Ecomnews - Adds
La Catalogne pose questions à l’identité Espagnole
Par Juli Choquet publié le 18 AVR 2018 à 13:00
Nombreux sont les sociologues et historiens qui voient dans la crise Catalane, un questionnement de l’identité Espagnole. Ecomnews a mené analyse sur le nationalisme Espagnol.

Tiraillée entre élans nationaliste et poussée sécessionniste, l’Espagne a du mal à se définir.

Une histoire de l'Espagne dont il est difficile de s'affranchir

Historiens et sociologues y voient une prolongation de l’histoire. Une façon de redéfinir sa perception de l’Etat Espagnol, terme utilisé péjorativement par la gauche espagnole. Le pays ne s’est pas vraiment remis de l’expérience traumatisante de la guerre civile de 1936-1939 et de la victoire du franquisme (les « Nationaux ») sur les « Républicains ».

Parler de l’Etat Espagnol revient vite à parler d’un nationalisme qui passe mal. Une douleur ancienne dont les Espagnols ne veulent pas parler.

Si la plus grande crise que le pays ait connue depuis la mort du général Franco en 1975 et l’avènement de la démocratie en 1978 (date de la création de la nouvelle constitution d’Espagne) intervient en Catalogne, ce n’est pas vraiment à la lumière de l’histoire, un hasard.

Dès le début de la guerre civile, au vue de l’avancée rapide des troupes du général Franco, nombre de républicains accourent vers la Catalogne. Barcelone devient alors le chantre de la liberté pour quelques temps contre la barbarie. Mais l’expérience est courte et les républicains se font massacrer en 1939.

Une question de génération

Aujourd’hui les jeunes Espagnols qui n’ont pas connu les années de franquisme veulent se libérer des tabous de leurs parents et n’ont plus honte d’exprimer leur nationalisme. Les manifestations en faveur de l’unité de l’Espagne montre d’après le sociologue Enrique Gil Calvo un changement dans les mentalités.

Le parti au pouvoir dirigé par Mariano Rajoy l’a bien compris et joue sur cette stratégie en refusant de débattre au sujet d’un changement constitutionnel. Mais une démocratie sans débat ne survit pas longtemps. A ce titre la mise sous tutelle du Parlement de Catalogne ne parvient pas à étouffer cette problématique question identitaire.

En quête d'un modèle politique

Les partis politiques ne s’entendent pas sur le sens à donner à cette identité. Si les socialistes défendent un modèle fédéral à l’Allemande, la nouvelle gauche de Podemos souhaite une plus forte décentralisation. Le nouveau parti qui monte en flèche dans les sondages, le parti libéral Ciudadanos mené par Albert Rivera souhaite réformer l’intouchable Constitution de 1978.

Une chose est sûre, au delà de ce qu’il adviendra en Catalogne, le débat sur l’identité de l’Espagne n’est pas prêt d’être bouclé. Aucun parti politique n’est aujourd’hui capable d’imposer sa vision de l’Espagne contemporaine sur les autres, et les sécessionnistes Catalans d’avoir ouvert la boite de Pandore…

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Catalogne :

Ecomnews - Adds