Ecomnews - Adds
PACA : Le contrat de filière « Tourisme d’affaires et de congrès » est lancé !
Par Olivia Oreggia publié le 30 MARS 2018 à 08:58
En Provence Alpes Côte d’Azur, le tourisme d’affaires représente 1,2 milliard d’euros par an. Pour développer encore ce secteur qui ne demande qu’à l’être, tous les acteurs économiques et politiques, portés par la Région et l’Etat, se sont fédérés autour d’un contrat de filière.

Ce qui fait la force du tourisme d’affaires, ce sont des lieux adaptés a expliqué en préambule David Lisnard, le maire de Cannes.

Symbolique et propice à un tel événement, c’est donc au Palais des Festivals de Cannes que s’est déroulée la signature de ce contrat, ce 28 mars, à l’occasion du Heavent Meetings.

Ce salon business dédié aux lieux événementiels, hôtels et autres prestataires de services a accueilli l’an dernier plus de 4.000 participants. Un succès mais loin tout de même des 24.200 participants au MIPIM (le marché des professionnels de l’immobilier) qui se tenait la semaine dernière.

Loin encore des 16.00 participants attendus en juin au 65ème Cannes Lions, la grand-messe internationale de la publicité et de la communication.

Un peu plus loin, à Nice, TM Forum Live accueillait à Acropolis près de 4.000 spécialistes des nouvelles technologies.

Un peu plus loin encore, Marseille recevait 5.000 congressistes rassemblés par la Société Européenne du sang et de la transplantation de moelle.

Quand, à Avignon, ils étaient un millier à assister à l’ITER Business Forum.

C’est un fait, l’économie régionale est dopée au tourisme d’affaires. Si les Alpes-Maritimes se détachent, ayant une longue tradition d’accueil d’événements professionnels, l’ensemble des départements investit et se structure plus et mieux.

La région Provence Alpes Côte d’Azur est ainsi la première en la matière, après Paris.

?id=VC46C6aeIdTvCY9GV37uKrtrkHSTvnZV

De gauche à droite, Dominique Thillaud, président du Directoire Aéroport de la Côte d'Azur; Rudy Salles, adjoint au maire de Nice délégué au tourisme; Jennifer Salles-Barbosa, conseillère régionale, présidente de la Commission Tourisme; Stéphane Daguin, sous-préfet de Grasse; David Lisnard, Maire de Grasse, Pierre Louis Roucariès, président de Provence Côte d'Azur Events; Jean-Pierre Savarino, président de la CC Nice Côte d'Azur

1 séjour sur 5 concerne le tourisme d’affaires.

Pour développer ce filon, c’est une véritable union sacrée qui s’est dessinée : la Région, les Métropoles, les Chambres de Commerce (CCI régionale, Nice Côte d’Azur et du Var), les aéroports (Nice, Marseille, Toulon), les comités régionaux du Tourisme, la SNCF, les Pôles de compétitivité, les hôteliers, les comités régionaux du tourisme…

L’Etat aussi est là pour, comme l’explique Stéphane Daguin, sous-préfet de Grasse venu représenter le préfet de Région Pierre Dartout, « faciliter l’ensemble des démarches administratives et contacts que les acteurs économiques ont besoin d’avoir avec les officiels de la Région PACA. » Un facilitateur donc. Rôle que se donne aussi la Région.

« Nous apporterons des aides financières (jusqu’à 100.000 euros pour de très grands événements, ndlr) mais pas seulement, cela va bien au-delà ! », nous explique Jennifer Salles-Barbosa, conseillère régionale, présidente de la commission Tourisme. « Il y aura aussi un soutien politique fort aux côtés des destinations qui recevront de gros congrès. Nous avons de nombreux outils, nous avons des « welcome packs » pour aider les organisateurs à faire la différence. Par rapport à d’autres destinations européennes, nous jouons vraiment sur l’excellence et sur l’accueil. »

Partir à la conquête de nouveaux marchés, attirer de nouveaux congrès pour plus de retombées économiques, l’objectif de ce contrat est aussi de pousser à « désaisonnaliser » l’activité.

90% des séjours d’affaires se déroulent hors période estivale.

?id=LTwTjH2UwfxnKj8z19KOKWmw2CXgrGfO

Jean-Pierre Savarino, Président de la CCI Côte d'Azur

« Nous voulons remplir les chambres vides des hôtels existants et transformer les emplois saisonniers en emplois permanents », justifie ainsi Pierre-Louis Roucariès, président de Provence Côte d’Azur Events, réseau fédérant les professionnels de la filière événementielle.

« Nous pensons pour cela que le jeu collectif a du sens. Le temps de l’action permanente est venu. Aujourd’hui, avec la signature de ce contrat, nous prenons des années d’avance ! »

Une avance indispensable dans un secteur très disputé. Si la concurrence est en partie française, elle est surtout internationale : Lisbonne, Barcelone, Vienne, mais aussi désormais, Dubaï ou Singapour.

« C’est en cela que nous innovons », assure Jennifer Salles-Barbosa. « Quand certains présentent leur ville, nous avançons ensemble, avec les forces de toute notre région. »

« Je nous souhaite à tous de nous développer au sein de cette filière dans laquelle aucun des maillons ne doit être faible », soulignait encore David Lisnard, par ailleurs président du Comité régional du Tourisme Côte d’Azur. « Derrière tout cela, il y a une réalité humaine, celle des entrepreneurs, de ceux qui ont des idées, qui trouvent un financement, qui prennent des risques personnels, le risque de s’endetter mais aussi de réaliser quelque chose de bien. Aujourd’hui, en signant ce contrat de filière Tourisme d’affaires, on entretient un catalyseur de prospérité pour nos entrepreneurs. »

Le tourisme d’affaires en région Provence Alpes Côte d’Azur :

  • 25 centres de congrès
  • 1,8 millions de séjours
  • 10 millions de nuitées
  • 1,2 milliard d’euros par an, soit 9% de la consommation touristique globale (14 mds €)
  • un visiteur d’affaires dépense 174€/jour contre 64€ par jour pour un touriste de loisirs
  • Cannes-Mandelieu est le 2e aéroport d’affaires de France après Paris-le Bourget

?id=7G30XrMLec2k3XHSt1GFJ1RRjNSBvL8J

Ecomnews - Adds