaillent dans ce domaine pour créer des coopérations » insiste Alain Rousset.

La société compte aujourd’hui 8 salariés, 5 à Pessac pour la partie développement et 3 à Paris pour la partie recherche. L’objectif est d’atteindre les 50 salariés à l’horizon 2020-2022.

Ecomnews - Adds