Ecomnews - Adds
Vacances 2022 : Où allez-vous partir cet été, à la mer, campagne, montagne ou à l’étranger ? Ecomnews vous dit tout
Par Denys Bédarride publié le 07 JUIN 2022 à 09:00
Au 31 mai, les demandes de réservations pour l’été 2022, malgré une volatilité liée à l’actualité, affichent une progression de + 2,6 % par rapport à 2019. Les choix de destinations ont été dictés par la météo particulièrement maussade de l’été 2021. Pour 2022, une majorité de Français ont fait le choix d’une destination ensoleillée. C’est donc le sud qui est pris d’assaut et plus particulièrement le sud-est. Conséquence : le littoral de la façade ouest subit un recul assez marqué. La semaine du 7 août 2022 est largement la plus demandée. Les prix des locations sont orientés à la hausse par rapport à 2021 : + 5,2 % pour les appartements et +7,3 % pour les maisons.

Des volumes de réservations rythmés par l’actualité…

Accusant un léger retard, à la fin du mois de janvier, par rapport à 2019, les demandes de réservations ont dépassé celles de 2019 suite aux annonces gouvernementales sur la levée progressive des restrictions sanitaires. Ce qui a permis aux Français qui avait du mal à se projeter pour l’été, à commencer à organiser leurs vacances.

Cette embellie n’aura été que de courte durée, car dès la première semaine de mars 2022, on a assisté à une chute des réservations dans la foulée des premières hausses spectaculaires des prix de l’essence, consécutivement à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. S’en est suivie une période d’incertitude, entretenue par l’élection présidentielle. Il aura donc fallu attendre la semaine de l’entre-deux tours de l’élection et la publication de plusieurs sondages donnant un écart plus marqué qu’au soir du second tour, entre les deux candidats finalistes, pour que la demande reparte.

Cette dynamique de progression n’a pas été enrayée depuis avec des niveaux très élevés de réservations sur le mois de mai 2022.

Au final, malgré cette volatilité significative, le niveau de réservations au 31 mai s’affiche en progression par rapport à 2019, de + 2,6 % !

?id=lBPcFTNiVHeyl7cWBGdJiFzcJ1XKFBJO

La tendance de l’été : cap au sud !

Les demandes de réservations pour l’été 2022 ont été influencées par la météo de l’été 2021, qui avait été frais et humide, particulièrement sur la façade ouest. Ceux qui l’ont éprouvé, ont visiblement changé de stratégie pour 2022 et cela a conduit à des reports assez massifs de la demande sur le sud de la France.

Concrètement, toutes les destinations les plus ensoleillées enregistrent de fortes progressions par rapport à 2019. Et cela est spectaculairement vrai pour le littoral : + 30,6 % pour la Côte d’Azur (06, 83 et13), + 20,3 % pour la Corse (2A et 2B), + 7,5 % pour le Languedoc (30- 34, 11 et 66) quand, dans le même temps, le littoral ouest est en recul : - 10,1 % pour la Bretagne et la Loire-Atlantique, - 10,2 % pour Vendée-Charente (85 et 17).

?id=KVTxzSbXQS9EWrPPQyi0CLCV1qL1NytV

Mais le littoral n’est pas le seul à en profiter puisque le record de hausse par rapport à 2019 se situe en Paca (hors littoral) avec + 43,0 %. Pour cet été, les Français veulent du soleil avant tout. Quitte à franchir la frontière puisque l’Espagne, après deux ans de pause,retrouve un niveau élevé de réservations, lui assurant la deuxième place dans le Top 10 des aires touristiques en volume de réservations.

En volume, ces choix de destinations illustrent également un retour des critères d’avant la crise sanitaire.

Les départements qui enregistrent les plus fortes progressions sont concentrés dans le sud-est.

Mer, campagne ou montagne, quelle que soit la destination, la totalité des départements qui enregistrent les plus fortes progressions sont situés dans le quart sud-est: de + 17 % pour la Haute-Corse (2B) à + 51,6 % pour le Vaucluse (84).

?id=SeOz1KsKgmMg3Wr6DOGBBehrAVIa978d

Et ceux qui reculent le plus sont situés sur la façade ouest.

Les départements de la façade ouest paient pour leur météo de l’an dernier. Les dix départements ayant le plus chuté en termes de demandes de réservations sont tous situés sur le littoral ouest. Et ce sont deux départements normands qui enregistrent les plus fortes baisses: le Calvados (14) avec - 25,9 % et la Manche (50) avec - 20,2 %.

Si on découpe le classement en trois, on retrouve trois zones, du nord au sud, qui baissent de manière décroissante : les départements situés sur le littoral de l’Atlantique Sud (Pyrénées-Atlantiques, Gironde et Charente-Maritime) souffrent moins que la Bretagne et la Vendée qui eux-mêmes baissent moins que ceux situés plus au nord : Pas-de-Calais (62), Manche (50) et Calvados (14).

