Ecomnews - Adds
Les femmes de l'économie en Occitanie, c'est pour bientôt !
Par Sandie Porret publié le 07 SEPT 2017 à 09:14
AGENDA
Date de début :
Date de fin :
Catégories :
Organisateur :
Lieu :
Les 2eme Trophées Les Femmes de l’Economie en Occitanie, se tiendront le mardi 19 septembre à la Cité de l’espace de Toulouse. Découvrez les talents féminins sélectionnés cette année pour concourir aux Trophées de cette 2ème édition Occitane.

Prix Femme Chef d’Entreprise :

1 - Emma Haziza - Société : Mayane - Présidente Directrice Générale

PRÉVENIR ET METTRE À L’ABRI

Après un cursus en Faculté de Sciences, Emma Haziza intègre l’Ecole doctorale des Mines de Paris. En 2005, durant sa seconde année de thèse, elle est amenée à gérer en cellule de crise l’inondation de Montpellier, levier de sa future carrière.

En effet, à l’issue de ses travaux de thèse, elle débute une activité de Consultante indépendante, puis fonde en 2009 une association et un bureau d’étude sur la gestion du risque d’inondation. Naissent alors Mayane Association, dédié à la pédagogie des enfants, et Mayane Environnement, spécialisé dans la recherche et la gestion de crise.

En 2015, sont fondées deux nouvelles structures consacrées à l‘aménagement du territoire face au réchauffement climatique, et à la communication préventive. Présidente directrice générale de ces quatre pôles, Emma Haziza considère l’équipe qu’elle a rassemblée, aussi bienveillante que performante, comme sa plus grande réussite au sein de l’entreprise.

Son intervention face aux inondations de Paris au début de l’année 2016 est un véritable catalyseur pour sa carrière professionnelle et, de plus en plus, ses avis en tant qu’Experte sont sollicités.

________________________________

2 - Valérie Jimenez - Société : Jimenez FVA - Présidente Directrice Générale

AUX COMMANDES D'UNE SOCIETE DE TRANSPORTS

Présidente Directrice Générale de Jimenez FVA – Management & Stratégie, entreprise spécialisée dans la traction de messagerie jour et nuit, Valérie Jimenez se lance dans l’entrepreneuriat en 1996. Faisant de l’humain une priorité, elle s’assure de toujours accorder les impératifs économiques et matériels aux moyens humains. Aujourd’hui très proche de ses collaborateurs, elle reste attentive à leur bien-être et à leurs difficultés et a mis en place divers dispositifs d’accompagnement au sein de son entreprise. Aussi garante de synergies et d’un esprit de groupe source de cohésion, une des priorités de Valérie Jimenez est « d’instaurer la confiance et de fédérer la collaboration pour permettre à l’entreprise de progresser, et ses salariés avec elle ». En 2015, elle rachète les entreprises Callejo alors en déficit et sauve 157 emplois.

Par ailleurs très engagée dans la féminisation de sa profession, Valérie Jimenez souhaite encourager les jeunes femmes à se diriger vers ce secteur en constante évolution et les pousser à s’investir dans des filières qu’elles s’interdisent à tort.

________________________________

3 - Sandrine Jullien-Rouquié - Société : Ludilabel - Présidente Directrice Générale

L'ETIQUETTE DE LA REUSSITE

Après un Master en Communication, Sandrine Jullien-Rouquié se lance dans la production cinématographique. Métier passionnant mais chronophage, elle décide finalement, à la naissance de sa fille, de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat et fonde Ludilabel.

Ludilabel propose des solutions pratiques et innovantes pour marquer les vêtements et fournitures scolaires des enfants. Comparant souvent le fonctionnement de son entreprise à un plateau cinématographique, Sandrine Jullien-Rouquié voit chacun de ses salariés comme un talent apportant sa valeur ajoutée et jouant un rôle majeur dans la réussite de l’entreprise. Avec quatre sites d’e-commerce (en français, anglais, italien et espagnol), et l’ouverture au mois de juin de sa première filiale en Italie où les « ludisticks » suscitent un véritable engouement, le produit gagne encore à être connu dans d’autres pays, affirme la Chef d’Entreprise.

