Ecomnews - Adds
La Région Sud engage 30 millions d'€ pour faire disparaître les fumées des navires
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 06 SEPT 2019 à 15:50
La Région Sud a annoncé ce 5 septembre une enveloppe de 30 millions d'€ dans le cadre du plan « Escales zéro fumée ». Une somme destinée à l’équipement des ports de Marseille Toulon et Nice en courant de quai, au soutien des filières GNL et hydrogène. Par ailleurs, 5 millions d'€ seront alloués aux armateurs qui équiperont leurs navires. En complément, la Ministre de l’Écologie a annoncé un dispositif de suramortissement fiscal pour les armateurs.

La chasse aux fumées est ouverte en Provence Alpes Côte d’Azur. Renaud Muselier, Président de la Région Sud ayant décidé de traiter la question de la pollution de l’air par les navires.

Un sujet au confluent de plusieurs technologies déployées simultanément (GNL, nettoyeurs de fumées, courant de quai, hydrogène).

« Escales zéro fumée », déclinaison maritime du plan régional « une COP d’avance » alloue 25 millions d'€ pour accompagner les trois ports de Marseille, Toulon et Nice dans l’augmentation de leur capacité à délivrer du courant électrique aux navires en escale.

Ce plan de 30 millions d'€ sera abondé à hauteur de 4,5 millions d'€ supplémentaires issus de fonds européens. En présence de la communauté maritime et portuaire, devant de la Ministre des Transports et du nouveau secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Djebbar, le président de Région a détaillé les investissements à venir.

Il a expliqué qu’à Marseille 100 % des ferries seront « branchables » à quai en 2023 et deux ans plus tard pour les paquebots.

« Une prouesse technique dans la mesure où un navire de croisière consomme à quai l’équivalent en électricité de la ville de Toulon, tout en polluant autant que deux cent cinquante voitures. La Région financera avec l’ADEME, l’Etat et les Fonds européens l’ensemble des travaux (période 2023-2025) », a détaillé l’élu régional.

« A Toulon, 100 % des quais du centre-ville seront équipés en 2023 », a-t-il poursuivi.

Des quais touchés quotidiennement par les navires de Corsica Ferries

Là encore la Région « active son "ticket navire" pour les huit navires de la flotte, avec quatre financés dès 2020 », complète Renaud Muselier. Les armateurs engagés à modifier leurs navires (branchement à quai, scrubbers secs et humides) bénéficieront d’une aide plafonnée à 300 000 € par navire et de la possibilité de procéder à un suramortissement fiscal pour ces équipements.

?id=wRglj2rnBgO59itmKJP7BmUaiOLusuqn

Christian Estrosi : « C’est sur la mobilité globale qu’il faudra agir »

A Nice, la Région soutiendra l’acquisition du matériel de branchement mobile adapté aux escales courtes (et alimenté par des piles à combustion hydrogène). Le maire de Nice et président de Nice Métropole, Christian Estrosi a évoqué une stratégie globale en rappelant la mise en service du tramway qui relie l’aéroport à la ville.

« C’est sur la mobilité globale qu’il faudra agir », a-t-il souligné tout en félicitant la Ministre d’avoir retenu le projet de ligne nouvelle Provence Alpes Côte d’Azur dans la loi d’orientation des mobilités en cours d’adoption.

« En 2024, le port de Marseille et les collectivités territoriales aurons investi 50 millions d'€ pour arriver à 50 MW et multiplier par cinq la capacité. L’avenir sera à la production d’électricité avec du photovoltaïque », expliquent les dirigeants du GPMM Jean-Marc Forneri et Hervé Martel.

Le Club de la Croisière Marseille Provence qui a salué cette initiative organise pour la première fois à Marseille le 17 octobre prochain au Palais du Pharo le "Blue Maritime Summit Marseille Provence – Cruise Initiatives" qui traitera de la transition éco-énergétique des navires de croisière.

L’association France Nature Environnement évoquant ce plan comme un « geste fort » et un « premier pas important » en appelle aux armateurs. « Si l'apport d'argent public est un levier nécessaire, le principe pollueur/payeur doit amener les armateurs à contribuer financièrement », a-t-elle précisé.

Le transport maritime représente 10 à 15% du total des pollutions atmosphériques à Marseille, et jusqu'à 40% pour les oxydes d'azote.

?id=tOpS12GTnxS6Rz2QMRNXgrYTqBVzd8XF

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER en direct de Marseille

Ecomnews - Adds