Ecomnews - Adds
Haute-Garonne : La culture revient sur le devant de la scène toulousaine
Par Charline Poullain publié le 08 JUIN 2021 à 09:23
La culture ouvre grand ses portes et le public semble au rendez-vous. Une reprise qui a un coût, comme en avait cette mise en sommeil prolongé.

Les Abattoirs, les Jacobins, l’Orchestre national du Capitole, la Cité de l’Espace, Le Quai des Savoirs, Aéroscopia, les théâtres, les cinés… Ça y est, c’est reparti, la culture a, à nouveau, droit de cité. Même le festival Rio Loco s’annonce à Toulouse.

L’acte 1 a eu lieu le 19 mai dernier. A l’acte 2, le 9 juin, le couvre-feu passe de 21h à 23h et les restrictions de jauges sont assouplies (soit 4m2 par personne, 5 000 spectateurs maximum). Le final doit se tenir le 1er juillet avec la levée des restrictions de jauge dans les salles où le public est assis et la reprise des festivals en plein air debout !

?id=uyRbajqLOPilGyJDd0RRYOnlGM7RfGbq

Lever de rideau à la Halle de la Machine

Ainsi le Minotaure et tout le bestiaire de la Halle de La Machine sont sortis d’hibernation à Toulouse. À l’entrée, un lever de rideau symbolique annonce les rendez-vous de l’été, dont les concerts-barbecue des vendredis et samedis. Mais les groupes n’étant pas revenus, le lieu restera fermé en semaine jusqu’à fin juin.

Pendant cette hibernation forcée, « l’équipe était en chômage partiel car les revenus de la Halle viennent du public », rappelle François Delarozière, le directeur artistique de la compagnie La Machine. Quant à la subvention métropolitaine attribuée dans le cadre du fonds d’urgence en décembre 2020, elle était de 362 000€.

En effectifs réduits, « pour réduire la facture », l’équipe s’est occupée de ses protégés : « On est obligé de réveiller régulièrement les machines car une mécanique qui reste à l’arrêt s’abîme beaucoup plus que lorsqu’elle est en mouvement. » Une nouvelle scénographie a été créée, avec une exposition sur la construction du Dragon de Calais : « Ça raconte cette aventure incroyable, cette construction qui a duré 2 ans, d’une machine qui pèse 74 tonnes et mesure 35 m de long. »

?id=WJEUE8CyYvf0SeL4SjUioKIsCaWaf6LN

Aides de transition

« Nous accompagnons les structures culturelles dans cette phase de transition », explique Vincent Gibert, conseiller départemental et président de la Commission Éducation, Culture et Sports de la Haute-Garonne. Ainsi 200 000€ de fonds d’investissement ont-ils été débloqués pour aider les structures culturelles à s’adapter aux contraintes Covid : achat matériel pour séparer le public, masques, gel… Cette somme s’ajoute aux 900 000€ de soutien alloués à 300 associations culturelles pendant le premier confinement. Sans oublier la prise en charge de 800 journées d’intermittence, soit 270 000€ versés à 400 techniciens et artistes.

Tandis que les résidences d’artistes reprennent dans le département pour stimuler la création, Vincent Gibert identifie deux problèmes : « De nombreux salariés et intermittents ont changé de voie pendant la période pour continuer à travailler ». Et du côté des bénévoles, « on ne sait pas dans quelle mesures ils vont retourner vers leurs associations ».

Le festival Rio Loco

Parmi les grandes date à venir : le festival 31 notes d’été, avec des concerts et visites gratuites en Haute-Garonne, dont l’édition précédente s’était tenue en ligne. De même, « Jazz sur son 31 reprendra ses droits en live ».

Le festival Rio loco, un classique toulousain, est annoncé du 13 au 20 juin, à la prairie des Filtres. 19 000 personnes sont attendues sur 8 jours, contre 50 000 sur 4 jours en 2019. Le public ne pourra accéder aux deux scènes que dûment masqué et en possession d’un pass sanitaire (certificat de vaccination ou test PCR négatif de moins de 48 heures) et surtout… Il restera assis !

Ecomnews - Adds