Ecomnews - Adds
Étude : Plus d'un salarié sur 3 pourrait chercher un autre emploi si on lui imposait de revenir à temps plein au bureau
Par Fiona Urbain publié le 31 DEC 2021 à 09:00
Qualtrics a publié la troisième édition de son rapport annuel Employee Experience Trends Report for 2022. Pour cette étude, près de 14 000 salariés à plein temps ont été interrogés dans 27 pays afin de mieux comprendre les évolutions vécues au travail au cours de ces deux dernières années marquées par la pandémie, et d’identifier quelles devraient être les priorités des employeurs en 2022 pour proposer de meilleures expériences à leurs équipes. Détails dans notre article.

Les modes de travail hybrides vont perdurer. Plus d’un salarié sur trois (35%) reconnaît qu’il cherchera probablement un autre emploi si on lui impose de revenir à temps plein au bureau.

Seulement un salarié sur trois (30%) confirme que l’expérience d’utilisation des technologies dans l’entreprise surpasse ses attentes et seulement un sur quatre (23%) que l’expérience de travail au bureau surpasse ses attentes.

« Il y a une déconnexion apparente entre les expériences attendues par les collaborateurs et ce que leurs employeurs leur proposent effectivement en environnements de travail hybrides », déclare Douglas Rosane, directeur des solutions Experience Collaborateurs chez Qualtrics France.

« Les bureaux ne sont plus vus comme des endroits où l’on vient travailler mais comme des lieux propices à la collaboration et aux relations sociales. Il est indispensable de comprendre ce dont les salariés ont besoin pour être efficaces et à l’aise au travail afin de pouvoir aménager des espaces où chacun se sentira à l’aise pour travailler efficacement et être productif. »

Un équilibre vie professionnelle et personnelle fragilisé

Avec l’augmentation des modes de travail hybrides et du télétravail, les frontières entre vie professionnelle et vie privée continuent de s’estomper. Un collaborateur sur trois (29%) ne se mettra pas systématiquement en arrêt s’il ne se sent pas assez en forme pour travailler, et ils sont deux sur trois (61%) à l’expliquer par la charge de travail.

Et quand ils ne travaillent pas, ils sont un sur cinq (20%) à se préoccuper fréquemment des problèmes au travail sur leur temps libre.

Les collaborateurs se sentent malgré tout plus enthousiastes de 5% par rapport à l’année précédente, et la moitié d’entre eux (50%) considèrent que leur bien-être physique et mental s’est amélioré grâce au télétravail.

En revanche, le niveau de confiance dans les relations avec les collègues a baissé de 3% par rapport à l’année précédente. Le premier vecteur de bien-être cité dans l’étude sont les communications ouvertes et honnêtes.

Ecomnews - Adds