Ecomnews - Adds
ICM : Quelles sont les avancées dans la lutte contre le cancer ?
Par Johanne Eva Desvages publié le 14 JUIN 2018 à 12:00
Le congrès mondial dédié aux avancées médicales en cancérologie (ASCO) s'est tenu le 5 juin aux Etats-Unis. Bilan : des avancées considérables dans le traitement contre le cancer, dont certaines ont été rendues possibles par l'ICM de Montpellier. Les explications avec Ecomnews.

Tout juste rentrés de l'ASCO, les professeurs de l'ICM à Montpellier, envisagent déjà de bousculer (un peu) leurs pratiques. "Une étude française a montré que dans le cas d'un cancer du rein avec des métastases, il faut d'abord faire le traitement médical et pas forcément enlever la tumeur du rein" explique le professeur Marc Ychou, directeur de l'Institut de Cancérologie de Montpellier, qui procédait habituellement à l'ablation de la tumeur avant le traitement médical.

Toutefois, les changements s'annoncent mineurs pour l'institut montpellierain qui, particulièrement tourné vers l'innovation, est déjà innovant dans de nombreux traitements médicaux.

Le corps médical de l'ICM, comme "beaucoup d'autres équipes dans le monde", utilise "l'immunothérapie avec de nouveaux produits" qui, au congrès l'ASCO, ont été jugés "capables de remettre en fonction les cellules immunitaires de l'organisme" précise le Pr Marc Ychou.

"Dans le cas du cancer du foie, on attend beaucoup des combinaisons d'immunothérapie" complète le Pr Eric Assenat, responsable Oncologie digestive au CHU de St Eloi.

Et Montpellier veut aller plus loin : "nous allons ouvrir 9 essais randomisés (c'est à dire essais cliniques) à chaque étape de la prise en charge du patient".

Cancer du pancréas : "un taux de survie 2 fois plus élevé" avec le protocole folfirinox

Autre grand sujet de discussion à l'ASCO : le protocole folfirinox qui associe trois produits de chimiothérapie. "Dans le cas du cancer du pancréas, le protocole folfirinox permet de guérir plus de patients que la chimiothérapie qui, avec un seul produit, était le standard jusqu'à présent" explique le directeur général de l'ICM.

Si ce constat a été exposé au congrès mondial de l'ASCO en 2018, le protocole folfirinox est pourtant utilisé depuis longtemps par l'ICM. "Ces trois produits ont été associés pour la première fois à Montpellier il y a une vingtaine d'années."

Concrètement, cela permet "une amélioration importante de la survie des patients" soignés en cancérologie digestive. Les resultats ont montré un taux de survie sans récidive 2 fois plus élevé pour près de la moitié des malades atteints de cancer du pancréas participant à l'étude.

"Près de la moitié de la population est survivante 5 ans après l'opération, ce qui n'a jamais été observé jusqu'à présent" détaille le Pr Eric Assenat. Cette étude, initié à Montpellier il y a près de 30 ans devrait désormais changer les pratiques nationales et internationales.

?id=6gJcU1aiJsYRX353HjVlV7TCfJRoBUc4

Ecomnews - Adds