Ecomnews - Adds
L’OM arrache à Arema la gestion commerciale de l’Orange Vélodrome
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 13 JUIL 2018 à 11:48
Au terme d’un an de discussions, un terrain d’entente a finalement été trouvé entre la mairie de Marseille, propriétaire de l’Orange Vélodrome, Arema, société chargée de l’exploitation et de la commercialisation du stade et l’Olympique de Marseille. Arema cède la gestion commerciale du site et son équipe d’une vingtaine de personnes au club phocéen. Une passe stratégique pour l’OM qui entend, à l’image des grands clubs européens, optimiser la gestion du stade tout en renforçant l’activité à la fois les événements sportifs, événementiels et culturels.

Le président de l’OM, Jacques-Henri Eyraud ne boudait pas son plaisir ce jeudi 12 juillet. Il n’était certes pas propriétaire de l’Orange Vélodrome mais il s’apprête à devenir bien plus qu’un simple locataire en mettant la main sur l’exploitation commerciale de ce temple du foot d’une capacité de 67 000 personnes.

« C’est un accord historique pour le développement de l’OM. Cette nouvelle donne fait entrer l’OM dans le cercle fermé des grands clubs européens, gestionnaires exclusifs de leur stade de résidence », a lancé le maire de Marseille tout en affirmant haut et fort que le stade resterait la propriété de la Ville.

Jean-Claude Gaudin recevait à l’hôtel de ville les présidents d’Arema et de l’OM pour la signature d’un accord qui prévoit le transfert de l’activité commerciale au club dans quelques semaines.

Les contrats qui seront finalisés fin 2018, prévoient une sous délégation de l’exploitation commerciale à une filiale à 100% de l’OM en cours de création. Cette société reprendra la vingtaine de collaborateurs d’Arema (*) chargés d’organiser les événements.

« Nous avons organisé, en quatre ans, 560 événements et accueilli 160 000 visiteurs. L’activité a généré 320 M€ dans l’économie locale. Nous avons compris que des synergies avec le club sont essentielles pour booster la performance du stade », précise Bruno Bottela, président d’Arema. L’entreprise qui conserve la gestion technique du bâtiment, continuera de verser 13M € par an de recettes annuelles à la Ville.

?id=JDYlKzl6Mzt7boMqxPttLONJQNTMtxl5
Photo : De g. à dte : Bruno Bottela, président d’Arema, Jean-Caude Gaudin, maire de Marseille et président de l’OM, Jacques-Henri Eyraud. ©NBC

Une fois les clés du stade en sa possession, le président du club qui nourrit de grandes ambitions, annonce des travaux d’amélioration du stade (sonorisation, éclairages et remplacement de la pelouse). Un investissement de 7 M€ qui sera supporté par l’OM/ Arema dans les douze mois qui viennent.

Au delà de ces travaux, le président de l’OM a dévoilé les grands axes de sa stratégie. « Nous avons l’ambition de renouer avec la victoire et faire de l’OM un des clubs les plus prestigieux. Le stade est l’outil de production d’un grand club. Au terme de l’accord trouvé l’an denier nous versons un loyer à la mairie de 5 M€ par an assorti d’une part variable en fonction de la performance. Nous serons en capacité d’organiser davantage de manifestations sportives, des séminaires d’entreprises et des spectacles. C’est une diversification », précise Jacques-Henri Eyraud.

Il entend renforcer l’image identitaire du stade et créer un musée de l’OM, projet auquel la ville abondera à hauteur de 3M€. Un restaurant et une boutique sont également en projet. Il annonce également une segmentation de l’offre auprès des supporter « entre la place à 9€ en virage et le club 1899 ». Reste à savoir si la gestion du stade, permettra au club, 32e au classement UEFA de se hisser plus haut et de rentrer dans la cour des grands.

?id=vK3aQoB9JH4JSWpGLCIu4BqFCYAJ5TaG

(*) Arema a pour actionnaires Mirova (54,16%), la Caisse des dépôts (30,84%), Bouygues (10%) et la Cepac (5%).

Ecomnews - Adds