Ecomnews - Adds
Bordeaux : Robots et intelligence artificielle à l'honneur de La Grande Jonction 2018
Par Guillaume Ptack publié le 09 MARS 2018 à 17:28
Le 7 mars se tenait au Palais des Congrès de Bordeaux, l'édition 2018 de La Grande Jonction, le rendez-vous B2B des professionnels du numérique.

Cet événement French Tech était organisé en partenariat par la Ville de Bordeaux et Bordeaux Métropole. L'objectif annoncé : mettre en contact des professionnels de l'économique numérique, de l'économie classique et les institutions et centres de formation.

Le thème cette année: l'intelligence artificielle et la robotique humanoïde. Avec 12 conférences, une vingtaine d'intervenants et près de 1600 professionnels et entrepreneurs participants, cette édition 2018 était à la hauteur des attentes.

La 1ère conférence, présentée par la journaliste Fanny Bouton et l'auteur Olivier Ezratty et intitulée “ Robot et Intelligence Artificelle: de la fiction ou la réalité, où en est-on vraiment ? ” a donné le ton de l'événement : Terminator, K2000 et consorts sont désormais dépassés. L'intelligence artificielle ne relève plus seulement des films de science-fiction.

Les champs d'application de ces nouvelles technologies semblent pratiquement illimités : qu'il s'agisse du commerce, des transports, de la santé, de la réduction des risques ou de la finance, aucun domaine ne semble pouvoir y échapper.

Selon certaines prédictions, le marché de l'intelligence artificielle aux Etats-Unis devrait représenter près de 50 milliards de dollars à l'horizon 2020.

Pour Virginie Calmels, 1ère adjointe au Maire de Bordeaux et vice-présidente de Bordeaux Métropole, “l'IA ne pourra jamais véritablement se substituer à l'intelligence humaine, mais elle nous ouvre de nouvelles possibilités, afin d'améliorer notre efficacité, notre productivité, de réduire notre marge d'erreur, de nous faciliter la vie.

?id=2Rx4W2L5n5K7GK4jZaIfMix9hEtdITgQ

L'économie numérique, objectif prioritaire de la Région

L'économie numérique, une économie du futur sur laquelle la métropole bordelaise parie gros: “La Grande Jonction était placée sous notre volonté de créer une image de marque pour la métropole, de favoriser la transversalité, d'attirer les talents et investisseurs, et de créer des emplois.”, explique Virginie Calmels.

Ainsi, Bordeaux est notamment candidate pour accueillir l'édition 2020 de la Robocup, une compétition internationale dédiée à la robotique, dont l'objectif est de stimuler les investissements dans ce domaine et de permettre au grand public de se familiariser avec les récentes innovations technologiques.

Si les institutions locales et régionales ont réalisé un grand effort d'attractivité, la région Nouvelle-Aquitaine accuse toujours un retard à l'échelle nationale : En effet, avec 18 409 entreprises du numérique (chiffres 2015), la région se place en quatrième position, derrière les régions Auvergne-Rhône-Alpes (29 387 entreprises), PACA (24 957 entreprises) et Occitanie (21 357 entreprises).

La métropole Bordelaise arrive également en quatrième position, après Aix-Marseille, Lyon et Lille.

?id=GAeCvYMj3aIZQQvvp3h8xspy0Cp1zUx7

La métropole bordelaise de plus en plus attractive

Les politiques publiques semblent cependant porter leurs fruits : En octobre dernier, Ubisoft a officiellement inauguré son nouveau studio dans la métropole bordelaise, le premier ouvert dans l'hexagone par l'éditeur de jeux vidéos depuis 21 ans.

A terme, le site de Bassins-à-flots devrait accueillir près de 200 salariés. Laurent Bourgitteau-Guiard est directeur de l'incubateur bordelais 1kubator.

Pour lui, “participer à la semaine digitale, c'est idéal pour pouvoir connaître et reconnaître l'écosystème. C'est une occasion d'aller à la rencontre des start-ups, mais aussi de nouer des partenariats avec les écoles, les institutions, les collectivités locales.

Il salue le travail d'accompagnement logistique et financier de la région, et des institutions locales “ En termes de soutien, la Région Nouvelle-Aquitaine et la métropole sont assez exceptionnelles. Je vois aujourd'hui en incubant plus d'une vingtaine de start-ups que les institutions, que ce soit la CCI, la Région ou la Ville sont vraiment pro-actives pour aider ces jeunes start-ups.”

?id=PWJuUsBom5lMlGUrmmVLiHkDOmfCnz1D

Ecomnews - Adds