Ecomnews - Adds
Interview exclusive du directeur de l’inspection du travail d’Occitanie qui dresse le bilan 2021 suite au Covid
Par Charline Poullain publié le 25 MARS 2022 à 09:00
La Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités DREETS a présenté le bilan 2021 de son action en matière d’inspection du travail. 25 000 interventions en entreprises ont eu lieu en Occitanie, dont plus de 4 600 visant le travail illégal et la fraude à l’activité partielle.

Des logements indignes dans le Gard où s’entassaient des manœuvres agricoles, des vendangeurs à la tâche 90 heures par semaine dans l’Aude, de la fraude à l’activité partielle en Haute-Garonne… L’an dernier, les services de l’inspection du travail ont effectué 25 000 interventions.

On parle désormais de la DREETS, la direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités. Elle compte pas moins de 159 sections d’inspection du travail chargées du contrôle des entreprises de la région.

?id=wZ6ymW2ELGSEVqzikg8VLcsPjTEBCCub

« 2021 était particulière car c’était la 2e année de crise sanitaire. Nos services ont été mobilisés pour s’assurer que les employeurs respectaient la sécurité de leurs salariés. Et globalement ils ont joué le jeu et ont pris soin de leurs salariés », note Christophe Lerouge, le directeur régional de la DREETS.

Et de poursuivre : « Il n’y a pas d’évolution majeure par rapport aux années précédentes. Les différends tiennent plus à la nature de l’économie ».

Ainsi Toulouse a plutôt de grandes entreprises industrielles, alors que le secteur montpelliérain compte plus de petites structures, tournées vers le tourisme, l’artisanat et les services. « Il y a plus de difficultés et de travail illégal sur l’est de la région », souligne le directeur.

?id=gf5MTDCFrI2W91OvBdUiunRSDrrbqBP7

Les chiffres clés 2021

En 2021, les interventions de l’inspection du travail ont été au nombre de 24 996, dont 4 655 concernant le travail illégal et la fraude à l’activité partielle, 3 486 des chutes de hauteur, 2 583 la prévention Covid, 1 886 l’exposition à l’amiante, 1 168 le détachement international de salariés et 1 125 l’égalité professionnelle. En matière de lutte contre la précarité de l’emploi, 101 contrôles ont été réalisés l’an dernier, ils devraient être plus du double en 2022.


Ce qui a généré 330 mises en demeure, 418 procès-verbaux, 71 sanctions administratives, 1 946 décisions en matière de licenciement de salariés protégés et 372 autres relatives à la durée du travail. Sans oublier 1 122 enquêtes ouvertes pour des accidents du travail.


« Nous sommes en capacité de dresser des procès verbaux et de mettre des amendes administratives aux entreprises ne respectant pas la réglementation, mais la grosse partie de nos activités sont plus sur des actions de conseil », rappelle Christophe Lerouge.

Ecomnews - Adds