Ecomnews - Adds
Bordeaux : Ford et Magna mettent un terme à leur coentreprise mais quel avenir pour l'usine de Blanquefort ?
Par Robert Fages publié le 08 SEPT 2020 à 09:37
L’entreprise américaine Ford cède ses parts à Magna désormais seul propriétaire de Getrag. Ford garantit à l’usine GFT de Blanquefort des volumes de production pendant quatre années, à charge au nouveau propriétaire de prospecter de nouveaux marchés et de faire évoluer les produits.

Le constructeur automobile américain Ford et L’équipementier canadien Magna mettre fin à leur collaboration. Magna avait acquis en 2016 la société allemande de fabrication de boîtes de vitesses Getrag, devenant ainsi coactionnaire de l’usine de Blanquefort aux côtés de Ford, sur le site commun aux deux usines de Getrag Ford Transmission et Ford Aquitaine Industrie. En 2019, Ford a fermé son usine de Blanquefort.

Dans la poursuite de la cession de ses activités sur l’agglomération bordelaise, Ford cède aujourd’hui sa part dans la société GFT à Magna qui devient désormais le seul propriétaire de l’usine de Blanquefort. Ford garantit à l’usine GFT de Blanquefort des volumes de production pendant quatre années, à charge au nouveau propriétaire de prospecter de nouveaux marchés et de faire évoluer les produits.

A la suite d'un « examen complet des activités de GFT, Ford et Magna ont conjointement exprimé leur intention de dissoudre l'entreprise existante compte tenu de l'évolution du marché et de la demande de technologies de groupe motopropulseur » souligne Ford qui ajoute : « Ford et Magna ont conclu un protocole d'accord non contraignant afin de poursuivre les discussions quant à la répartition de propriété des sites de GFT.

Ford souhaite conserver la propriété exclusive des usines de Halewood (Angleterre) et de Cologne (Allemagne) quand Magna souhaite conserver celle de Bordeaux (France) et augmenter sa participation au capital de GJT en Chine. Ford et Magna conserveraient la copropriété actuelle de l'usine Sanand en Inde ».

L’usine de Blanquefort ne manque pas d’atouts. Elle a gagné de haute lutte en 2017, grâce à la mobilisation de l’ensemble de ses salariés, la fabrication de la nouvelle boîte de vitesse robotisée pour le marché des citadines. Ses personnels sont qualifiés. Son outil de production a été largement rénové.

Plus de 113 millions d’euros ont été investis. Cette vente s’effectue dans un contexte marqué par la crise de la Covid-19 qui entraîne d’importantes difficultés pour les entreprises notamment industrielles, et pour le marché automobile en particulier, une baisse importante des ventes et des commandes, au moment même où celui-ci doit faire sa mutation vers de nouvelles formes d’énergie et de motorisation.

Les collectivités territoriales se disent prêtes à s’impliquer dans une démarche ouverte et constructive sur l’avenir et le développement du site qui emploie 800 personnes

Ecomnews - Adds