Ecomnews - Adds
FOWT 2020 : Quels sont les enjeux de l'éolien flottant en régions Sud et Occitanie ?
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 09 SEPT 2020 à 15:58
Les régions Occitanie, Sud, Pays de Loire et Bretagne, réunies les 7 et 8 septembre 2020 à Marseille, lors de la 7ème édition du salon de l’éolien offshore flottant (Floating Offshore Wind Turbines) désireuses de constituer une filière industrielle autour de cette énergie verte se sont félicitées de l’annonce par le gouvernement en 2020 de deux appels d’offres de 250 MW en Bretagne et en Occitanie. Des appels d’offres perçues comme un coup d’accélérateur dans le domaine des énergies marines renouvelables en passant de la phase pilote à la phase commerciale.

Le lobbying exercé notamment lors de FOWT 2019 à Montpellier auprès du gouvernement a, semble-t-il, porté ses fruits avec l’annonce par le gouvernement de la révision début 2020 de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui élargit le champ de l’éolien flottant avec deux nouveaux appels d’offres de 250 MW chacun en Bretagne et Occitanie.

La procédure de débat public engagée en juillet 2020 dans le Morbihan en Bretagne devrait s’achever en novembre prochain.

La Région Occitanie engagée dans des projets de fermes pilote dans le Golfe de Lion devrait bénéficier du lancement d’un appel d’offres en 2022 portant sur l’aménagement d’une ferme commerciale sur une zone restant à définir et dont la mise en service ne devrait pas intervenir avant 2028.

« La PPE est à la hauteur des besoins de nos industriels. Nous devons préparer nos installations portuaires pour accueillir ces futures fermes pilotes de l’éolien flottant. La première phase de travaux d’aménagement de Port La Nouvelle sera achevée au printemps 2021 pour permettre l’assemblage des pièces. Cet éolien flottant permettra à la région Occitanie de développer de l’hydrogène vert », a annoncé à Marseille la présidente de la Région Occitanie Carole Delga.

Les Régions littorales entendent constituer une filière créatrice de richesse et d’emplois et soutenir la R&D d’un secteur encore émergent. Elles investissent dans l’aménagement des infrastructures notamment dans les ports pour permettre le montage des éoliennes.

Ainsi, à Port La Nouvelle, la Région Occitanie a investi 234 millions d’euros dans le développement des activités de construction d’assemblage d’installation de maintenance de la nacelle, des pâles et du mât composant les éoliennes avec comme ambition de devenir des énergies marines renouvelables en Méditerranée.

La SEMOP, constituée en octobre 2020, à laquelle prendra part la Région permettra de soutenir des investissements à long terme de cette filière.

?id=L02PzGjEfMir2T6uBu4bfu9Q7huur9Bo

© Jean-Michel Lopez, directeur délégué à la transition environnementale au sein de la Région Bretagne, Maurice Wolff, vice-président de la CCIMP, Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et Nicolas Wolff, président de France Énergie Eolienne. ©N.B.C

« Nous devons faire preuve de pédagogie »

Cependant, les projets d’éolien en mer se heurtent à des difficultés d’acceptabilité de la part des citoyens, des associations de défense de l’environnement. Des contentieux qui retardent de plusieurs années certains projets comme la ferme pilote de Provence Grand Large.

Ce projet d’un budget global supérieur à 200 millions d'€ porté par EDF sur la zone de Faraman à Port-Saint-Louis du Rhône, accuse un retard de cinq ans. L’association NAture et CItoyenneté Crau Camargue Alpilles (NACCICA) dénonce l’implantation d’un tel projet « dans une zone reconnue pour la diversité et la richesse de son avifaune » a introduit un recours en justice.

« Cependant, les 23 décisions rendues à ce jour sur par la cour administrative d’appel de Nantes sur des questions similaires ont toutes rejeté les recours. Des décisions ayant fait l’objet de pourvoi devant le Conseil d’État et rejetées par la haute juridiction administrative », observe Séverine Michalak, juriste spécialiste des EMR.

« Nous attendons la décision de la Cour administrative d’appel de Nantes pour qu’enfin ce projet puisse voir le jour. Je regrette le retard pris à cause de recours d’associations qui n’ont pas participé à la concertation initiée il y a huit ans par EDF », déplore Renaud Muselier, président du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur. Industriels et collectivités locales réclament un traitement « rapide et efficace » des litiges.

Ainsi, France Énergie Éolienne plaide en faveur de la compétence du Conseil d’État en premier et dernier ressort sur ces questions. « Nous devons travailler l’acceptabilité et faire preuve de pédagogie. Le débat public est crucial dans l’attribution des parcs », a complété Carole Delga. L’éolien en mer concentre 3 000 emplois dans l’Hexagone.

?id=AmvFoHx3eV12uYLD9iNWH5UBzYTQj4gK

Nicolas Wolff, président de France Énergie Eolienne. ©N.B.C

Ecomnews - Adds