Ecomnews - Adds
Comment Marseille veut devenir le centre du monde de la Mode avec le MIF 68 ?
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 20 FEVR 2018 à 17:23
Le Marseille International Fashion Center, MIF 68, chiffre porte-bonheur en Chine, a officiellement ouvert ses portes aux commerçants, ce 19 février, en présence exceptionnelle de Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes Côte d'Azur, Martine Vassal, Présidente du Département des Bouches du Rhône, Jun Zhai, Ambassadeur de Chine en France et Christine Lagarde, Présidente française du Fonds Monétaire International. Cette plate-forme XXL dédiée au marché de gros du textile pourrait bien faire de l’ombre à Aubervilliers.


Des dragons rouges, noirs et jaunes tournoient dans les quartiers nord de Marseille au milieu d’une foule compacte… La scène insolite n’est pas tirée d’un énième épisode de Netflix dont la production a légué les lettres capitales érigées sur les hauteurs de La Viste.

Au terme d’une année de chantier, le marché de gros en textile, Marseille International Fashion Center, a été inauguré ce 19 février, en présence de 500 invités dont la Présidente française du Fonds Monétaire International, Christine Lagarde.

Un projet de grande envergure porté par la société de promotion immobilière Résilience qui a investi 17 millions d’euros pour métamorphoser ce terrain vague fréquenté par les gens du voyage en plate-forme d’import-export de textile en provenance de Chine, d’Italie et à destination des pays d’Europe du Sud et du Maghreb.


?id=u4e6sPkdWNbOOaiaRKF26AEM8UjU6bfC

624 conteneurs détournés en commerces

Ce marché de gros rassemble 16 500 mètres carrés de boutiques totalement réalisées en architecture conteneurs qui en fait le plus grand ensemble de ce type au monde. Au total, 624 boîtes de toutes les couleurs ont été aménagées sur 3 hectares.

Chaque commerce étant composé de plusieurs conteneurs donnés en location aux grossistes (accessoires de mode, bijoux, vêtements, chaussures) par l’entreprise gestionnaire MIF SAS.

Cette société est détenue par les principaux grossistes chinois de Marseille :
Dingguo Chen et ses associés Xuguang Zhuo, Zhimin Guo, Chunlin Pan et Yinde Zheng.

La première phase comprend un ensemble de 80 boutiques de gros sur un projet global qui en prévoit 200 à terme pour une surface commerciale de 35 000 mètres carrés.

Un site bénéficiant de conditions de circulation et de parking favorables aux commerçants. « Les acheteurs méditerranéens n’auront plus besoin de s’approvisionner à Paris. Ce projet s’inscrit dans le programme belt and road initiative (BRI) de la Chine qui consiste à connecter le pays au reste de la planète », explique Xavier Giocanti, à la tête de Résiliance.

?id=Dtrwc4PyXTYdNsgENYELWueRE2av9qEW

A la croisée des chemins et de la Route de la Soie

« Le ‘MIF 68’ positionne de manière stratégique Marseille et la région Provence-Alpes Côte d'Azur sur le marché chinois et mondial pour en faire une étape clé sur la Route de la Soie avec comme enjeu la croissance et la création d'emplois", a commenté Renaud Muselier, Président de la Région Provence Alpes Côte d'Azur.

"C'est un projet structurant pour les quartiers nord de la ville, le port de Marseille-Fos et l'ensemble du territoire. Cela vient conforter l'attractivité de Provence-Alpes-Côte d'Azur, véritable porte d'entrée sur la Méditerranée, axe stratégique entre l'Europe et l'Afrique qui doit nous permettre de renforcer nos échanges commerciaux avec l'Empire du Milieu
», a poursuivi l'élu.

Désengorger l’hyper-centre et le redynamiser par un classement en Zone Franche Urbaine

« La volonté de re-localiser les activités de gros à la périphérie des « centres-villes » correspond à une vision métropolitaine moderne qui repose sur le désengorgement du cœur de ville et sur le développement de nouvelles formes de logistiques plus adaptées », a souligné Martine Vassal.

La Présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, souhaite par ailleurs que le centre-ville bénéficie du statut de zone franche urbaine.

De son côté, l’Ambassadeur de Chine en France Jun Zhai, a invité les Chinois à poursuivre leurs investissements financiers dans la région. Une déclaration qui fait écho à l'annonce du groupe Quechen en janvier dernier d’investir à Fos pour son centre de Recherche et Développement.

« Les relations sino-françaises sont entrées dans une nouvelle ère suite à la visite du président Macron en Chine. L’environnement est favorable à l’établissement d’une coopération décentralisée », a conclu Jun Zhai.


?id=xp7nPAh10AAphC2pYHO5fYNEBglksX8o

Ecomnews - Adds