Si la croissance de Ludilabel a été multipliée par deux depuis la création de l’activité, Sandrine Jullien-Rouquié voit encore plus loin et a pour ambition de développer d’autres filiales en Europe.

______________________________________

4 - Karine Tardon - Société : Le bonheur est dans le pot / Karine & Jeff - Directrice Générale

ENTREPRENDRE BIO

En 1993, Karine Tardon s’envole pour un tour de monde qui dure près de six ans. A la recherche de saveurs uniques et inimitables, la Chef d’Entreprise sillonne les pays pour étudier la cuisine locale. De retour en France, elle se lance dans une aventure qui lui tient particulièrement à cœur et monte son entreprise. La croissance est alors très rapide. L’entreprise déménage à Revel, un restaurant est créé au cœur de Toulouse et, depuis l’année dernière, les recettes de Karine & Jeff sont commercialisées aux Etats-Unis où les opportunités de développement sont nombreuses.

Avec comme principale mission d’éduquer et de sensibiliser le consommateur au respect de l’environnement, les plats de Karine Tardon sont certifiés ECOCERT en France, et USDA Organic en Amérique.

Portée par le goût du challenge, la Chef d’Entreprise a aujourd’hui pour ambition de porter sa marque à l’international et d’en faire « un acteur majeur de la cuisine santé et respectueuse de l’environnement ».

Prix Femme Dirigeante :

1 - Catherine Cunin - Association : Association L’éducation par le travail - Directrice d’établissements médico-sociaux

A LA TETE D'ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAUX

Armée de nombreux diplômes dans le domaine du social et de la santé, Catherine Cunin se destine très tôt à une carrière dans le domaine médico-social. Forte d’une expérience de plus de quinze ans dans ce domaine, elle est aujourd’hui à la tête de trois établissements et responsable de 58 résidents et 70 salariés. Avec pour mots d’ordre l’écoute et la confiance, elle a su instaurer une ambiance de travail agréable et insuffler une énergie positive à tous les salariés.

Digne d’un véritable chef d’orchestre, Catherine Cunin donne le tempo et rassemble ses équipes autour de partitions communes tout en s’assurant qu’il n’y ait pas de fausses notes. Seule femme dans l’équipe de direction de l’Association L’Education par le travail, elle a su s’imposer dans ce milieu, qui, affirme-t-elle, est encore trop peu représenté par les Femmes.

Sa nomination aux Trophées des Femmes de l’économie est aujourd’hui le reflet de sa réussite.

____________________________________

2 - Christine Huppert - Association : Cerfrance - Directrice Générale de 3 Cerfrance

ACCOMPAGNATRICE DES ENTREPRISES

Après une carrière de plus de vingt ans dans le secteur agroalimentaire, Christine Huppert est nommée Directrice générale des Cerfrance du Gers, de Haute Garonne et d’Ariège, organisations pionnières offrant leurs services aux entreprises et participant au développement des territoires. Il y a cinq ans, elle remettait sur pied le Cerfrance du Gers et faisait passer le chiffre d’affaires de huit millions à douze millions d’euros. Si elle considère cet événement comme une réussite personnelle, Christine Huppert n’oublie cependant jamais de mettre en lumière ses équipes et fait de l’esprit de groupe son fil d’Ariane : « Les plus beaux succès sont ceux que nous avons réalisés ensemble », affirme-t-elle.

La nomination aux Trophées des Femmes de l’économie de Christine Huppert nous prouve à nouveau qu’il est possible « de faire bouger les lignes, de créer et d’inspirer ».

