Ecomnews - Adds
Haute-Garonne : Le Département lance son Plan d'urgence sociale
Par Charline Poullain publié le 23 NOV 2020 à 09:47
Pour faire face à la crise du Covid 19, le Conseil départemental de la Haute-Garonne a activé l’acte II de son plan d’urgence sociale, qui se monte à 70 millions d’euros en tout. Interview exclusive de son président, Georges Méric.

« Les cafés, restaurants, commerces, le tourisme, le monde associatif… Tout le monde est touché de plein fouet. Le Département sera présent pour aider ceux qui en ont le plus besoin », assure Georges Méric, le président du Conseil départemental de Haute-Garonne.

« Nous avons déjà démontré notre capacité d’organisation et de réaction. » En avril dernier, un premier plan d’urgence avait été mis en place avec un budget de 35 millions d’euros. Le Département remet la même somme sur la table pour l’acte II, dont 20 millions d'€ rien que pour le RSA (revenu de solidarité active).

« Le coût financier de la crise sanitaire pour le Conseil départemental est donc de 105 millions d'€ », estime Georges Méric. Car aux 70 millions d'€ alloués à l’urgence sociale, s’ajoutent les pertes fiscales évaluées à 35 millions d'€.

Et ce n’est pas fini car le Département prévoit un budget 2021 à l’équilibre sans augmentation de la pression fiscale, « on empruntera un peu plus », explique le président.

?id=ibwAq7HV6y7ktN5PQMCF3AhsbPWWjvCc

● Pour les jeunes : « De nombreux étudiants sont isolés et n’ont plus les petits boulots qui les faisaient vivre. » La nouvelle application Go31.fr regroupe toutes les aides disponibles, comme les bons solidaires, le fonds d’aides aux jeunes et celui pour le logement.

Cent postes de stagiaires seront par ailleurs ouverts au Conseil départemental. « Nous avons demandé un revenu de base au gouvernement », annonce Georges Méric.

Pour leurs cadets, une nouvelle distribution de masques a eu lieu auprès de 65 000 collégiens. « La gestion de la crise sanitaire dans les collèges représente 500 000 € par mois », rappelle le président.

En remplacement de personnels et en fournitures pour lutter contre la Covid. Et Georges Méric d’ajouter : « Je crois qu’il faut se prononcer pour le dédoublement des classes en collège comme au lycée ».

● Soutien à la personne : « Nous avons acté la prolongation du fonds de prévention de la précarité. » Doté de 3,5 millions d'€, il est prorogé jusqu’à fin 2021. Mis en place avec les communautés de communes et les chambres consulaires, il va de 500 € à 1 500 €.

840 personnes ayant subi une perte de revenus en ont déjà bénéficié.

Le Département s’est également associé à la Chambre de Commerce et d’Industrie et à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat pour lancer Géo’local31, une plateforme qui recense plus de 550 commerces de proximité proposant du click & collect.

Enfin, un fonds spécifique de 100 000€ est destiné aux projets d’innovation sociale, portés par les acteurs de l’économie sociale et solidaire.

?id=7PYhPIF777x7LLqfPOYU5vSZght3Hey0

● Soutien psychologique : Sébastien Vincini, conseiller départemental du canton d'Auterive et premier secrétaire du Parti socialiste en Haute-Garonne, évoque « une lame de fond pour la santé mentale de nos concitoyens. Cette crise peut avoir des conséquences très graves sur notre société. En tant que chef de file des solidarités, le Département a décidé de se saisir de ces questions ».

Au travers des travailleurs sociaux départementaux, des personnes vulnérables et isolées peuvent être identifiées et mises en relation avec des associations, comme la Croix Rouge, SOS Amitié…

Il est question également de renforcer l’action de la cellule d'urgence médico-psychologique régionale. Ainsi que de soutenir le dispositif du Crous proposant écoute et soutien aux étudiants.

?id=9HXuS7gJdiB3ovYhQuntXDjrkJovMn8M

● Monde associatif : « 3 millions d’euros ont été actés pour la vie associative. » Avec un volet spécial concernant la culture. « Nous avons payé les artistes pour 200 manifestations culturelles annulées qui n’ont pas eu lieu. »

Le monde sportif a droit à une enveloppe de 1,5 million d'€ pour soutenir les clubs amateurs, « qui ont une baisse de licenciés de 25 à 30 % » et une autre de un million d'€ à destination des professionnels.

Ecomnews - Adds