Ecomnews - Adds
Que représente économiquement le tissu associatif pour l’Hérault ? 
Par D'Andréano Nicolas publié le 13 SEPT 2017 à 09:02
Le département de l’Hérault compte 25 000 associations. Culture, sport, insertion… Elles s’activent chaque jour dans le quotidien des habitants. Kléber Mesquida explique, au micro d’Ecomnews, les raisons qui poussent le Département à soutenir le tissu associatif. Il évoque également les dossiers de la rentrée 2017 et revient sur les incendies qui ont frappé l’Hérault cet été.

Dans l’hexagone, les associations jouent un rôle capital au quotidien. Pour preuve, on dénombre 70 000 créations chaque année. 45% des français les fréquentent régulièrement en tant qu’adhérents tandis que 25% leur accordent du temps de manière bénévole.

Mais souvent, on ne mesure pas l’impact économique qu’elles possèdent. Véritable moteur à l’échelle hexagonale, elles comptent 1,8 millions de salariés ce qui représente un employé dans le privé sur 10, équivalant aux secteurs des transports et de l’agroalimentaire réunis. Un domaine qui a progressé de près de 400 000 emplois depuis 2000.

Le tissu associatif héraultais pèse 200 000 emplois répartis dans 25 000 associations.

A l’occasion de l’Antigone aux associations, Kléber Mesquida, le Président du Conseil Départemental de l’Hérault, a tenu à souligner leur importance. « Dans l’Hérault, il y a 25 000 associations qui représentent plus de 200 000 emplois. Nous les soutenons dans les actions qu’ils mènent quelque soit la thématique. Nous sommes un partenaire très fort ! »

La suppression des contrats aidés fait peur

Dans le domaine associatif, les contrats aidés sont un recours régulièrement utilisé par les associations pour embaucher. Leur disparition pourrait mettre un coup de frein dans les recrutements au sein des plus petites d’entre elles.

Kléber Mesquida comprend d’ailleurs très bien le mécontentement du tissu associatif. « J’ai écrit au 1er ministre en lui disant que c’était une aberration de casser cet accompagnement là. Il ne faut pas oublier que derrière les contrats aidés, il y a des créations d’emplois pérennes. »

Les autres dossiers de cette rentrée 2017

Concernant les principaux sujets de cette rentrée 2017, Kléber Mesquida insiste sur deux thèmes : l’irrigation et l’œnotourisme.

« L’irrigation est un sujet préoccupant. Les années de sècheresse s’accumulent et ça pénalise les récoltes. J’ai d’ailleurs lancé un plan d’irrigation. Nous sommes, pour le moment, en phase d’études. »

Sur le second sujet, le Président du Conseil Départemental de l’Hérault veut valoriser les produits du terroir. « Nous sommes en train de finaliser l’œnotour d’Hérault. Il sera présenté au salon de l’agriculture en février prochain ! ».

4 millions d’euros investis dans la lutte contre les incendies.

Enfin, Kléber Mesquida est revenu sur les deux incendies qui ont frappé le département ces dernières semaines. Les communes de Grabels et Neffiès ont vu les flammes s’approcher dangereusement des zones d’habitations.

Pendant les périodes les plus délicates de l’année, le Département loue des avions stationnés à Béziers. Le dispositif coûte 4 millions d’euros. « Les moyens que nous investissons dans ce dispositif permet de juguler et de limiter les dégâts. Quand on intervient rapidement avec des gros moyens, on éteint les feux plus rapidement ! ».

Mesquida-interview

Ecomnews - Adds