Ecomnews - Adds
Grasse : Le premier contrat de relance et de transition écologique des Alpes-Maritimes
Par Sanya Maignal publié le 16 JUIL 2021 à 08:00
Le premier CRTE du département, la convention entre l’État et la communauté d’agglomération Pays de Grasse est basé sur deux grands axes : renforcer l’attractivité du Pays de Grasse et fortifier sa cohésion. Dans les six années à venir, 70 projets sont prévus pour un budget de huit millions d’euros.

Le contrat de relance et de transition écologique que la Communauté d’agglomération Pays de Grasse vient de signer avec l’État (Jérôme Viaud Président de la CAPG avec Bernard GONZALES, Préfet des Alpes Maritimes) est une déclinaison territoriale du plan France Relance qui correspond à la diversité des territoires, des défis auxquels ils font face, de leurs atouts comme de leurs faiblesses.

C’est un nouveau contrat avec l’Etat, contrat intégrateur et permettant la mise en cohérence de nombreux dispositifs et politiques publiques, ayant comme avantages la lisibilité et son moyen terme – six ans - une durée raisonnable pour décliner ses priorités et la lisibilité .

?id=sqwblfcYnrfWi6mWC7YO7hs7ZwG44qOV

Renforcer l’attractivité et la cohésion du territoire

Ce projet salué par le Préfet des Alpes Maritimes est un projet de territoire commun aux quatre établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) qui engage pour l’avenir une coopération renforcée sur des sujets majeurs, en particulier les risques et mobilités.

Il est basé sur deux grands axes : renforcer l’attractivité du Pays de Grasse et fortifier sa cohésion.

« Ce territoire dispose déjà d’un atout sur lequel il peut s’appuyer : la filière arôme et parfums, a souligné Bernard Gonzales. Je me réjouis que le CRTE prévoit de valoriser l’innovation et la formation. L’attractivité, c’est aussi la préservation d’un cadre de vie exceptionnel, en valorisant le patrimoine architectural, naturel, culturel », a-t-il souligné. Les gestions de risques, la mobilité, le réchauffement climatique font également partie de cet axe.

?id=Zbmv0UzS8dUH6wQMIN4dqBgFSvqzQJWt

« L'attractivité du territoire est notre première ligne de force, précise Jérôme Viaud, Président de la CAPG. Nous devons accueillir de nouvelles entreprises pour favoriser la création de la richesse, de l'emploi, du dynamisme fiscal du territoire. Beaucoup d'actions relèvent de la question des friches industrielles, de la maîtrise des endroits pour pouvoir développer des entreprises, des questions de déplacement entre les bassins de vie et les bassins de l'Emploi. Le deuxième sujet c'est de conforter et consolider l'existant en préservant notre environnement. ».

En effet, en ce qui concerne la cohésion, elle, s’adresse à la fois aux populations et aux territoires : un renforcement de l’offre éducative, la citoyenneté, les logements, l’environnement, les ressources en eau, la solidarité entre les communes…

Un territoire ambitieux !

« Le CRTE est le reflet de l’ambition de notre territoire, souligne Jérôme Viaud, Président de la CAPG. Il repose sur un projet de territoire commun au niveau du pôle métropolitain CAP AZUR avec une approche transversale et intercommunale des enjeux liés aux transitions.

La transition écologique et la cohésion territoriale sont en effet la colonne vertébrale de notre CRTE ».

?id=z5OWvm34RMMmDJYUqdveThbvNtMEOFmy

Le Président de l’agglo souhaite que ce contrat réponde à ses objectifs de simplification et d’unification des dispositifs de contractualisation existants, au service des priorités stratégiques de notre territoire : « Le territoire aspire à toujours plus d’innovation et de résilience, dans un environnement préservé et générateur d’opportunités ».

Pour cela, ce CRTE comprend près de 70 opérations qui sont identifiées sur le territoire. Rien qu’en 2021 ils seront financés avec plus de 8 millions d’euros d’aides provenant de l’État.

Ecomnews - Adds