Ecomnews - Adds
Provence : Reconversion totale pour la raffinerie de la Mède
Par Rédaction publié le 27 AOÛT 2018 à 09:00
En activité depuis 1935, le site de Total a totalement arrêté le raffinage de carburants en 2016 pour devenir une bio-raffinerie. Explications.

La raffinerie de Provence était fortement déficitaire, entre 2011 et 2014, elle perdait 150 millions d’euros par an. La production a donc été stoppée en décembre 2016 puis des travaux de reconversion ont été engagés par Total dans la production de biodiesel.

275 millions d’euros ont été investis pour la restructuration du site qui produira 500 000 tonnes par an de biodiesel.

La bio-raffinerie s’approvisionnera à hauteur de 60 à 70% d’huiles végétales brutes d’origines aussi diverses que le colza, le tournesol, le soja, la palme, le maïs ou de nouvelles plantes du type carinata.

Le site traitera également 30 à 40% de graisses animales, d’huiles alimentaires usagées et d’huiles résiduelles (huiles issues de déchets et de l’industrie papetière), cette part ayant vocation à augmenter au fil des années en fonction de la disponibilité de ces ressources alternatives.

Face à la colère des écologistes, Total a annoncé que moins de 50% de l’approvisionnement total de la Mède le sera en huile de palme, soit 300 000 tonnes.

La plateforme emploiera à terme 250 collaborateurs (430 avant la reconversion) et comprend en outre quatre autres activités majeures en plus de la bio-raffinerie :

  • un dépôt pétrolier d’une capacité de stockage de 1,3 million de m3 par an
  • un centre de formation international sur installations réelles capable d’accueillir 2 500 stagiaires par an
  • une ferme solaire de 8 MW
  • une unité de production d’AdBlue de 50 000 m3, un additif qui réduit les émissions d’oxyde d’azote des poids-lourds

Avec cette reconversion, la Mède devient la première bio-raffinerie française de taille mondiale

Ecomnews - Adds