Ecomnews - Adds
Premier hivernage du Belem à Port-Vendres, des retombées économiques pour le département des PO
Par Robert Fages publié le 25 OCT 2018 à 09:00
Désormais à quai durant plus de cinq mois, le Belem devrait générer des retombées économiques non négligeables pour la région et le département des Pyrénées-Orientales.

Le trois-mâts français, propriété de la fondation Belem, est arrivé le 18 octobre à Port-Vendres où il est amarré au quai Pierre Forgas pour un hivernage programmé jusqu’au 1er avril.

Le rachat en 1979 et le retour en France du Belem fut la première action de mécénat d’ampleur nationale des Caisses d’Epargne. Le soutien à la fondation Belem est aujourd’hui encore, 39 ans plus tard, le plus important engagement des Caisses d’Epargne en faveur du patrimoine.

Des retombées économiques sont à attendre de cette escale prolongée dans le port des Pyrénées-Orientales.

?id=TLIdf8yNeo5UiHnuZZy7kvkn5BXOppe4

A l’occasion de la convention d’hivernage signée en présence de Nicolas Plantrou, président de la Fondation Belem ; Hermeline Malherbe, présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales ; Bernard Fourcade, président de la la Chambre de Commerce et d’Industrie des Pyrénées-Orientales ; Pierre Alyagas, président de la Communauté de communes Albères Côte Vermeille ILLibéris ; Jean-Pierre Roméro, maire de Port-Vendres, Christine Fabresse, ancienne présidente du Directoire de la Caisse d’épargne Languedoc-Roussillon ont précisé :

" Quinze Caisses d’épargne dont celle du Languedoc-Roussillon soutiennent la fondation Belem qui a pour objectifs de préserver ce bateau qui était en piteux état, de le faire inscrire au patrimoine national, de pouvoir le restaurer.

Aujourd’hui, la fondation Belem fait en sorte qu’elle puisse accueillir des personnes qui ont envie de vivre une expérience tout à fait exceptionnelle. Ca correspond bien à ce que sont les Caisses d’épargne qui soutiennent le patrimoine national et font vivre les régions."

?id=UUm2ZDVqBotlEz0EHjdGp1DMExJpA4LR

" La présence du Belem durant cinq mois à Port-Vendres, c’est quelque chose d’extraordinaire. La venue du Belem représente une formidable opportunité à la fois économique et touristique pour la ville de Port-Vendres, la Côte vermeille et l’ensemble du département des Pyrénées-Orientales.

Nous sommes dans une période touristique creuse et le Belem va permettre à l’économie du territoire de vivre durant la période d’hivernage du bateau. Nous espérons que les touristes seront nombreux à se déplacer. Un afflux qui sera le bienvenu pour les commerces et l’image du port. Nous souhaitons que l’ensemble de la Côte vermeille en récolte les fruits. Les partenaires vont pouvoir organiser des soirées évènements.

La Caisse d’Epargne est ravie de contribuer, à sa mesure, à la promotion du territoire ".

Des propos partagés par l’ensemble des partenaires dont Jean-Pierre Roméro, maire de Port-Vendres qui souligne :

« Pendant sa période d’exploitation, le Belem accueillera les élèves de toutes les classes des établissements scolaires ainsi que les associations qui le désirent ».

?id=cVou3C2vOCqE7PqvHoFSfKEaMDAVD5jG

Patrimoine maritime

Construit et lancé à Nantes en 1896, le trois-mâts Belem a connu plusieurs vies : navire de commerce français, puis yacht de plaisance britannique, enfin navire-école.

Le Belem a été confié en 1980 à la fondation Belem, créée pour assurer sa conservation dans le patrimoine maritime de la France et son exploitation comme navire-école ouvert à tous.

Lors de visites du voilier la Fondation Belem raconte de façon innovante et pédagogique l’histoire extraordinaire de ce trois-mâts qui a traversé trois siècles et s’est continuellement transformé pour s’adapter à de nouveaux rôles.

Un nouveau parcours valorise l’authenticité du monument historique tout en s’inscrivant dans le monde de la modernité et de celui des nouvelles technologies.

Un parcours numérique propose un voyage enrichi en contenus inédits grâce à la réalité augmentée, la reconstitution 3D et les vues 360°. Les nouvelles technologies renforcent l’attractivité du navire, alimentent l’imaginaire des petits et grands et surprennent par le réalisme des images reconstituées.

Projeté dans le passé, le visiteur découvre la structure et le gréement du navire dans ses trois vies passées. Une histoire à énigme destinée aux plus jeunes vient compléter ce parcours. La visite libre propose un voyage dans le temps guidé par 20 panneaux répartis sur les trois niveaux du navire et imprimés sur des voiles de bateaux.

Un choix de matières respectueux de la nature du monument et de son authenticité. Ces panneaux décrivent l’usage des 17 espaces présentés, tout en rappelant leurs différents rôles et transformations successives.

Des panneaux plus techniques expliquent les spécificités du gréement et caractéristiques du navire.

Depuis 1986, la fondation Belem a permis à près de 43 000 personnes de naviguer à bord du navire et 1 500 000 personnes de le visiter. Le Belem c’est 16 membres d’équipage issus de la marine marchande : un capitaine, un second, deux lieutenants, un chef mécanicien, un maître d’équipage (le bosco), huit matelots, deux cuisiniers ; 33 campagnes commerciales effectuées entre 1896 et 1914 ; 58 mètres de long ; la participation au Jubilé de la Reine d’Angleterre et aux Jeux Olympiques de Londres…

Ecomnews - Adds