Ecomnews - Adds
Marseille : Les start-up appelées à imaginer le port de demain
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 16 OCT 2018 à 09:00
AGENDA
Date de début :
Date de fin :
Catégories :
Organisateur :
Lieu :
Du 10 octobre au 30 novembre prochain, Pme et start-up numériques spécialistes de la gestion de l’énergie, du numérique, de l’internet des objets, de la cybersécurité sont appelées à imaginer le port du futur en répondant à l’un des sept défis lancés à Marseille par des grands groupes maritimes et portuaires dans le cadre du SmartPort Challenge. 15 000 € sont en jeu pour chaque lauréat, une visibilité et des débouchés vers de nouveaux marchés.

Pour une fois les rôles étaient inversés. Ce ne sont pas les start-up qui ont pitché mais les grands groupes !

Naval Group, la Méridionale, Les Terrasses du Port, EDF, Interxion, CMA CGM et le port de Marseille-Fos, réunis le 10 octobre dernier au Palais de la Bourse, ont présenté des défis technologiques à des jeunes ingénieurs, créateurs de start-up du numérique.

Sept challenge composant la toute première édition du SmartPort Challenge. Un concours initié par la CCI Marseille-Provence, Aix Marseille Université et le GPMM, fondateurs de la démarche French Smartport in Med visant à rendre les ports plus fluides et plus respectueux de l’environnement.

« Au sein du French Smartport in Med, nous construisons des briques, le Challenge est l’une d’elles. Il nous a semblé pertinent de proposer aux start-up de travailler sur des sujets pouvant améliorer l’empreinte environnementale et la fluidité.

Les entreprises bénéficient d’une aide matérielle et d’un soutien de thecamp, partenaire et de la possibilité de développer leurs applications si elles sont retenues », a expliqué Christine Cabau Woehrel, présidente du directoire du GPMM.

?id=wVaKcLPin64wOnjVPXox7zTXmn0sl2iT

Marseille-Fos propose ainsi aux PME d’imaginer un éco-calculateur pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sur un transport door-to-door.

« Ce défi nous intéresse car nous développons une solution similaire », a expliqué enthousiaste Matthew Rives, responsable marketing de Smart’N’Go, start-up spécialiste du routage maritime.

Première compagnie maritime en France à connecter ses navires à l’électricité lors des escales à Marseille, La Méridionale s’attaque à un autre sujet touchant à la fois à l’environnement et à la productivité. Grâce à l’identification des remorques par tag RFID, la compagnie invite les start-up à concevoir une interface permettant aux transporteur routiers d’identifier et de localiser les remorques sur le quai.

Si cette innovation se concrétisait, elle éviterait 25 h de roulage chaque jour sur le terminal. CMA CGM particulièrement impliquée ces dernières semaines dans l’écosystème d’innovation avec l’inauguration de l’incubateur Ze Box veut améliorer la sortie des conteneurs des terminaux portuaires.

« L’enjeu consiste à faire sortir les conteneurs dans un délai optimal », annonce Rajesh Krishnamurty, sorti des rangs d’Infosys pour devenir directeur central exécutif IT chez CMA CGM. La data est au cœur des challenges.

Ainsi la directrice des Terrasses du port imagine un totem, des applis à la Joliette ou sur l’immense promenade surplombant la mer pour informer ses clients et voyageurs des mouvements de navires et des activités culturelles à proximité.

Les entreprises ont jusqu’au 30 novembre pour déposer leurs candidatures sur un site dédié. Une fois sélectionnées, les start-up retenues seront accompagnées à la fois par le groupe pour lequel elles ont postulé et bénéficieront d’un accompagnement méthodologique de thecamp qui tiendra trois ateliers.

Au terme de trois mois de R&D et d’expérimentation, le projet sera présenté en mai 2019 lors du SmartPort Day.

?id=qeB1vQin56EiO1aCjBHlqCkJSGUa48qX

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER

Photo : De gauche à droite : Jean-François Suhas, membre élu à la CCIMP, Christine Cabau Woehrel, présidente du directoire du GPMM et Charlie Charlie Barla chargé de mission innovation pour AMU.

Ecomnews - Adds