Ecomnews - Adds
Professions libérales : comment préparer au mieux sa transmission d’entreprise ?
Par Johanne Eva Desvages publié le 30 NOV 2018 à 10:00
L'ORIFF-PL LR a organisé le 22 novembre dernier une table ronde sur le thème « Entreprendre en libéral par la reprise ». Un événement dont Ecomnews était partenaire.

Le 22 novembre dernier à Montpellier, les visiteurs semblaient avoir envahi les locaux de l’ORIFF-PL LR. A l’occasion du Salon de l’Entreprise Libérale, une multitude de partenaires ont fait le déplacement : Unapl, Artemis Courtage, Banque populaire du Sud, Actalians, Patricia Lafon, FCE Hérault, 60 000 Rebonds, ARAPL GSF, URSSAF LR, CSFC Occitanie, Cref, Agéa, Chambre des Notaires, Groupe Pasteur Mutualité, Barreau de Montpellier.

Actuellement, en région Occitanie, trois entreprises libérales sur dix sont susceptibles d’être transmises d’ici 2028. Mais les modalités de la reprise sont encore trop méconnues. C’est justement pour en parler, évoquer les démarches à suivre et les accompagnements possibles que l’ORIFF-PL Languedoc-Roussillon a souhaité organiser cet événement.

?id=Hmc3q3GaqMEmiFAqsBjy7KnMfFaycpDx

La table-ronde, animée par le directeur de la rédaction d’Ecomnews, Denys Bedarride, a réuni Bernard Delran, président de l’ORIFF-PL LR et son vice-président Jean-Marie D’Arnal, Fanny Dombre-Coste, ancienne députée de l’Hérault et auteure du rapport sur la transmission d’entreprises, Sylvie Mercier, responsable d’études à l’Insee et initiatrice du rapport sur la reprise d’entreprises en Occitanie ainsi que Marc Bornerand, président délégué de l’UNAPL Occitanie, et Jean-Guy Teissedre, chargé de mission développement territorial à La Direccte Occitanie.

« Nous avons découvert que certaines entreprises fermaient leurs portes brutalement, sans avoir trouvé de repreneurs et laissant sur le carreau un certain nombre de salariés » nous explique Fanny Dombre Coste, auteure d’un rapport remis en 2015 à Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie.

« Il y a eu un diagnostic et un travail de fond pour comprendre le processus qui a mené à cette défaillance » poursuit l’ancienne députée, venue présenter les résultats de son étude à la Maison des Professions Libérales de Montpellier.

Anticiper pour transmettre sereinement son entreprise

Le public aura ainsi pu retenir deux points : Si les dirigeants n’anticipent pas assez la transmission de leur entreprise, « minimum 5 ans à l’avance », ils prennent le risque de ne pas réussir à vendre. Ils doivent aussi trouver le bon accompagnement, à l’image de Martine Courtiade, déléguée de la région Occitanie pour les FCE, qui a tenté pendant 4 ans de vendre son entreprise, avant d’être épaulée par son avocat. Il lui a ainsi trouvé une personne spécialisée dans la vente d’entreprises.

Mais avant la transmission, « il faut s’occuper de valoriser son entreprise, au maximum, ainsi que son secteur, faire la liste des fournisseurs, des clients… » précise l’ancienne chef d’entreprise.

Au côté de Martine Courtiade, Muriel Fournier, également membre FCE Hérault, a participé à la table ronde. Cette jeune chef d’entreprise a fait le choix de la reprise : « Il m’a fallu quelques mois avant de trouver une entreprise qui me convienne et à qui je convienne aussi ».

?id=4X84V9ohwIrzj9jGRdNby4kOumFvFiqY

Après une dizaine de mois de préparation avec le cédant, et une fois à la tête de l’entreprise, elle a encore pu bénéficier d’un accompagnement de quatre mois et demi. « Le cédant est resté avec moi pendant tout ce temps là » explique la repreneuse.

C'est un avantage de la reprise qui gagne à être connu. Pour Fanny Dombre Coste, « il faut mettre en place des politiques publiques aussi efficaces pour la transmission d’entreprise que ce qu’on a fait depuis 30 ans pour la création d’entreprise ».

D’après le rapport de Sylvie Mercier, conduit en partenariat avec l’Insee, la Direccte, la CMA, la CCI et l’ORIFFPL LR, environ 35 000 entreprises sont susceptibles d’être transmises en Occitanie dans les années à venir, en raison des futurs départs à la retraite de leurs dirigeants. Ce sont plus de 80 700 emplois qui sont concernés.

L'enjeu est donc de taille.

Ecomnews - Adds