?id=3DbGHGJFoViqOLzl1hgqKOhR3R2EnXx7

Les demandes de maison en hausse. Celles des appartements en baisse !

L’appétence pour les maisons ne concerne pas que le marché immobilier. Pour les vacances aussi, une majorité de Français souhaitentséjourner dans une maison.

Une tendance qui se retrouve dans les chiffres de demandes de réservations pour l’été 2022, avec une hausse des maisons de + 14,8 %, quand, dans le même temps les demandes d’appartements baissent de - 16,0 %.

?id=rsJ29Xf7xzDnoClfaDk0LSxtEaXwbqUx

Les prix des locations vacances augmentent de 7,2 % sur un an

Les vacanciers dépensent davantage pour se loger en 2022 qu’en 2021 avec une hausse moyenne de + 7,2 % pour les locations vacances. Cette hausse est plus marquée pour les maisons (+ 7,3 %) que pour les appartements (+ 5,2 %).

L’étranger et la montagne sont les deux destinations où les prix augmentent le plus, que ce soit pour les appartements ou les maisons.

?id=IAUul5EWJSCTWFcxGNTxCCIpqClGLmzu

La Méditerranée est la grande gagnante de l’été 2022.

Si la mer progresse de + 6,8 % par rapport à 2019, cette progression n’est pas homogène sur tous les littoraux. Et là aussi, il y a des perdants et des gagnants selon la « mémoire météorologique » qu’ont les Français de l’été 2021. C’est donc le climat de l’été 2021 -frais et humide à l’ouest - qui a déterminé les choix de littoraux pour 2022. Dans ce contexte, rien d’étonnant à voir tout le littoral méditerranéen progresser significativement : + 30,6 % pour la Côte d’Azur (06, 83 et 13), + 20,3 % pour la Corse (2A et 2B) et + 7,5 % pour les plages du Languedoc (30, 34, 11 et 66).

Sur la façade ouest, si l’Atlantique Sud (64, 40 et 33) limite la casse avec - 0,5 %, les autres aires sont toutes à la baisse d’au moins 10 % : - 10,2 % en Vendée-Charente (17 et 85), - 10,1 % pour l’ensemble Bretagne et Loire-Atlantique (35, 22, 29, 56 et 44), - 25 % pour la Normandie (50 et 14) et enfin - 13,1 % pour la Manche Nord (76, 80 et 62).

On retrouve cette tendance dans le Top 10 des stations balnéaires qui ont enregistré le plus gros volume de réservations. En 2019, 7 communes sur 10 étaient sur les bords de la Méditerranée et trois sur la façade Atlantique : Saint-Jean-de-Luz (64), Arcachon (33) et Saint-Jean-de-Monts (85). Seule Arcachon (33) figure encore dans le top 10 pour 2022, en concédant trois places (3ème en 2019, 6ème en 2022). Toutes les autres communes sont sur les bords de la Grande Bleue.

?id=LX560JqOsTlSj0qudKiGziwH3p7DkdJu

Sur la Côte d’Azur, les quatre stations du Top 10 sont toutes situées dans le Var (83) et toutes en progression. Fréjus (83) augmente de 16,4 % ce qui lui permet de passer de la 4ème à la 3ème place du classement. Hyères (83) avec + 41,1 % fait une entrée fracassante dans le Top 10 dans lequel elle ne figurait pas, il y a trois ans. Saint-Raphaël (83) suit la dynamique de Fréjus (83), sa voisine, avec une progression de + 24,4 % qui lui permet de passer de la 8ème place à la 5ème. Enfin Six-Fours-les-Plages (83) entre à la 10ème place grâce à une progression de ses demandes de réservations de + 30,5 %

Dans le Languedoc (30, 34, 11 et 66), si Argelès-sur-Mer (66) domine toujours - elle reste la 2ème station balnéaire la plus réservée, comme en 2019 -, elle cède malgré tout un petit peu de terrain (- 6,3 %). Sans doute au profit de la commune limitrophe de Saint-Cyprien (66) qui affiche la plus forte progression par rapport à 2019: + 64,8%.

?id=A4krqVSEqmuW5bfZsV5oVoEkytIo0icM

A la mer, les prix augmentent partout, tant pour les appartements que pour les maisons

En 2022, il faudra dépenser en moyenne 661 € par semaine (+4,8 % par rapport à 2021) pour la location d’un appartement et 1465 € pour la location d’une maison (+6,9 % par rapport à 2021).

C’est la Corse et la Côte d’Azur (06, 83 et 13) qui sont les destinations les plus chères. Il faut y débourser en moyenne 738 € par semaine pour un appartement sur la Côte d’Azur (06, 83 et 13) et 791 € la semaine en Corse. Pour une maison, c’est 2 078 € la semaine sur la Côte d’Azur (06, 83 et 13) et 1 961 € en Corse.