____________________________________

3 - Issis Leclercq Raman - Société : A+ Architecture - Directrice Associée

MORDUE D'ARCHITECTURE

Après avoir obtenu son baccalauréat à New-York, Issis Leclercq Raman s’envole pour Montréal où elle étudie le Management et obtient ensuite un Bachelor en Commerce. C’est son expérience au sein d’un centre hospitalier de Laval (Québec) qui fait naître sa passion pour le monde du bâtiment. En 2006, elle s’installe à Montpellier et entreprend des études économiques et juridiques appliquées à la construction et à l’habitat. Deux ans plus tard, Issis Leclerq Raman intègre l’agence A+ Architecture, d’abord comme Responsable administrative et financière. Après avoir accompagné la croissance du groupe pendant plusieurs années, elle est finalement nommée Directrice Associée d’A+ Architecture, devenant ainsi la seule femme Associée de l’entreprise.

Prêtant à la question de l’équilibre femmes-hommes une place primordiale, elle est d’ailleurs convaincue que la pluralité des perspectives ne peut être que bénéfique. Loyauté, persévérance et confiance en soi étant ses maîtres-mots, la Directrice Associée d’A+ Architecture souhaite, par le biais des Trophées des Femmes de l’économie, témoigner de son parcours tant professionnel que personnel pour, affirme-t-elle, « inspirer de jeunes femmes qui sont dans les starting-blocks, mais qui n’ont pas encore osé se lancer ».

Prix Femme Communicante

1 - Anouk Déqué - Société : Anouk DEQUE COMMUNICATION - Dirigeante

ENTREPRENEUSE 3.0

Depuis la création de son agence Anouk Déqué Communication en 1988, Anouk Déqué a su adapter ses services aux nouveaux outils de communication. C’est donc tout naturellement qu’en 2010, l’entreprise opère une totale transformation numérique et digitale avec la création du Social Media Lab, de la Social Room ou encore du département Web Video. Investie depuis près d’une trentaine d’années dans son secteur d’activité, Anouk Déqué en donne une définition très solidaire : « la communication est avant tout l’humain, l’écoute et l’audace ». Socialement impliquée dans sa profession, elle l’est aussi à travers son rôle dans l’éducation. En effet, notre Dirigeante a créé « Ecole/Entreprise » pour favoriser l’économie des TPE et des PME auprès des jeunes. Elle est également Enseignante depuis 8 ans au sein de plusieurs centres de formations. Enfin, Anouk Déqué est engagée dans de nombreux réseaux professionnels tels que la CPME31, dont elle a été la Présidente de 2004 à 2016, la CCI Toulouse ou encore Génération3W. Pour Anouk Déqué, participer aux Trophées Les Femmes de l’économie est finalement le moyen de « donner un peu plus d’écho à la richesse de l’entreprenariat ».

_____________________________

2 - Nathalie Bergonnier - Société : EY - Responsable Marketing/Communication

LA COMMUNICATION AU SERVICE DU RAYONNEMENT REGIONAL

C’est en 1998 que Nathalie Bergonnier intègre EY, réseau international d’audit, conseil, droit, fiscalité et transactions. Elle est, depuis son entrée dans l’entreprise, Responsable Marketing/Communication du bureau montpelliérain de la société.

Depuis presque 20 ans, Nathalie Bergonnier apporte de véritables initiatives locales et régionales de manière à favoriser la cohésion des équipes et le sentiment d’appartenance. Plus qu’une chef d’équipe, elle est « le point d’entrée et le vecteur de transmission d’informations » et fait « rayonner son entreprise régionalement ».

C’est d’ailleurs dans cet objectif que, depuis 2016, Nathalie Bergonnier met en place la communication digitale régionale d’EY Montpellier, avec l’aide de ses collaborateurs.

Ayant un désir toujours plus fort de participer au rayonnement économique de sa région, Nathalie Bergonnier s’investit dans plusieurs associations pour l’insertion professionnelle et la croissance économique locale. A travers la communication, elle cherche finalement à « donner du sens à sa vie professionnelle et personnelle par le partage et l’entraide ».

_________________________________

3 - Carole Gleyzes - Société : Centre Hospitalier de Thuir - Directrice Adjointe en charge de l’Action Territoriale, des Finances et de la Communication

LA SANTE MENTALE POUR TOUS

Depuis ses débuts au Centre Hospitalier de Thuir en 2010, Carole Gleyzes œuvre au changement de l’image de la maladie psychiatrique. En charge de l’Action Territoriale, des Finances et de la Communication depuis l’année dernière, elle a réussi à développer une réelle politique de communication au sein de l’établissement.

