Ecomnews - Adds
Aide à la distillation : les viticulteurs de l'Hérault peuvent déposer leur dossier jusqu’au 4 novembre
Par Denys Bédarride publié le 30 OCT 2020 à 10:12
Pour accompagner les viticulteurs dans la relance post-COVID, le Département débloque une aide exceptionnelle à la distillation, en partenariat avec la Chambre d’Agriculture et l’appui des Vignerons indépendants et de Coop de France Occitanie. Date limite de dépôt des dossiers : le 4 novembre.

La crise de la COVID a entraîné une forte baisse des ventes de vin. Résultat : des cuves encore pleines à l’heure de la nouvelle vendange !

Pour les vider, sans pour autant casser les prix en vendant les vins à bas coûts, l’Etat a permis aux caves de distiller des hectolitres de vin. Cet alcool pourra servir à la production de gel hydroalcoolique. Pour une meilleure valorisation du prix de ce vin vendu pour la distillation, le Département contribue à hauteur de 2€ par hectolitre distillé. Le prix à l’hecto passe ainsi de 78 à 80 € ce qui est plus proche de la réalité du marché. Le volume estimé est de 450 000 hectolitres.

Cette aide, adoptée par les conseillers départementaux lors de la session publique du 14 septembre, est adossée au dispositif national de distillation de crise mis en place par France Agrimer.

Où déposer son dossier ?

- Les viticulteurs peuvent déposer leur dossier jusqu’au 4 novembre 2020 auprès du Service « Filières agricoles » du Département de l’Hérault (04 67 67 67 11) par voie postale à l’adresse suivante :

Conseil départemental

Service Filières agricoles

Hôtel du Département Mas d’Alco

1977 avenue des moulins

34087 Montpellier Cedex 4

- Dès réception des dossiers, en cas de conformité, un acompte de 30% sera versé aux bénéficiaires. Le solde de 70% sera versé après le paiement de l’aide d’Etat France Agrimer.

Sur 2020, le Département a engagé une aide de un million d'€ pour la filière viticole.

?id=C5NvzAI3xbsCluwbrEQ5mZpwIoAGKtrO

Une vision pour la viticulture

Le Département consacre ainsi 17 millions d'€ à l’agriculture et à la viticulture avec deux priorités du président du Département Kléber MESQUIDA : garantir la pérennité de l’activité viticole et développer l’œnotourisme.

le plan irrigation pour protéger les vignes du réchauffement climatique et de la sècheresse. Près de 310M€ seront investis en cofinancement d’ici 2030. Pour le Département en 2020, c’est un budget de 12 millions d'€ qui y est consacré. Prochaines réalisations : l’extension et la modernisation des réseaux de 300 ha sur plateau de Vendres et de 300 ha à Gignac.

• de nombreuses actions pour aider les agriculteurs à obtenir la certification Haute Valeur Environnementale qui lie performances économique et environnementale : réduction de l’utilisation de pesticides avec la lutte biologique contre le ver de la grappe et la surveillance accrue de la présence de l’insecte flavescence dorée dans les vignes, aires de lavage, dépollution des caves particulières, création de haies, fossés, mares pour abriter la biodiversité, aide à l’achat de matériel agroenvironnemental...

• des études expérimentales : plantation de cépages résistants à la sécheresse et aux maladies de la vigne, agroforesterie au domaine départemental de Restinclières

l’aide à l’installation de nouveaux viticulteurs et la protection des surfaces agricoles dans les zones périurbaines : près de 4000 ha sont concernés (plateau de Vendres, Rou-viège, Verdisses).

Nouveau : le Département lance une enquête publique pour protéger 127 ha de plus sur le plateau de Vendres vers Sérignan.

le soutien aux organisations professionnelles : Chambre d’Agriculture, Coop de France, Syndicat des vignerons indépendants, CIVAM, interprofessions et syndicats viticoles…

l’Œnotour pour hisser l’Hérault en une destination oenotouristique leader en Europe

l’amélioration de l’accueil aux visiteurs dans les caveaux pour booster l’oenotourisme avec le CAUE : 41 projets accompagnés.

• la promotion des vins héraultais sur des marchés, au salon de l’agriculture à Paris et, avec l’Observatoire viticole, l’Œnothèque départementale et le recensement des oenothèques privées.

Ecomnews - Adds