Ecomnews - Adds
Pourquoi les festivals sont un moteur économique pour la Côte d'Azur ?
Par Sanya Maignal publié le 26 JUIL 2019 à 09:14
La deuxième destination touristique après Paris, la Côte d'Azur vit pleinement pendant cette période estivale, le moment où une quinzaine de festivals sont organisés partout dans le département. Des manifestations qui attirent les touristes et en font profiter les commerces. Interviews

Nice Jazz Festival, Jazz à Juan, Nuits du Sud, Nuits de la Guitare, Plages Electro, Monte-Carlo Sporting Summer Festival, pour ne citer que les plus grands et les plus connus, attirent de par leur notoriété des artistes du monde entier et par conséquent des touristes. L'offre événementielle est complétée par une multitude de petits festivals et une centaine de soirées gratuites du Conseil départemental.

Le plus ancien festival de jazz dans le monde

Si Nice Jazz Festival, créé en 1948, attire tous les ans plus de 40 000 personnes c'est grâce à sa notoriété internationale et sa programmation à la fois jazz et éclectique. Cette année encore le record a été battu avec 42 700 entrées.

Si, en cette période, "les touristes sont là, il ne faut pas aller les chercher, la grande capitale internationale de tourisme qui est Nice se doit de proposer un contenu événementiel de qualité", explique Rudy Salles, adjoint au Maire pour le Tourisme, Congrès, Relations internationales et Animation des quartiers.

Ce coté culturel et événementiel qui perdure tout l'été est le garant d'attractivité touristique et notamment à l'international : 60-65% des visiteurs sont des étrangers ! Au Nice Jazz Festival ce pourcentage est sensiblement le même.

En 2011, la Ville de Nice a pris en régie directe le festival et lui consacre un budget conséquent mais raisonnable qui apporte des recettes importantes par la vente des billets et à travers le village partenaire.

De plus, avec le déplacement du festival sur la place Masséna, ce sont les commerçants et les restaurateurs du centre ville qui profitent pleinement de l’afflux des spectateurs pendant ces cinq soirées.

?id=BFhMWKv6CNbsBLea4JpUWYsC59Ivqmk0

Jazz à Juan, un vrai moteur économique

27 000 personnes ont assisté la 59ème édition du deuxième festival de jazz de la Côte d'Azur. Des billets ont été vendus dans plus de 30 pays étrangers pour représenter 20% de la clientèle du festival (top 3 : Grande Bretagne, USA et Italie…).

En ce qui concerne les Français, 40% viennent de la Région Sud, et autant des régions d’Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes….

« C'est un vrai moteur économique, confirme Philippe Baute, Directeur de l'Office du tourisme d'Antibes-Juan-les-Pins. Cela se voit par rapport aux villes voisines, notre hôtellerie est efficiente en juillet par rapport aux autres. Les restaurants et commerces qui sont ouverts tard dans la nuit ressentent bien les retombées importantes. » En plus de la Pinède Gould, deux scènes « off », gratuites, sont deux points supplémentaires d'animations et donc de consommation.

Le budget de 2,5 millions d'€ (pour les dix jours comprenant également le « Off ») est structuré autour de la billetterie – 1,4 million d'€-, un sponsor principal – 500 K€-, soirées entreprises et produits dérivés – 100 K€ - et les dotations de la ville.

« La dotation de la ville est en fait le revenu de la taxe de séjour, précise Philippe Baute, donc, il n'y a aucune fiscalité locale dans ce festival. »

Un petit plus cette année, et indirectement l'investissement pour l'année prochaine, avec l'enregistrement pour la télé du concert de Thomas Dutronc. Ainsi le festival et la Pinède Gould seront sur les petits écrans fin août... de quoi donner envie de faire un petit détour l'année prochaine.

?id=4SoVA3l6sNFipeu3NDjMEkSiC4yUWRyK

© Photos : Jazz à Juan, Nice Jazz Festival

Ecomnews - Adds