Ecomnews - Adds
Basé en Auvergne, Michelin prévoit pour 2048 des pneumatiques 100% recyclables
Par Rédaction publié le 13 JUIN 2018 à 09:00
Le développement durable n’est plus une tendance permettant de se démarquer de ses concurrents, mais une vraie nécessité à la préservation de notre environnement. L’entreprise française Michelin l’a bien compris et s’est lancée le défi de ne créer plus que des pneus composés à 80% de matériaux renouvelables d’ici 2048.

Lors de cette année 2018, le World Business Council for Sustainable Development a estimé à un milliard le nombre de pneumatiques en fin de vie dans le monde. Ce qui représenterait le total colossal de 25 millions de tonnes.

Cependant, parmi ces pneus, 70 % sont récupérés dont 50 % recyclés sous différentes formes. Les 20 % restants sont valorisés en énergie.

A titre comparatif, seulement 14 % des emballages ou contenants en plastique récupérés chaque année sont recyclés. Pour lutter contre la pollution qu’engendre ces industries, Michelin investit d’ores et déjà dans le recyclage de haute technologie afin que les pneus des véhicules du futur soient recyclés à 100 %.

Un objectif ambitieux pour le géant français du pneumatique qui lors de Movin’On 2018 a dévoilé son plan de création d’une nouvelle recette, garantissant des pneus composés à 80 % de matériaux renouvelables dont 30 % de matériaux recyclés.

Avec un taux mondial de recyclage de pneumatique de seulement 50 %, l’objectif est donc de taille pour arriver à atteindre un ratio de 100 %. A l’heure actuelle, les pneus Michelin sont constitués de 28 % de matériaux durables, le travail pour atteindre les 80 % en 2048 est donc d’une ampleur magistrale. Ce travail d’Hercule ne serait pas possible pour la société française sans l’acquisition de partenaires.

En partenariat avec Axen et IFP Energies Nouvelles et sous la coordination de Michelin, en 2012 le programme Biobutterfly voit le jour. Ce dernier vise à développer et commercialiser une technologie innovante et performante de production de butadiène, il prévoit également de créer des élastomères synthétisés à partir de biomasse (bois, paille ou betterave).

L’objectif de ce programme est simple, diminuer l’impact sur l’environnement, mais également développer sur le territoire français des expertises de haut niveau dans le domaine de la chimie du végétal.

Pour atteindre une spécialisation encore plus irréprochable, Michelin a récemment fait l’acquisition de Lehigh, une société spécialiste des micro-poudrettes de haute technologie dérivées de pneumatiques recyclés.

Une acquisition plus que favorable puisque Lehigh n’est pas moins que le leader du marché des poudres de caoutchouc micronisées (MRP). Cette matière première que l’entreprise utilise est promue à un avenir radieux, car cette dernière réduit les coûts des charges d’alimentation jusqu’à 50% et offre également des performances sans compromis de qualité sur un large éventail de marché.

L’offre de Lehigh est qualifiée d’imbattable et l’entreprise exploite la plus grande usine de fabrication de MRP au monde à Tucker en Géorgie avec une capacité de production annuelle de 54 000 tonnes. Son siège étant également situé à Tucker, il sert de centre d’innovation pour Michelin.

Avec son ambition de pneumatiques recyclables à 100 % pour 2048, Michelin cherche donc des moyens pour donner une nouvelle vie à ses pneus. L’entreprise développe donc des partenariats pour identifier ces nouvelles façons de recycler.

Pour trouver ces innovations, en 2017 un Hackathon a été organisé en 2017 en partenariat avec Alliapur. Avec sa proposition de créer du mobilier urbain à partir de granulés de pneus, « Black Pillow » était le grand gagnant de cet évènement avec une idée plus que novatrice.

Ecomnews - Adds