Ecomnews - Adds
Nîmes Métropole : Quelles sont les priorités de Franck Proust pour 2021 ?
Par Fiona Urbain publié le 29 JAN 2021 à 08:49
Gestion financière, crise liée au Covid, base de Garons, transports… Franck Proust, le nouveau Président de Nîmes Métropole détaille au micro d’Ecomnews son bilan 2020 et surtout les grands axes de développement de l’Agglomération pour 2021. Interview exclusive !

Une diminution des recettes et une hausse des dépenses de l’agglomération

Le nouveau Président de Nîmes Métropole, élu le 8 juillet dernier a dû gérer sa première année de mandat dans un contexte sanitaire et économique compliqué lié au coronavirus. « J’ai été convoqué par le Préfet cet été, me disant que la situation financière était plus que délicate » explique Franck Proust.

Les ressources de l’agglomération issues du versement transport, et de la CFE, l’impôt sur les sociétés sont en baisse car corrélées à l’activité économique du territoire.

Quant aux dépenses, elles sont en hausse car la collectivité est venue en aide aux entreprises qui souffraient. « Nous avons dès le mois de juillet exonéré de CFE toutes les entreprises du secteur touristique, culturel, de l’événementiel, c’est 1,2 million d’euros qui a été dégagé ».

Sur le plan des transports, la Métropole nîmoise a ramené le prix de l’abonnement mensuel pour les scolaires au tarif régional (de 160€ à 45 € par mois). Une perte d’environ 1,2 million d’euros pour l’agglomération.

Au total, 2 200 entreprises ont été soutenues à travers le plan de la Région Occitanie, avec une manne financière de 4 millions d’euros.

« Cela nous a demandé un gros travail sur la maitrise des coûts de fonctionnement de l’agglomération avec des charges de personnels en moins, et nous avons lissé notre programme pluriannuel d’investissements pour pouvoir dégager des marges de manoeuvre. »

?id=k7waL7DFfeyiJC3KqnbYsoUHAY4CcQff

Les transports, véritable colonne vertébrale

« Lors de ma campagne j’avais rencontré les 39 maires de l’agglomération, et aucun n’était satisfait des transports, avec des bus pas forcément adaptés aux horaires de circulation de la population. Aujourd’hui il va falloir être créatif et inventif pour irriguer tout le territoire et apporter une qualité de service optimum. Pas forcément avec un budget supérieur ».

L’agglomération travaille actuellement avec la Région Occitanie pour créer une mixité des transports entre les bus et les nouvelles gares.

Le compte à rebours de la deuxième phase des travaux T2 a commencé. D’ici 2022, l’agglomération accueillera une nouvelle ligne de tram’bus en site propre, traversante d’est en ouest avec un terminus à la SMAC Paloma et un départ au Centre hospitalier universitaire. Elle va traverser des quartiers avec une population et une densité importante afin de mieux les relier à la ville, comme le Chemin-Bas ou Pissevin. En 2022, 25 000 voyageurs par jours devraient emprunter cette ligne.

?id=5uHXhc9U1XtuluCpK2HddC69l9KIZnkl

Nîmes-Garons, future base européenne de la protection civile

La base de Nîmes-Garons a tout pour être le fer de lance de la flotte européenne de sécurité civile du mécanisme « rescUE », co-construit par l’État et l’Union Européenne.

L’ambition de Nîmes Métropole est que Nîmes-Garons devienne un pôle d’innovation et de développement de premier plan réunissant les acteurs de la filière. Un projet européen de recherche est d’ailleurs en cours d’élaboration sur le sujet des incendies et du changement climatique. S’il est retenu pour financement par l’Union Européenne, il rassemblera dix pays et impliquera une trentaine d’acteurs publics et privés, dont plusieurs nîmois tels l’Université, Exavision, Entente-Valabre.

Le but ? Imaginer des solutions de détection et de lutte contre les feux, à l’image du développement d’un « Very Large Air Tanker » (VLAT), base en région Occitanie, entre Nîmes, Tarbes et Toulouse. Ce sera le premier prototype d’un Airbus A330 bombardier d’eau européen ! Avec des industries de pointe, comme Sabena Technics, des pépites de la défense comme AvDEF et SDTS, sans oublier le groupement d’avions et d’hélicoptères, la base de Nîmes-Garons et ses futures composantes sont un vivier d’emplois et de compétences du territoire.

?id=D4W9FFNzgkkM2jWzoJZcTHsKPNVwy0KO

Prévention des inondations

Nîmes doit faire face à des risques d’inondation accrus chaque année. Dans le cadre de la compétence « Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations » (Gemapi), depuis le 1er janvier 2018, l'Agglomération réalise de lourds travaux préventifs pour éviter au maximum de nouvelles catastrophes.

Ces opérations représentent un investissement annuel de la ville de Nîmes et de Nîmes Métropole de plus de 10 millions d’euros sur cinq ans. Le PAPI III, qui comprend notamment le traitement des écoulements pour le cadereau de la route d’Uzès, à Nîmes également, totalise plus de 100 millions d’euros d'investissement.

Ecomnews - Adds