Ecomnews - Adds
Convalescente, l’économie régionale du Sud reprendra de pâles couleurs en 2021 
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 03 MARS 2021 à 09:11
Après le choc brutal et historique de 2020, les chefs d’entreprises de Provence-Alpes-Côte d’Azur ne voient pas d’amélioration de la situation avant l’été 2021. Selon l’enquête de conjoncture de la Banque de France, une hausse de chiffre d’affaires est tout de même attendue à la fois dans les services marchands (+7,3%), l’industrie (+6,2%) et la construction (+5,1%) grâce à un sursaut de la demande intérieure. Les chefs d’entreprises devraient cette année encore différer leurs investissements, hormis dans l’industrie.

La France devrait retrouver son niveau d’avant crise à partir de mi-2022.

« Après une réduction de 14% des investissements en France 2020, le reflux est estimé à 4% en 2021. Pour investir, les entreprises ont besoin de confiance, de visibilité. La Banque de France plaide en faveur de la stabilité fiscale », souligne Jean-Christophe Ehrhardt.

Pour le nouveau directeur régional en PACA de la Banque de France, la France devrait retrouver son niveau d’avant crise à partir de mi-2022. Un exercice de prévision extrêmement délicat dans un contexte où la situation sanitaire ne cesse d’évoluer avec les Alpes-Maritimes confinées depuis le 26 février les week-ends et une épée de Damoclès pour les départements voisins du Var et des Bouches-du-Rhône.

?id=x6dY4nY1tpVViG9hJqweJ5osvXNIfCz8

Jean-Christophe Ehrhardt veut tout de même rassurer les entreprises inquiètes quant à la dégradation de leur cotation. « Nous serons attentifs à l’évolution des liquidités, si les entreprises bénéficient ou pas d’un moratoire, nous examinons leur capacité de rebond et surtout comment elles interviennent sur le haut de bilan », précise-t-il.

Pour la première fois, le représentant régional de l’établissement financier a présenté la note de conjoncture au Palais de la Bourse, dans le cadre d’un partenariat avec la Chambre de commerce et d’Industrie d’Aix-Marseille Provence visant à partager ces perspectives de conjoncture économique.

?id=4pUM7wCQmXagl3aK6hSz2E45HfROjPk6

Enquête auprès d’un panel de 1 500 entreprises

L’enquête conduite par la Banque de France, entre décembre 2020 et janvier 2021, auprès de 1500 entreprises régionales, laisse apparaître une économie fragilisée en particulier dans les services marchands où le tourisme pèse 14% du PIB régional.

« Nous assistons à un recul historique, trois fois plus important que lors de la crise de 2008 mais la région possède une capacité de rebond », commente Bernard Benitez, adjoint au directeur régional de la Banque de France.

Outre l’hôtellerie et la restauration, les services de transport de voyageurs et de marchandises ont été particulièrement affectés par cette crise. Avec une baisse d’activité de 11% en 2020, la région PACA est en dessous de la moyenne nationale (-9,3%).

Dans le secteur, le recul des investissements atteint 35% (notamment les extensions capacitaires des aéroports régionaux) tandis que les mesures de chômage partiel ont permis de limiter les licenciements à 1,3%.

?id=tXTG1bD5naEaxLkiNbw11S0cbRq29WQv

Rebond de 7,5% des services marchands

L’échantillon d’entrepreneurs sondés par la Banque de France table sur une reprise de 7,5% du chiffre d’affaires cette année sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire.

Coup de frein également dans le secteur industriel en 2020, seuls l’agroalimentaire et la fabrication de composants électroniques ont tenu le choc limitant la baisse de chiffre d’affaires à 7,4%.

L’activité repart en 2021 avec une croissance de 6,2% de l’activité industrielle. En revanche, les investissements se cantonnent encore aux activités de maintenance.

Dans le BTP, la production et l’investissement ont chuté de 9% en 2020 quand l’emploi a reculé de 2,8%.

?id=xDPo9aabuKUOSH4AKKFSmsi0Oto6Qg3A

« Les acteurs du BTP n’ont pas de visibilité avant le deuxième semestre et misent sur les dispositifs du plan de relance. En 2021, une embellie se dessine avec un effet rattrapage au premier semestre et beaucoup d’expectatives quant aux différents investissements et travaux réalisés dans le cadre du plan de relance avec par exemple Ma Prim’rénov ou les travaux d’infrastructures qui seront engagés par les collectivités », analyse Bernard Benitez.

Cette tendance se retrouve à l’échelle métropolitaine. Les chiffres de l’enquête conjoncturelle conduite par la CCI AMP au dernier trimestre de 2020 suivent la tendance régionale.

« 55% des chefs d’entreprises ont perdu 18 milliards d’euros de chiffre d’affaires, c’est historique et brutal », souligne le vice-président de la CCI AMP Maurice Wolff qui met en garde le gouvernement contre un arrêt brutal des aides.

Ecomnews - Adds