Plus qu’une communicante, Carole Gleyzes est une véritable femme engagée dans le domaine de la santé mentale et place le patient au centre de toutes ses actions : « je m’intéresse à toutes les formes de communication, je suis toujours à la recherche de l’innovation ou de l’idée qui améliorera notre réponse aux besoins des patients en priorité, et des professionnels de santé ensuite ».

Son travail a d’ailleurs été récompensé à plusieurs reprises. On peut noter la création du Prix littéraire FOLIRE, dont le jury est composé des patients du Centre Hospitalier de Thuir, et une application smartphone permettant notamment aux professionnels du secteur sanitaire et médico-social d’accéder aux services de soins en fonction du lieu d’habitation du patient.

Prix Femme à l’international

1 - Magali Grenouilleau - Société : LMP Santé - Gérante

PARTENAIRE DU BIEN-ETRE

Après 18 ans passés chez 3M France et une expatriation en Espagne durant 6 ans, Magali Grenouilleau décide de s’engager dans l’aventure entrepreneuriale en reprenant la société LMP Santé, spécialisée dans la formulation et la vente de compléments alimentaires minceur, bien-être et beauté, d’huiles essentielles et de cosmétiques bio.

A son arrivée à la tête de la société en mai 2015, LMP Santé présente des résultats financiers négatifs, le challenge qui se présente à Magali Grenouilleau est alors de remotiver le personnel et redresser le chiffre d’affaires.

Pari réussi pour la chef d’entreprise, qui a su établir un véritable projet d’entreprise avec ses salariés et reconquérir le marché tunisien, stratégique pour le développement du chiffre d’affaires de LMP Santé. Ayant le goût du challenge, Magali Grenouilleau considère avant tout sa candidature aux Trophées des Femmes de l’économie comme un objectif à atteindre. C’est aussi pour elle l’opportunité d’échanger avec d’autres personnes qui ont des parcours similaires au sien.

________________________________________________

2 - Sara Mayor - Société : Laboratoire ODOST - Responsable Business Development

EXPORTER LE SAVOIR-FAIRE FRANCAIS

Espagnole pure souche, c’est en France que Sara Mayor a choisi de poser ses valises pour construire sa carrière. Après avoir occupé divers postes à dimension internationale au sein de grands groupes pendant 10 ans, elle quitte la capitale en 2014 pour rejoindre la région toulousaine, où elle intègre le Laboratoire ODOST, PME spécialisée dans la conception de produits cosmétiques à base d’eau thermale, naturels et bio.

En tant que Responsable Business Development, le quotidien de Sara Mayor est rythmé par de beaux challenges : Faire de Buccotherm et Castera des marques reconnues en pharmacie, promouvoir les bienfaits de l’eau thermale comme ingrédient actif unique, ou encore convaincre les distributeurs à l’international de la qualité des produits.

Si Sara Mayor a choisi de se porter candidate aux Trophées des Femmes de l’économie, c’est avant tout pour mettre en avant ses origines et son parcours : « Je suis espagnole et très fière de travailler pour une entreprise française, de porter les valeurs de la qualité française et le label Made in France à l’international. » résume-t-elle.

________________________________________________

3 - Aurélie Mollier - Société : VAL SOFTWARE - Responsable du développement international

INTERNATIONAL ET NUMERIQUE : LE DUO GAGNANT

Sa première expatriation professionnelle, Aurélie Mollier l’a vécu en tant que Volontaire Internationale en Entreprise, au service commercial de l’Ambassade de France à Milan. 3 ans plus tard, direction la Roumanie, elle quitte l’Italie pour suivre son conjoint suite à une mutation professionnelle.

Seulement un mois après son arrivée à Bucarest, Aurélie Mollier rejoint une SSII roumaine, où elle exercera des fonctions de Responsable commerciale jusqu’en 2013. A son retour en France, c’est au sein de la Chambre de Commerce Midi-Pyrénées qu’elle tissera petit à petit son réseau.

