Ecomnews - Adds
Marseille : L' Acte IV de la Méditerranée du Futur se tiendra le 1er décembre et sera 100% digital
Par Philippine Gentit publié le 26 NOV 2020 à 09:49
Compte tenu de la crise sanitaire, l'Acte IV de la Méditerranée du Futur aura lieu le 1er décembre et sera 100% digital. L’ambition portée par Renaud Muselier, Président de la Région Sud est de générer une dynamique collective visant à faire de la région le porte-drapeau de la politique méditerranéenne de la France. L’événement « Méditerranée du futur » en est devenu l’incarnation. Eclairage.

Fort de cette ambition méditerranéenne, Renaud Muselier, Président de la Région Sud a considéré essentiel à travers l’événement « Méditerranée du futur » de pouvoir réunir une fois par an à Marseille l’ensemble de ces partenaires méditerranéens afin de partager nos pratiques et de faire converger nos actions autour d’enjeux spécifiques et défis communs.

Cet événement qui se tient cette année le 1er décembre, rassemble chaque année à Marseille les autorités locales avec lesquelles la Région coopère, mais aussi les grands bailleurs, publics et privés, des intellectuels, des ONG et des personnalités politiques de haut niveau, autour de thèmes d’intérêt commun pour l’espace méditerranéen :


– En 2017 : Méditerranée du futur – Acte 1 sur l’enjeu climatique
– En 2018 : Méditerranée du futur – Acte 2 sur la jeunesse et l’innovation
– En 2019 : Méditerranée du futur – Acte 3 sur l’investissement

Cette année, pour son Acte 4, Méditerranée du Futur, qui se déroulera entièrement dans un format dématérialisé, sera consacré au thème « Pandémies en Méditerranée : Comment faire face ensemble ? ».

La crise de la Covid-19 est venue bousculer nos certitudes et invite à la remise en question. Si la Région Sud a déployé tous ses efforts et tous ses moyens pour atténuer les effets de cette crise sur le territoire régional, la réflexion doit se développer à un autre niveau, méditerranéen voire mondial.

Les développements de cette crise démontrent bien, d’une part que chaque pays est frappé, en raison, particulièrement de la mondialisation et de la globalisation qui génèrent une forte accélération des échanges et de la circulation des biens et des personnes, et, d’autre part, qu’il est nécessaire de trouver des réponses coordonnées à travers une coopération renforcée.

Ce sont ces actions concertées qu’il s’agit définir au cours de l’acte 4 de « Méditerranée du Futur », dont l’invité d’honneur sera le Professeur Didier Raoult, au travers de tables rondes consacrées, d’une part aux enseignements que peut nous apporter l’histoire des grandes pandémies et, d’autre part, aux coopérations à développer dans l’espace méditerranéen pour faire face ensemble à cette crise sanitaire.

Zoom sur le programme digitalisé :

09h00 – 10h00 : Allocutions d’ouverture

Séquence d’ouverture :

  • Nasser KAMEL, Secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée
  • David SASSOLI, Président du Parlement européen
  • Stella KYRIAKIDES, Commissaire européenne à la santé

10h00 – 11h00 : Table ronde 1 – Quels enseignements tirer des grandes pandémies du passé ?

  • Anne-Marie MOULIN, Directrice de recherche émérite au CNRS, Université Diderot professeure associée à l’Université Senghor d’Alexandrie
  • Michel SIGNOLI, Archéo-anthropologue, Directeur de recherches au CNRS
  • Jean-Jacques MUYEMBE, Virologue, codécouvreur du virus Ebola, directeur de l’Institut national de recherche biomédical de la RDC

A l’heure où nos sociétés sont confrontées à l’une des plus graves pandémies de l’histoire récente, plusieurs scientifiques de renommée internationale, issus de différentes disciplines, procèderont à une mise en perspective la crise actuelle au travers d’une analyse des grandes pandémies auxquelles les sociétés humaines ont dû faire face à travers l’Histoire, de l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Cet éclairage sur les grandes crises sanitaires du passé permettra d’identifier les points de convergence possibles et les principaux enseignements qui peuvent en être tirés. La discussion se poursuivra par une analyse prospective des nouveaux risques potentiels, liés à l’émergence possible de nouveaux virus, qu’il convient d’anticiper au mieux.

11h00 – 12h00 : Table ronde 2 – Comment résister et mieux coopérer face à la crise sanitaire ?

  • Giuseppe IPPOLITO, Professeur à l’institut national Lazzaro Spallanzani pour les maladies infectieuses, Italie
  • Maria Beatrice STASI, Directrice Générale, Hôpital Papa Giovanni XXIII de Bergame, Italie
  • Idir BITAM, Professeur sur les vecteurs et les infections tropicales et méditerranéennes, Algérie, chef programme de recherche à l’IHU sur les maladies vectorisées au Maghreb
  • Emmanouil ANGELAKIS, Docteur, Membre du Conseil scientifique de l’Institut Pasteur hellénique – Grèce

Les pays de l’espace méditerranéen sont actuellement tous confrontés à une crise sanitaire de grande ampleur liée à la pandémie de Covid-19. Les intervenants de cette table ronde, qui sont des praticiens et des chercheurs de renom, sont actuellement mobilisés dans leurs pays respectifs afin de faire face à la crise sanitaire en cours.