La Manche Nord (76, 80 et 62) reste la destination la plus accessible, que ce soit pour les appartements (547 € la semaine) ou les maisons (696 €). Des tarifs abordables qui malgré les problématiques de pouvoir d’achat, n’ont pas réussi à enrayer la chute des réservations.

A l’exception des maisons sur la Côte normande (14 et 50), dont les prix à la semaine reculent de - 2,6 %, tous les autres secteurs du littoral, quel que soit le type de bien, voient leur prix augmenter. La Corse se distingue avec une hausse plus modérée qu’ailleurs : + 1,3 % à 791 € par semaine, pour un appartement et + 1,2 % à 1 961 € par semaine, pour une maison.

Les plus fortes progressions pour les prix des appartements sont enregistrées en Vendée-Charente (17 et 85) avec + 6,3 %. Tandis que pour les maisons, c’est en Atlantique Sud (64, 40 et 33) avec + 11,8 %.

?id=vPGoqvLTDj4nrUH7MPEYAr0FhqxdujKt

La campagne progresse par rapport à 2019, surtout quand elle est au soleil…

Au global, la destination campagne progresse de + 22,1 % par rapport à 2019 mais comme ce qui a été observé pour la mer, cette progression n’est pas homogène.

C’est encore une fois le désir de soleil qui a dicté les choix de destinations. Et c’est logiquement dans les départements du quart sud-est que les progressions sont les plus fortes : + 51,6 % pour le Vaucluse (84), + 37,8 % pour l’Ardèche (07) et + 24,0 % pour la Drôme(26). La Drôme (26) se distingue d’ailleurs par le plus fort taux d’occupation de France, enregistré au 31 mai, avec 79 %.

Ces trois départements enregistrent, ensemble, une progression de + 43,2 % quand les deux départements phares du sud-ouest ont une progression de 12,2 %, soit 10 points de moins que la moyenne nationale. Cette petite contreperformance n’empêche pas la Dordogne (24) de conserver sa première place du classement pour la campagne, en termes de volumes de réservations.

?id=wboY6ul4bep2UmR0JmqddgR65a2RvW1V

Même si le prix des maisons est en augmentation de + 7,2 % par rapport à 2021, pour un budget moyen par semaine de 1 313 €, la campagne reste une destination plus abordable que le bord de mer. Les maisons y sont en moyenne 10 % moins chères et elles disposent d’une plus grande capacité d’accueil avec une moyenne de 7,2 personnes contre 6,6 à la mer. C’est la raison pour laquelle, elles sont plébiscitées pour les regroupements en famille ou entre amis.

Si le Vaucluse (84) se distingue par sa progression de + 51,6 % de demandes de réservations par rapport à 2019, il est également le département où le prix des maisons est le plus cher (1.848 € par semaine) et celui où les prix ont le plus flambé : + 11,9 % par rapport à 2021.

?id=YGJzvhpyyDtc0aouZM7fNq0ydNf3QyKi

La montagne reste stable à + 0,9 % par rapport à 2019

Si dans sa globalité, la destination montagne reste stable par rapport à 2019 à + 0,9%, on observe là aussi des différences significatives selon les massifs.

Ainsi, parmi les 5 départements les plus demandés, seuls les départements des Alpes voient leurs réservations augmenter, tandis que les Vosges et les Hautes-Pyrénées sont à la baisse. Et ce sont les Hautes-Alpes (05), le plus ensoleillé d’entre eux (certaines communes du département revendiquent 300 jours de soleil par an dans leur publicité) qui affiche la plus forte progression : + 20,5 %.

Si la montagne demeure la destination la moins chère, avec de grandes capacités d’accueil (8,7 personnes en moyenne), les prix y augmentent davantage qu’ailleurs. Pour l’été 2022, il faudra tabler sur 497 € par semaine, en moyenne, en hausse de 7,1 % sur un an, pour louer un appartement et 1.072 € par semaine, en moyenne, pour une maison, en hausse de + 9,0 %.

?id=gWHdzPPLRZHfSzRxcUm7LK4fD0eCurIu

Ce qu’il faut retenir :

Au 31 mai, les demandes de réservations pour l’été 2022, malgré une volatilité liée à l’actualité, affichent une progression de + 2,6 % par rapport à 2019.

Les choix de destinations ont été dictés par la météo particulièrement maussade de l’été 2021. Pour 2022, une majorité de Français ont fait le choix d’une destination ensoleillée. C’est donc le sud qui est pris d’assaut et plus particulièrement le sud-est. Conséquence : le littoral de la façade ouest subit un recul assez marqué.

Le taux d’occupation moyen pour l’été est au 31 mai, de 63,6 % avec un pic à 86 % pour la semaine du 7 août 2022, qui est largement la plus demandée.

Les prix des locations sont orientés à la hausse par rapport à 2021 : + 5,2 % pour les appartements et +7,3 % pour les maisons.

Source PAP Vacances

Ecomnews - Adds