L’an dernier, elle est débauchée par l’entreprise VAL Software, spécialisée dans le développement de logiciels de gestion pour les centres de formation. Aurélie Mollier devient alors Responsable du développement international, chargée de concrétiser les ambitions internationales de la société, en partant de zéro. « Sortir de ma zone de confort, tout quitter et retenter l’aventure ailleurs, mais toujours en continuant de faire ce que j’aime, c’est ce dont je suis le plus fière dans ma carrière à ce jour. » conclut-elle.

Prix Femme Innovation sociale

1 - Alice Bellanger - Association : Association Hubert-Pascal - Présidente

UNE VIE DE SOLIDARITE

Doctorante en médecine, Alice Bellanger a exercé en tant que Chef clinique des hôpitaux de Montpellier avant de lancer une activité libérale d’anesthésiste réanimateur. Maman de deux garçons, Pascal, né trisomique, et Hubert, la vie d’Alice Bellanger se retrouve bouleversée par un évènement tragique : en 1982, son fils aîné Hubert décède accidentellement à seulement 21 ans.

Soutenue par une poignée d’amis, Alice Bellanger décide de fonder deux ans plus tard l’association Hubert Pascal, ayant pour vocation de prendre en charge des adultes déficients intellectuels. Investie humainement à 100% dans son association, Alice Bellanger a mené durant les 35 dernières années de nombreuses actions en faveur des personnes handicapées.

On peut notamment évoquer les ateliers des Costières et des Mourgues, centre d’accueil occupationnel de jour pour adultes ouvert au sein de sa propre villa, L’oiseau tisserand, service de loisirs crée dans les années 90 et proposant des weekends pour favoriser l’intégration en milieu ordinaire, ou encore la création de la Fondation Hubert Pascal en 2003, permettant la réalisation de logements sociaux.

Pour récompenser son exemplarité, Alice Bellanger a été décorée Chevalier de la Légion d’Honneur en 2008.

________________________________

2 - Séverine Saint Martin - Société : Scop Fondespierre Ressources Humaines - Directrice générale

AU SERVICE DE L'EGALITE DES CHANCES

Séverine Saint-Martin est entrée dans la vie active après un BTS communication. Suite à la naissance de son troisième enfant, elle choisit de reprendre ses études et valide une Maîtrise en Développement Social ainsi qu’un Master en Gestion Stratégique des Ressources Humaines.

C’est en 2006 qu’elle intègre Fondespierre RH, organisme de formation professionnelle et d’accompagnement vers l’emploi durable. D’abord Directrice adjointe, elle est nommée Directrice générale de l’entreprise en 2016, année charnière où Fondespierre RH renoue enfin avec la croissance, notamment grâce à l’école du numérique, dispositif ayant pour objectif de permettre l’accès aux métiers du numérique prioritairement aux jeunes de moins de 25 ans des quartiers prioritaires, peu ou pas diplômés, mais également aux demandeurs d’emploi en reconversion.

Participer aux Trophées des Femmes de l’économie représentait un véritable challenge pour Séverine Saint-Martin, comme elle nous l’a confié : « Je n’ai pas pour habitude de me mettre en avant, c’est donc pour moi l’occasion de grandir en me confrontant à une zone d’inconfort. »

________________________________________________

3 - Marie Vosghien - Société : Evol Formation- Présidente directrice générale

PRENDRE SOIN DES PERSONNES FRAGILISEES

Après une Maîtrise d’information communication, Marie Vosghien débute sa carrière en tant que Chargée de communication au sein d’une communauté de communes du Morbihan. Mais elle réalise très vite qu’elle s’est trompée de voie.

A son arrivée sur Toulouse, elle choisit donc de suivre une formation en Ressources Humaines. Suite à différentes expériences professionnelles, Marie Vosghien finit par se tourner vers le secteur de la formation pour adultes.