Ils livreront leurs témoignages et recommandations sur les façons de résister au mieux à la crise et partageront leurs réflexions sur les perspectives de coopérations renforcées entre pays de la Méditerranée.

12h15 – 12h45 : Clôture de matinée

  • Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président de Régions de France
  • S.A.S. Le Prince ALBERT II, Prince souverain de Monaco
  • Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

12h45 – 13h15 : Conférence de presse

13h45 – 14h15 : Lecture d’extraits de La Peste d’Albert Camus par des comédiens du collectif Oléa Compagnie

14h15 – 17h00 : Colloque de l’IHU sur les 300 ans de la Grande Peste de Marseille

  • Ouverture : M. Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et M. Didier Raoult, Directeur de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée infection
  • Rémi BARBIERI, Les mots de la peste
  • Niels Christian STENSETH, Peste et écosystèmes
  • Nicolas RASCOVAN, Paléogénomique de la peste
  • Stefan TZORTZIS, Existe-t-il une anthropologie de la peste ?
  • Michel DRANCOURT, Qu’avons-nous appris avec la paléomicrobiologie de la peste ?
  • Didier RAOULT, La peste, entre symbole et réalité

Les structures de recherche développées depuis 20 ans par le Professeur Didier Raoult, dont l’IHU Méditerranée Infection est la forme aboutie au XXIème siècle, ont été le cadre de gestation d’une nouvelle discipline que nous avons nommée paléomicrobiologie. Il s’agit du diagnostic et de l’étude des microorganismes et des pathogènes dans les restes humains et animaux anciens de plus de cent ans.

Tout naturellement, c’est la peste qui a été la première maladie sur laquelle le Pr. Raoult et son équipe ont travaillé. En effet, cette année marque le tricentenaire de la Grande Peste qui frappa Marseille et la Provence. Marseille, grand port de Méditerranée exposé au travers des siècles aux épidémies, a été lieu un lieu de développement d’une culture et d’une science propres dans ce domaine.

La paléomicrobiologie, nouveau champ disciplinaire, s’est intégrée aux recherches en anthropologie et en histoire, menées d’abord par l’Université Aix-Marseille, et maintenant par quelques équipes en Europe. La paléomicrobiologie est une des contributions spécifiques en science, pour permettre une compréhension de plus en plus complète de la dynamique des épidémies anciennes, dont nous comprenons aujourd’hui plus qu’hier, l’éclairage qu’elle donne aux épidémies modernes.

En quelques interventions de leaders européens dans ce domaine, ce colloque donnera le goût aux plus jeunes dans notre Région Sud, de contribuer par leurs travaux de recherche, aux développements des connaissances dans l’initiation et le développement du fait épidémique

14h30 – 17h00 : Atelier Méditerranée du Futur

14h30 – 16h00 : Atelier 1 – Le Sommet des deux Rives : du dialogue à l’action

  • Renaud Muselier (Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur),
  • Danny Leipziger (ancien Vice-Président de la Banque mondiale),
  • Patricia Augier (FEMISE),
  • Blanca Moreno-Dodson (CMI-Banque mondiale),
  • Porteurs de projets méditerranéens.

Cet atelier sera l’occasion d’un point d’avancement de certains projets emblématiques mis en avant lors de la précédente édition de Méditerranée du Futur et de projets issus des travaux du Sommet des 2 Rives.

Il permettra ainsi de mettre en avant la bonne articulation et complémentarité entre ces deux grands évènements méditerranéens. Dans la mesure où certains des projets évoqués sont en recherche de financements, les investisseurs membres du Club des investisseurs qui se sera réuni la veille, seront particulièrement invités à y participer, afin de favoriser certains rapprochements entre porteurs de projets et investisseurs.

16h00 – 17h00 : Atelier 2 – Forces et fragilités des systèmes urbains pendant la crise sanitaire : vers plus de résilience

  • Amine Benaissa (Architecte-urbaniste),
  • Simon Davies (Directeur Fondation AIA Conseil),
  • Agnès Rampal (conseillère régionale Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Présidente de la Commission Euro-Méditerranée).

La pandémie de Covid-19 est venue brutalement questionner le modèle contemporain de développement urbain : étalement du tissu urbain, place de la voiture, usages intensifs voire excessifs du nexus eau-alimentation-énergie, réduction des espaces concédés à la nature et disparition de la biodiversité, qualité de l’air, autant de questions qui prennent un relief significatif au regard des nombreuses maladies urbaines, face à la tentation de l’exil à la campagne, face enfin aux diverses et profondes disparités sociales mises en lumière par le confinement (précarité numérique, inégalité de logements, difficultés d’approvisionnement).


De longue date, le lien urbanisme-santé/hygiène publiques a été reconnu sous l’effet des grandes pandémies du passé. La crise sanitaire liée au Covid-19 lui donne aujourd’hui une actualité nouvelle qui interpelle toutes les villes de Méditerranée, où les questionnements sont les mêmes, où les attentes des Méditerranéens urbanisés sont les mêmes, et où les aspirations à mieux vivre en ville sont également partagées sur tous les rivages méditerranéens.

Ecomnews - Adds