Frustrée d’enchaîner des contrats et surtout de ne jamais voir ses efforts reconnus, elle décide il y a 3 ans de quitter son poste de Conseillère en formation dans le secteur sanitaire et social, afin de créer sa propre entreprise, Evol Formation. « Accélérateur de savoir-faire et révélateur de savoir-être, nous proposons des formations courtes et ciblées pour les professionnels s’occupant de personnes fragilisées à domicile et en institution » explique Marie Vosghien.

Si cette dernière a choisi de candidater aux Trophées des Femmes de l’économie, c’est pour contribuer à changer le regard de la société sur le vieillissement, faire comprendre à quel point les personnes qui s’occupent

Prix Femme Chef d’Entreprise Prometteuse

1 -Sylvie Boichot - Société : Move in Med - Présidente

ORGANISER LA SANTE

Doctorante en physico-chimie, Sylvie Boichot a d’abord travaillé comme Conseillère technologique santé chez Transferts LR, avant de participer dès 2009 à la création et au développement du Montpellier Institut du Sein, dispositif permettant de fluidifier les parcours de soins de patientes atteintes de cancer du sein.

Durant 5 années, elle assure la direction opérationnelle du MIS, en binôme avec Sophie Gendrault. Il y a deux ans, fortes de la satisfaction des professionnels de santé et des patientes, le duo féminin décide de se lancer dans la création d’entreprise.

C’est ainsi que Move in Med voit le jour fin 2015. Inspirée du modèle du MIS, Sylvie Boichot développe et commercialise des services et des outils digitaux, et notamment une plateforme collaborative, à destination des professionnels et des établissements de santé, afin de coordonner les parcours de soins de patients atteints de maladies chroniques. Une véritable innovation pour la médecine de demain.

______________________________________________

2 - Coralie de Saint-Martin - Société : Madame de - Gérante

UNE NOUNOU D'ENFER

Forte d’une expérience de 10 ans au sein des Galeries Lafayette, c’est en 2015 que Coralie de Saint-Martin lance sa propre entreprise, élégamment baptisée Madame de. « Madame de est tout simplement née d’un constat que j’ai fait dans ma vie personnelle. Alors que je cherchais une Gouvernante éduquée et de bonne présentation, sachant me soulager dans l’éducation de mon fils et dans les tâches ménagères, je me suis rendue compte que beaucoup d’enseignes de services à la personne proposaient les mêmes prestations, mais sans réelle plus-value. » affirme-t-elle.

Avec un goût prononcé pour le haut de gamme, Coralie de Saint-Martin fait alors le pari fou de réinventer le service à la personne à travers 3 axes : de la rigueur, de bonnes manières et du savoir-faire. Prestations haut-de-gamme à la carte, service de maison de qualité renouant avec les valeurs et traditions d’antan, éthique salariale, protocole vestimentaire… l’ambition de Madame de est de dépoussiérer le secteur actuel et de revaloriser les métiers du service à la personne.

______________________________________________

3 - Ophélie Laboury-Barthez - Société : Myriagone Conseil - Présidente

INNOVOVER POUR PREFORMER

Après un double cursus management et innovation et scientifique, Ophélie Laboury Barthez a démarré sa carrière professionnelle en tant que Chef de projet R&D et Ingénieure transfert de technologies. Ensuite Directrice du cabinet Astrid, elle a conseillé pendant 6 années de nombreuses entreprises en financement et management de l’innovation.

C’est en 2015 qu’elle ose se lancer dans l’aventure entrepreneuriale en créant Myriagone Conseil, société spécialisée dans l’accompagnement des entreprises souhaitant accroître leur performance et favoriser durablement leur développement grâce à l’innovation.

« En l’espace de 18 mois, nous avons construit une équipe complémentaire, solidaire et volontaire, qui a relevé de beaux défis pour nos clients » explique Ophélie Laboury Barthez. Si cette dernière a choisi de présenter sa candidature aux Trophées des Femmes de l’économie, c’est pour promouvoir et mettre en valeur la places des femmes dirigeantes dans l’écosystème économique et montrer que la stratégie d’entreprise n’est pas réservée aux hommes.

Ci joint le formulaire d’inscription à l’événement

Ecomnews - Adds